Autonomie : Opera insiste et critique Microsoft, au risque d'en faire trop

Des comparaisons équivalentes. Ou presque 102
En bref
image dediée
Navigateurs
Vincent Hermann

L’autonomie des ordinateurs portables est le prochain mètre étalon pour les navigateurs. Opera a ouvert le bal, Microsoft a répliqué. Le premier revient avec de nouvelles mesures, qui n’impressionnent clairement pas le second, chacun pointant les faiblesses de l’autre.

Il y a eu les performances, puis la compatibilité avec les standards du web. Il y a maintenant l’autonomie. Les navigateurs vont s’affronter pour savoir lequel est le moins gourmand en ressources machine. Une question qui certes mettra en avant des qualités techniques, mais dont le voyage vers la réponse devrait – théoriquement – profiter à tous.

Opera a ouvert les hostilités avec une communication plus agressive sur les mérites de son navigateur. Cela après avoir déjà intégré un bloqueur de publicités au sein même de son moteur de rendu. Objectif : dévorer le moins possible de ressources quand l’ordinateur fonctionne sur batterie. Limitation des calculs JavaScript, suspension de l’activité des onglets en arrière-plan, réduction des animations et autres mesures sont de la partie. Microsoft a répliqué, évidemment pour indiquer qu’Edge faisait mieux (voir cette actualité).

Opera critique l'absence de détails dans la méthode de Microsoft

Opera, visiblement contrarié que la couronne lui soit volée, a donc répliqué. La grande différence dans les deux communications est que la société scandinave annonce très clairement comment elle procède. Elle ne se contente pas de dire qu’elle enchaine des ouvertures d’onglets et du défilement du pages web sur une sélection de sites. Tout est à nouveau décrit dans un autre billet, avec la configuration utilisation, la méthode de calcul, les étapes et ainsi de suite.

Opera critique Microsoft pour ne pas donner ce niveau de précision. L’éditeur a donc relancé ses tests, et a obtenu de nouveaux résultats. Bien entendu, ils sont meilleurs : Opera permet de tenir 3h55, contre 3h12 pour Edge et 2h54 pour Chrome. On peut au moins citer un élément commun aux résultats des uns et des autres : Chrome est toujours dernier.

opera

Et puisque l'on parle de détails...

Mais il n’est pas besoin de plonger profondément dans les détails pour relever plusieurs éléments qui rendent la comparaison bien difficile, Opera n’en sortant pas grandi. Microsoft n’a ainsi pas détaillé profondément sa méthode, mais avait indiqué n'avoir utilisé que des versions stables pour tous les navigateurs comparés. Côté Opera, on est en loin : une version Developer, donc pas encore dans le canal bêta, et la dernière mouture stable d'Edge. Il y a donc une différence très nette, avec d’un côté un navigateur réellement disponible, de l’autre une version que seuls les plus enthousiastes utiliseront.

Évidemment, la version 39 d’Opera finira par être diffusée chez tout le monde. Oui, mais Edge aura alors lui été amélioré. Car l’autre grande différence entre les moutures est qu’Opera dispose déjà de ses mesures de réduction de la consommation. Pas Edge, qui devra attendre la fin du mois prochain et l’Anniversary Update (les améliorations peuvent être testées par les membres du programme Insider).

Et sans bloqueur de publicités ?

Dernière différence, et pas des moindres : le bloqueur de publicités. Il est directement intégré dans le moteur de rendu d’Opera, qui a expliqué que cette méthode permettait d’en avoir tous les avantages, sans les inconvénients. Adblock est en effet connu pour consommer de grandes quantités de mémoire vive selon les sites. De son côté, Edge était utilisé à blanc. Et pour cause : sans l’Anniversary Update, il ne dispose d’aucune extension.

Opera dispose de nombreuses qualités et les développements actuels en font une alternative plus que crédible face à la concurrence. Mais comparer une version Developer toutes options activées à une mouture stable sans fonctions équivalentes n’est guère à l’avantage du Norvégien. David Storey, ancien développeur sur Opera travaillant maintenant sur Edge, n’a d’ailleurs pas manqué de se moquer de cette comparaison.

Idéalement, on attendra qu’Edge soit mis à jour dans un mois et qu’Opera 39 soit disponible en version finale pour faire de nouveaux tests. D’ici là, Google et Mozilla auront peut-être annoncé leurs propres améliorations pour Chrome et Firefox.


chargement
Chargement des commentaires...