Mozilla rachète Pocket, sa première acquisition stratégique

Les sousous dans la popoche 30
En bref
image dediée
Finances
Guénaël Pépin

Mozilla Corporation annonce le rachat du service de marques-pages Pocket, qui propose la gestion et la lecture hors-ligne d'articles. Une première pour le groupe, qui compte exploiter le service et ses données pour améliorer les fonctions de ses autres produits. Cela alors que l'alternative wallabag commence à se professionnaliser.

La nouvelle est tombée hier soir. Le service de marque-pages Pocket appartient désormais à Mozilla Corporation. Il s'agit de la première acquisition stratégique de la société, pour un montant non communiqué. Read It Later (qui édite Pocket) deviendra une filiale à part entière du groupe Mozilla. Le service restera ouvert, permettant à Mozilla de mettre un pas sur mobile. Il doit permettre aux internautes de découvrir des contenus web « de haute qualité », en s'émancipant des silos de données d'autres entreprises.

Ce n'est pas la première incursion de Mozilla Corporation dans le capital d'autres entreprises. L'été dernier, la société américaine avait pris une part minoritaire dans le navigateur allemand Cliqz, centré sur la protection des données personnelles. Il y a deux semaines, Cliqz a également acquis l'extension Ghostery, qui permet de bloquer les pisteurs sur le web, pour un montant encore une fois inconnu.

Un modèle économique difficile à trouver

Pocket s'illustre depuis quelques années sur plusieurs points, dont la qualité de son interface (web et sur mobile), ainsi que ses outils de recommandation. En traitant les données de l'ensemble de ses utilisateurs, le service est capable de reconnaître les contenus populaires, de signaler ceux potentiellement intéressants, voire de les classer par catégories. Mozilla compte exploiter ces possibilités pour son Context Graph, qui doit faciliter la découverte de contenus sur le web, notamment sur mobile où chaque interaction est précieuse.

Le service de marques-pages est utilisé par dix millions de personnes, qui ont sauvegardé plus de trois milliards de contenus (articles, photos, vidéos...) depuis sa création. Pourtant, il a toujours peiné à trouver un modèle économique, avec plus de 14 millions de dollars levés au total. Début 2014, il a lancé une version Premium avec des fonctions accessoires, et qui ne semble pas avoir trouvé son public. Il y a quelques jours, la jeune pousse annonçait l'arrivée de publicité dans ses recommandations.

« Nous ajoutons du carburant à notre fusée » résume pour sa part Pocket, dans un communiqué. Cette acquisition suit un rapprochement progressif des deux entreprises, Pocket étant intégré depuis la mi-2015 dans Firefox. Un choix qui avait déplu à nombre de contributeurs, le service représentant une approche propriétaire et un véritable silo de données, loin de la philosophie première de Mozilla.

Pocket bientôt open source, wallabag en embuscade

Pour Mozilla, cette acquisition signifie la libération du code de Pocket, qui rejoindra le Mozilla open source project. Le projet a été confirmé par un contributeur sur Reddit, quand un ticket Bugzilla est d'ores et déjà ouvert. Aucune échéance n'a été donnée.

Cette nouvelle intervient alors que wallabag commence lui-même à se professionnaliser. Le principal développeur de l'alternative libre, Nicolas Lœuillet, a lancé fin 2016, un service hébergé pour l'outil, wallabag.it. Il évolue rapidement, ajoutant régulièrement de nouvelles fonctions, dernièrement la recherche et la compatibilité avec les « paywalls ».

Contacté, Nicolas Lœuillet estime que ce rachat, et le passage en open source, sont une bonne nouvelle. « Par contre, il ne faut surement pas s’attendre à pouvoir installer une instance de Pocket sur son propre serveur » pondère-t-il. Concernant wallabag, « on va juste devoir se différencier autrement que sur le côté open source, mais ce n’est pas gênant : notre application web fait tellement plus que Pocket que ça ne sera pas compliqué ».

La question se pose plus pour wallabag.it, encore tout frais. « C’est un poil plus compliqué, je le reconnais. Mais là encore, c’est tout de même très intéressant : car si Mozilla rachète Pocket, c’est forcément qu’une étude de marché a été faite et qu’ils ont estimé que le secteur était porteur » estime Lœuillet. « Donc à wallabag.it de se faire encore un peu plus sa place, le challenge est intéressant. »


chargement
Chargement des commentaires...