SFR Play et Sport bientôt sur Android TV, les TV Samsung puis les consoles

Des très petits au petit écran 8
Accès libre
image dediée
Streaming
Guénaël Pépin

SFR annonce la disponibilité de SFR Sport sur Android TV dans les prochaines semaines, puis sur TV Samsung à l'été, avant d'atterrir sur certaines consoles. Une stratégie aussi prévue par la suite pour SFR Play, nous confirme l'entreprise.

Hier, SFR annonçait ses résultats pour le premier trimestre. Toujours en perte de clients sur le fixe et sur le modèle (à l'exclusion du post-payé), l'entreprise investit lourdement dans ses réseaux. Ce matin, sur son campus de Saint-Denis, elle montrait les futures évolutions de ses réseaux mobiles, de la 4G+ 500 Mb/s en 2018 jusqu'à la 5G.

Surtout, l'entreprise a acquis les droits de la Ligue des champions et de l'Europa League pour un montant situé aux alentours de 370 millions d'euros. Une somme importante, qui lui a permis de piquer ces championnats très populaire à la concurrence. C'est le dernier investissement de SFR dans les contenus, après le rachat de nombreux titres de presse, de chaines de télévision et la constitution d'un bouquet TV dédié au sport...

Disponible à ses abonnés télécoms, il est depuis novembre proposé en service autonome (over-the-top) pour 9,99 euros par mois. Mais toujours pas chez les concurrents. Un point qui agace, notamment l'UFC-Que Choisir. Il faut donc les contourner, ce qui est de plus en plus simple avec la perte par les box de leur position centrale dans nos salons.

Hier, la société annonçait des discussions avec des constructeurs sur les TV connectées pour intégrer SFR Sport. Aujourd'hui, elle nous détaille l'arrivée rapide du service sur Android TV et sur des télévisions Samsung à l'été, ainsi que des discussions avec des fabricants de consoles de jeux. L'offre SFR Play suivra le mouvement.

Android TV en première étape

L'intérêt de SFR est de valoriser ses lourds investissements dans les contenus, alors que l'opérateur multiplie les promotions sur ses offres télécom, que ce soit via sa marque RED ou à l'occasion de ses 30 ans. Interrogé, son directeur général Michel Paulin considère investissements et promotions régulières compatibles. « On fait des promotions parce que le marché est en promotion, mais on ne tombe ni à 2,99 euros, ni à 30 jours de remises sur 30 [contrairement à d'autres]. On a le revenu moyen par abonné le plus élevé » défend-il.

Ses équipes, elles, s'attèlent à la tâche. SFR a effectué une démonstration de l'application de son offre Sport via une Shield Android TV de NVIDIA. Une adaptation de l'application Android classique, effectuée en quatre semaines. La disponibilité est annoncée sous peu sur de nombreux appareils, dont certaines TV connectées de Sony.

SFR Sport Android TV
Crédits : Guénaël Pépin (licence: CC by SA 4.0)

Flux Twitter et identification simplifiée

Doit être disponible l'intégralité du contenu sport accessible à SFR, au-delà de ses propres chaines, en 4K UHD quand c'est possible. L'application propose un replay, un guide TV ouvertement inspiré de Molotov et des sections éditorialisées (dont les meilleures émissions et la « dream team »).

En regardant une émission, un flux Twitter lié à SFR Sport et un espace de discussion (d'abord alimenté par les journalistes du groupe) sont accessibles sur la droite de l'écran. L'équipe envisage aussi d'utiliser de manière fine certaines fonctions d'Android, comme les notifications, par exemple pour signaler un but sur une autre chaine. Une idée qui n'est pas sans rappeler ce qu'à récemment annoncé Canal+ avec le mode Expert de myCanal.

L'identification doit être facilitée pour les utilisateurs. Plutôt que d'entrer identifiant et mot de passe, il ne devra avoir qu'à introduire un code à quatre chiffres dans l'application mobile, sous réserve d'être connecté. Une fonction que proposent déjà d'autres services. Le service envisage de ne plus imposer de code pour les clients Internet fixe.

SFR Sport et Play chez d'autres FAI

Interrogé, le groupe nous affirme qu'il compte bien proposer SFR Play sur l'ensemble des terminaux visés par SFR Sport, dont les box des opérateurs concurrents sous Android TV... soit la Bbox Miami et la Freebox Mini 4K en France. Cela via une diffusion via le Play Store de Google. Est-ce qu'ils laisseront faire ? Nous verrons. 

Les discussions ne semblent pas encore engagées avec les autres opérateurs, sans indication sur les box sans Android TV. SFR avait déjà affirmé qu'amener ses chaines sport dans les bouquets TV des autres opérateurs pouvait être compliqué, du fait de la marque SFR

C'est ce qu'a répété Alain Weil, le patron de SFR Médias, à L'Instant M de France Inter ce matin. Il n'est pourtant pas question de remettre en cause cette stratégie, nous affirme un responsable : « Aller dans les contenus, c'est investir et assumer notre marque. Il faut bien affirmer que SFR est aussi les contenus, au-delà des télécoms ».

Quid des soucis de Netflix sur la Freebox Mini 4K ? « Netflix est un cas particulier. Il ne passe pas par le Play Store, mais est intégré directement à la box » répond SFR. Au contraire, « globalement, le receveur [concepteur de l'appareil] n'a pas son mot à dire » via le Play Store, affirme le groupe. Le fournisseur d'accès se verrait bien, à terme, ouvrir ses appareils aux autres acteurs over-the-top. L'entreprise n'évoque pas pour le moment le cas de l'Apple TV.

Des TV connectées Samsung à l'été

Les deux services doivent aussi arriver « dans le courant de l'été » sur des TV connectées de Samsung, aux modèles non précisés. Il s'agira d'abord de Sport, Play devant suivre quelques semaines plus tard, prévoit l'entreprise. Elle a également entamé des discussions avec les constructeurs de consoles (« PlayStation et Xbox ») pour y proposer ses applications. Une mise à niveau face à la concurrence, que ce soit sur le sport en OTT ou la SVOD, déjà très présents sur ces écrans.

En s'étendant autant, SFR voudrait éviter de reproduire « l'erreur d'Orange », à savoir réserver la Ligue 1 à ses abonnés, l'utilisant comme moteur de recrutements télécom il y a quelques années. Un aveu d'échec de sa propre stratégie pour ce qui est d'attirer de nouveaux clients via les contenus ? « On apprend » nous confie un proche du dossier.

Quoi qu'il en soit, cette disponibilité élargie attirera peut-être de nouveaux clients sur ces services, notamment pour Play, qui reste à la traine face à la concurrence en matière de vidéo à la demande. À la fin de l'année, ce sont 14 millions d'appareils « qui pourront accéder en quatre clics » aux contenus, espère le groupe.


chargement
Chargement des commentaires...