Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Articles « bidon » :  Facebook va bientôt porter la lutte en Allemagne

Comment dit-on fake news en allemand ?
Internet 2 min
Articles « bidon » :  Facebook va bientôt porter la lutte en Allemagne

Après les Etats-Unis, Facebook annonce qu'il déploiera dans les prochaines semaines son dispositif de lutte contre les articles trompeurs en Allemagne. Une première incursion en Europe, qui suit de quelques jours une série de mesures pour séduire les médias.

Il y a quelques jours, Facebook dévoilait son Journalism Project, un large dispositif censé rapprocher le réseau social des médias, en leur fournissant plus d'outils, de canaux de contact et de supports de formation. Le but : séduire ces acteurs, qui se sont montrés très critiques de l'entreprise depuis la dernière élection présidentielle américaine... Lors de laquelle la multiplication des articles « bidon » sur le réseau social aurait joué un rôle important (voir notre analyse).

Si Facebook a d'abord nié toute influence de ces contenus sur l'issue de l'élection, la plateforme a rapidement changé de position, mettant désormais en avant sa lutte contre les articles trompeurs. Dans un communiqué publié hier, le réseau social annonce le déploiement en Allemagne de ses outils pour combattre ces fake news, d'abord prévus aux États-Unis, dans les prochaines semaines.

Une recrudescence de contenus trompeurs

Comme expliqué il y a un mois, les internautes pourront signaler des contenus qui leur semblent litigieux, qui seront ensuite vérifiés par des journalistes issus « de médias indépendants », se conformant aux règles de l'institut Poynter. Les articles seront aussi détectés automatiquement et soumis aux journalistes. Une fois un article déclaré tendancieux, un avertissement s'affichera autour de lui dans le fil d'actualité (où il sera affiché plus bas) et des alertes apparaitront au moment de le partager.

Dans son communiqué, le réseau social évoque une recrudescence de ces articles au contenu trompeur. Il n'indique par contre pas avec quels médias allemands elle collaborera dans un premier temps. Cela même si elle affirme vouloir étendre le nombre de partenaires à l'avenir.

Décourager financièrement les faux articles

Au-delà de cela, Facebook affirme clairement sa volonté de décourager financièrement la production de ces contenus viraux trompeurs. Pour nombre de médias et certains spécialistes, à l'image du sociologue Antonio Casilli, le modèle publicitaire de Facebook est l'une des causes majeures de la multiplication de ces articles, destinés à amasser les clics et les revenus fournis par les annonceurs. Le réseau social et Google ont d'ailleurs annoncé, dès novembre, interdire la publicité pour ce type de contenus.

Facebook indique que le pilote a pu être étendu à l'Allemagne car ses partenaires y sont prêts, alors que la prochaine élection présidentielle a lieu en fin d'année. Au Financial Times, la plateforme déclare que la solution devrait être déployée dans d'autres pays, même si elle ne sait pas encore lesquels. L'entreprise n'a pas encore fourni de plan précis pour la France.

19 commentaires
Avatar de anonyme_8ce6f4774d9018fb0696aa6b7572a96b INpactien

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Comment dit-on fake news en allemand ?

Alors qu'en français, la question ne se pose pas bien évidemment...

Avatar de Obidoub Abonné
Avatar de ObidoubObidoub- 16/01/17 à 09:20:29

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Si Facebook arrive à exterminer les pratiques de putaclick, tout comme Google a quasiment tué les fermes de liens, je dis respect.

Avatar de jackjack2 Abonné
Avatar de jackjack2jackjack2- 16/01/17 à 09:25:31

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Les revenus publicitaires différenciés selon la source et le contenu des articles je vois pas comment ça pourrait être une bonne idée
Tout deviendra des articles tiédasses qui n'oseront pas parler ou dévoiler des infos gênantes

Ça aurait limité la diffusion des boulettes de Clinton
Et vu la personnalité de leur futur président, on ne me fera pas croire que les journalistes "indépendants" ne seront pas tentés d'assécher financièrement ces sites par allégeance, peur, pression, autocensure, etc (article sur de forts soupçons de fraude fiscale par une société appartenant à Trump, on fait quoi ?)

Et on a toujours le même problème : quand on régule pas c'est à l'utilisateur de réfléchir, mais quand on régule, on valide a priori les articles non "marqués"

Avatar de Ricard INpactien
Avatar de RicardRicard- 16/01/17 à 09:46:21

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Joseph Goebbels Approuve cette grande initiative.

Avatar de skan INpactien
Avatar de skanskan- 16/01/17 à 09:51:07

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Marrant, les journalistes de Libération vont voter contre ceux de Marianne et ainsi de suite…

Avatar de Naneday INpactien
Avatar de NanedayNaneday- 16/01/17 à 09:52:14

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Édité par Gnppn le 16/01/2017 à 10:38
Avatar de Northernlights Abonné
Avatar de NorthernlightsNorthernlights- 16/01/17 à 09:54:25

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Je tente ma chance avec 'verfälschte Nachrichten'

Avatar de OlivierJ Abonné
Avatar de OlivierJOlivierJ- 16/01/17 à 10:07:06

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Effectivement en Allemagne ça y va aussi (article en anglais), c'est une forme de cancer à force ces trucs : "Hyperpartisan Sites And Facebook Pages Are Publishing False Stories And Conspiracy Theories About Angela Merkel"
https://www.buzzfeed.com/albertonardelli/hyperpartisan-sites-and-facebook-pages-...

Top-performing Merkel stories in both English and German are dominated by a string of highly critical, and often misleading, articles and headlines from websites that consistently publish fake news and conspiracy theories.

skan a écrit :

Marrant, les journalistes de Libération vont voter contre ceux de Marianne et ainsi de suite…

Pourquoi donc ? Tant qu'un article n'est pas réellement malhonnête, il n'y a pas de raison. On peut écrire dans le Figaro et ne pas contester un article de Libération, et inversement, et heureusement.

Édité par OlivierJ le 16/01/2017 à 10:07
Avatar de OlivierJ Abonné
Avatar de OlivierJOlivierJ- 16/01/17 à 10:08:49

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Édité par Gnppn le 16/01/2017 à 10:38
Avatar de oXis Abonné
Avatar de oXisoXis- 16/01/17 à 10:47:39

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

infaux :)

(en Français, en Allemand je sais pas)

Édité par oXis le 16/01/2017 à 10:49
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2