wallabag 2.2 apporte la recherche, le support des paywalls et de nouvelles options

Des liseuses presque compatibles 16
En bref
image dediée
Services
Guénaël Pépin

wallabag 2.2 est disponible, avec quelques mois de retard et une liste de changements alourdie. La gestion des comptes se renforce, la recherche fait son arrivée et les articles payants commencent à devenir lisibles. En parallèle, de nouvelles extensions pour navigateurs sont arrivées, et la compatibilité avec les liseuses avance.

Prévue début octobre, la version 2.2 de wallabag est enfin disponible. L'outil de sauvegarde d'articles se dote de nouvelles fonctions, au premier rang desquelles un champ de recherche, le support des paywalls et la remise à zéro du compte. La raison du retard ? « On a ajouté beaucoup, beaucoup de choses dans la feuille de route et on a voulu blinder les migrations de base de données (en ajoutant des tests unitaires) » nous explique Nicolas Lœuillet, le développeur principal de l'outil.

Gestion du compte, recherche et raccourcis clavier

Début octobre, la version 2.1 apportait de nombreuses options d'import et la gestion des utilisateurs, intégrée à l'interface. La dernière mouture ajoute l'import d'articles depuis Pinboard, l'export vers Unmark.it. Elle apporte également la remise à zéro et la suppression de son propre compte utilisateur.

La recherche fait aussi son entrée sur la branche 2.x, tout comme le téléchargement d'images, déjà présent dans wallabag 1.x. Pour sa part, la version web se dote d'une vingtaine de raccourcis clavier, avec lesquels il est possible de naviguer entièrement entre les articles. En parallèle, l'API gagne le support des annotations et l'export d'entrées. Il est aussi possible de configurer la redirection après avoir lu une entrée.

Des articles payants lisibles via wallabag

L'un des grands ajouts de cette version 2.2 est un début de compatibilité avec les paywalls. Les identifiants sont alors partagés avec l'ensemble des utilisateurs de l'instance. « Nous ajouterons une interface pratique dans la prochaine version » promet Nicolas Lœuillet dans son billet de blog. Pour le moment, il faut modifier un fichier de configuration pour y inscrire les identifiants, ce qui rend son usage difficile sur une installation partagée.

Aujourd'hui, seuls quelques médias sont officiellement proposés. « Notre bibliothèque (Graby) qui récupère le contenu des articles tente d'obtenir de manière standard le contenu, en se fondant sur les éléments de la page. Mais pour certains sites, cela ne fonctionne pas tout le temps. Il est donc possible de configurer chaque site individuellement, en disant « le titre, c’est telle balise, le contenu c’est telle balise » » nous détaille Lœuillet, avec pour exemple Le Monde.

La version 2.3 devrait donc être celle où la fonction devient vraiment utilisable par tous. Cela même si l'équipe ne projette pas encore de fournir un outil simple pour identifier manuellement les parties d'une page de chaque site.

Extensions, plateforme payante et support des liseuses

En dehors du logiciel principal, wallabag a connu quelques évolutions importantes en quatre mois. En novembre, l'outil libre s'est doté de nouvelles extensions pour Chrome, Firefox et Opera, nommées Wallabagger. L'intérêt est notamment de proposer une interface similaire dans tous les navigateurs et compatible avec wallabag v2.

En décembre, Nicolas Lœuillet a ouvert wallabag.it (voir notre entretien). Il s'agit d'une plateforme mutualisée payante, à 12 euros par an, qui propose une instance clé-en-main de wallabag, avec la dernière version préinstallée. L'un des principaux soucis du logiciel, admis par les développeurs, est la relative difficulté à l'installer. Un point sur lequel l'équipe compte travailler. En attendant, un service classique permet d'attirer les utilisateurs qui ne tiennent pas spécifiquement à l'auto-hébergement.

Enfin, wallabag commence à arriver (plus ou moins officiellement) sur les liseuses. C'était l'un des objectifs de ces derniers mois pour le projet. Nicolas Lœuillet nous affirme ainsi que le travail d'intégration est en cours pour les liseuses Booken. Chez Kobo, il faut passer par Wallabag Downloader, développé par Antoine Beaupré. Du côté de PocketBook, cela passe par l'outil tiers Plop! Reader de Pascal Martin.


chargement
Chargement des commentaires...