Le « dernier mystère » de Philae sur la comète 67P est enfin résolu

Putain, six ans déjà…
Tech 2 min
Le « dernier mystère » de Philae sur la comète 67P est enfin résolu
Crédits : ESA

Philae a enfin livré son dernier mystère : l’emplacement du second point d’impact lors de son atterrissage, bien plus mouvementé que prévu. Il a en effet réalisé plusieurs acrobaties de haute voltige (ou presque), permettant aux scientifiques d’en déduire des informations sur la composition de la comète.

C’est un retour de presque six ans que nous font revivre l’Agence spatiale européenne (ESA) et l’Observatoire de Paris. Il est en effet question des aventures du petit robot Philae qui est devenu, le 12 novembre 2014 (après un voyage de 10 ans et 6,5 milliards de kilomètres dans l'espace), le « 1er objet construit par l'homme » à se poser sur un noyau cométaire : la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, alias « Tchouri ».

Le petit module d’atterrissage a fait le voyage dans la sonde Rosetta, avant d’être largué. Il est alors descendu tranquillement vers la comète à une vitesse moyenne de 3,5 km/h (moins rapide qu'un homme qui marche). Ce voyage a duré plusieurs heures, avant que le verdict ne tombe : Philae avait bien touché la comète… avant de rebondir deux fois (et même davantage).

Lors de sa mission, Philae est en effet arrivé sur le site prévu : Agilkia. Problème, ses harpons n’ont pas fonctionné correctement pour le retenir sur la surface. Il a donc rebondi en repartant pour un tour de deux heures tout de même. Pendant cette phase, « il est entré en collision avec le bord d’une falaise et a dégringolé vers un second site d’atterrissage ».

Un second rebond plus tard – de sept minutes cette fois-ci – et il se pose finalement dans lieu abrité où il est resté par la suite : Abydos. Ce dernier n’a été formellement identifié dans les images prises par la sonde Rosetta que prés de deux ans après l’atterrissage (en 2016), soit quelques semaines seulement avant la fin de la mission Rosetta. La sonde a pour rappel fait un ultime baiser à la comète. Pour parler crument, on peut dire qu’elle s’est écrasée volontairement (pour éviter d’errer comme une âme en peine).

De ce périple, restait une inconnue de taille : où se trouvait le second site d’atterrissage de Philae ? « Après des années d’un travail de détective, [il] a été identifié sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko dans un lieu dont la forme rappelle un crâne », explique l’ESA. Ces travaux font l’objet d’une publication scientifique dans Nature.

Un voyage riche en rebondissements !

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !