Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Prédictions, chiffrement et libertés : le cri d’alarme du Conseil national du numérique

Une « spirale infernale »
Droit 5 min
Prédictions, chiffrement et libertés : le cri d’alarme du Conseil national du numérique

Alors que le projet de loi sur la sécurité publique et contre le terrorisme débute sa phase d’examen à l’Assemblée nationale, le Conseil national du numérique publie un long plaidoyer contre la justice du soupçon. Il profite de la fenêtre pour rappeler l’importance du chiffrement.

« Prédictions, chiffrement et libertés ». Voilà les trois thèmes dessinés par le CNNum dans son avis, révélé le jour même où le projet de loi anti-terroriste est examiné en commission par les députés.

Cette impression de « spirale infernale », alimentée par ce nouveau texte sécuritaire, le quinzième depuis 2012, suscite une série de commentaires de la part de cette instance consultative. Deux foyers incendiaires : d’une part, Internet qui apparaît dans le discours politique « comme un coupable idéal » ou un « terrain d’expérimentation pour le déploiement dans le droit commun des instruments sécuritaires ». De l’autre, le recul de l’intervention de l’autorité judiciaire.

Le projet de loi, premier texte sécuritaire d’Emmanuel Macron, ne manque pas de respecter cette jeune tradition, en basculant entre les mains de l’autorité administrative nombre de prérogatives qu’on pensait réservées au juge.

Le recul du juge face à l'autorité administrative

« Malgré l’urgence et la complexité technique inhérentes aux affaires antiterroristes, le Conseil tient à réaffirmer son attachement au principe d’une intervention judiciaire lorsque sont mises en cause les libertés individuelles » soutient l’avis, sans détour. « Si le passage par le juge ne constitue pas une garantie absolue, il s’apparente à une garantie nécessaire : contrairement à l’administration ou aux services de sécurité, régis par un pouvoir hiérarchique, le juge est indépendant ».

Et pour cause, avec l’actuel projet de loi, déjà voté par les sénateurs, l’intervention du juge est ou bien accessoire ou bien a posteriori : périmètre de protection, mesures individuelles de contrôle administratif, visites et saisies administratives, fichier des voyageurs, surveillances hertziennes…

Une logique du soupçon

Un autre mouvement se dessine, outre le recul du judiciaire : cette logique du soupçon qui imprègne les récentes législations. À chaque fois, « la notion de comportement tend à se substituer à celle d’activité : au nom d’une conception prédictive de la lutte antiterroriste, des individus pourraient être contraints non parce qu’ils prépareraient des crimes ou des délits, mais bien parce qu’ils seraient susceptibles d’en commettre ».

Les exemples symptomatiques ne manquent pas. Il y a celui dénoncé par le Conseil constitutionnel, relatif à la surveillance des proches d’une personne susceptible d’être en lien avec une menace terroriste. Autre cas, évidemment, celui des boites noires, elles aussi issues de la loi sur le renseignement et déjà déployées à l’échelle internationale.

Ces pratiques de surveillance qui « deviennent permanentes et générales », dopées par « l’augmentation des capacités de calcul, les progrès de l’intelligence artificielle et du deep learning associés » surfent sur la vague des modèles prédictifs. « L’intention est louable et semble frappée au coin du bon sens. Elle soulève néanmoins des considérations bien spécifiques ».

Il y a avant tout un risque de faux positifs d’où découlent des atteintes pourtant directes à la vie privée des internautes. « Malgré les progrès spectaculaires de l’intelligence artificielle, ces algorithmes de traitement de données n’en sont pas moins exempts de biais, notamment sociologiques » ajoute l’avis.

Des risques de biais

Ces biais « peuvent contribuer à renforcer les discriminations dont sont victimes certains groupes d’individus au sein d’une population. Ces dangers, qui commencent à être bien documentés, ont récemment fait irruption dans le débat public autour des questions de police prédictive ».

Pour le CNNum, il n’y a pas mille solutions : « Un chantier doit être ouvert en matière d’explicabilité de ces algorithmes de traitement de données : le contrôleur doit être en mesure d’ouvrir ces boîtes noires, afin de s’assurer de leur équité, pour organiser une voie de retour démocratique et l’effectivité du droit au recours des individus ».

On notera que la Commission nationale de contrôle des techniques du renseignement a déjà le pouvoir d’émettre « un avis » sur la demande d'autorisation visant ces boites noires, ainsi que sur les paramètres de détection retenus.

« Elle dispose d'un accès permanent, complet et direct à ces traitements ainsi qu'aux informations et données recueillies. Elle est informée de toute modification apportée aux traitements et paramètres et peut émettre des recommandations » indique l’article L851-3 du Code de la sécurité intérieure. Mais visiblement ce simple avis n’est pas assez robuste aux yeux du CNNum.

Menace sur le chiffrement

Un autre sujet risque d’être relancé lors des débats à l’Assemblée nationale concerne le chiffrement. Il faut se souvenir du plan présenté par Emmanuel Macron et Theresa May qui rêve de « permettre l’accès au contenu chiffré », prévoyant que « lorsque les technologies de chiffrement sont utilisées par des groupes criminels, voire terroristes, il doit exister une possibilité d’accès au contenu des communications ».

« Cette déclaration peut laisser songeur : comment accéder à des contenus chiffrés dont on n’a pas la clef ? » s’interroge toujours le Conseil qui refuse, comme la CNIL, l’idée de voir implanter des portes dérobées sur ces dispositifs. « Celles-ci auraient pourtant des conséquences dramatiques pour l’ensemble des utilisateurs. Les cyberattaques récentes et massives ne cessent de démontrer le risque que peut faire courir le maintien volontaire de failles de sécurités, par des agences de renseignement à des fins offensives, pour la sécurité des utilisateurs »

En réponse à ce plan May-Macron, l’avis met les points sur les i : « il n’existe pas de technique d’affaiblissement systémique du chiffrement qui ne permettrait de viser que les activités criminelles. Limiter le chiffrement pour le grand public reviendrait alors à en accorder le monopole aux organisations qui sauront en abuser ».

61 commentaires
Avatar de Mihashi Abonné
Avatar de MihashiMihashi- 12/09/17 à 06:56:12

Merci le CNNum :yes:

Avatar de Oliewan Abonné
Avatar de OliewanOliewan- 12/09/17 à 07:09:05

Mihashi a écrit :

Merci le CNNum :yes:

Pluzin
Ils cherchent vraiment, au gouvernement,  à compliquer la vie des policiers a force de motiver les gens à toujours plus crypter leurs communications. Contre-productif, pas très intelligent,  les adjectifs polis me manquent...

Avatar de Patch INpactien
Avatar de PatchPatch- 12/09/17 à 07:13:50

Oliewan a écrit :

Pluzin
Ils cherchent vraiment, au gouvernement,  à compliquer la vie des policiers a force de motiver les gens à toujours plus crypter leurs communications. Contre-productif, pas très intelligent,  les adjectifs polis me manquent...

Chiffrer :cap:

Macron prouve de plus en plus que malgré son jeune âge, il n'est en rien différent des vieux politocards, qui ne comprennent en prime rien au Net, et tout ce qui y est lié...

Édité par Patch le 12/09/2017 à 07:15
Avatar de ArchangeBlandin Abonné
Avatar de ArchangeBlandinArchangeBlandin- 12/09/17 à 07:14:03

J'aime la dernière citation !

Malheureusement, leur rôle est seulement consultatif...

On en revient toujours au même :
1/ Le gouvernement interdit "ça" parce que ça peut servir à des activités illégales.
2/ La population avait besoin de "ça", bah tant pis, c'est pour votre sécurité, ils faisaient sans au moyen age !
3/ Les criminels/terroristes/autre les utilisent "ça" quand même, aucun effet n'est constaté sur leurs activités.

Avatar de tmtisfree Abonné
Avatar de tmtisfreetmtisfree- 12/09/17 à 07:19:24

Cette impression de « spirale infernale », alimentée par ce nouveau texte sécuritaire, le quinzième depuis 2012

Au pire, un seul texte aurait dû suffire (au mieux zéro : une société bien armée sait se défendre). Mais voilà, la compétence a un prix que les politocards corrompus idiotement élus (ou désignés) et faussement omnipotents ne payeront jamais de leur personne. Quand la compétence est absente, la seule motivation qui reste est la compétition pour répondre aux attentes de la société.

Édité par tmtisfree le 12/09/2017 à 07:21
Avatar de Oliewan Abonné
Avatar de OliewanOliewan- 12/09/17 à 07:31:25

Chiffrement, cryptage, je me suis encore fait avoir :transpi:
Désolé mes excuses :)

Avatar de Ricard INpactien
Avatar de RicardRicard- 12/09/17 à 07:33:58

Il a pourtant été prouvé à maintes reprise que la surveillance de masse n'était pas du tout efficace.
Les raisons sont ailleurs.

Avatar de revker Abonné
Avatar de revkerrevker- 12/09/17 à 07:40:25

Encore une fois, le gouvernement préfère affaiblir les droits des citoyens innocents plutôt que de traiter le problème à sa source. 

Avatar de Rowin Abonné
Avatar de RowinRowin- 12/09/17 à 08:01:51

Patch a écrit :

Chiffrer :cap:

Remarque que si l'on "cryptait" (au sens de l'inverse de décrypter) réellement nos communications, ils auraient du mal à les lire. Bon, nous aussi, du coup...

Avatar de jackjack2 Abonné
Avatar de jackjack2jackjack2- 12/09/17 à 08:05:23

Ricard a écrit :

Il a pourtant été prouvé à maintes reprise que la surveillance de masse n'était pas du tout efficace.
Les raisons sont ailleurs.

Faux
La surveillance de masse est efficace
Elle est juste pas efficace pour contrer le terrorisme

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 7