Windows 7, à utiliser « à vos risques et périls » selon Microsoft

Une autre manière de mettre en avant Windows 10 402
image dediée
OS

On sait que Microsoft insiste lourdement sur l’intérêt de migrer vers Windows 10, puisqu’il en va de son avenir. Récemment, plutôt que de vanter simplement les mérites de son nouveau système, un responsable a préféré tirer au canon sur la sécurité de Windows 7. Au risque de tomber dans l’excès.

On peut assurer la promotion d’un produit par divers moyens. Le plus courant est d’en vanter les mérites, les qualités et les améliorations, autrement dit les forces. Mais on peut également s’appesantir sur les faiblesses, par exemple en attaquant des points particuliers sur un produit de la concurrence.

La promotion de Windows 10 est particulièrement vive depuis son lancement, Microsoft poussant largement vers une adoption aussi rapide que possible. Comme nous l’indiquions récemment, il en va de l’avenir de l’entreprise : plus il y aura d’utilisateurs, plus les développeurs seront attirés, plus ils créeront d’applications tierces et plus les clients potentiels seront intéressés (le fameux cercle vertueux des boutiques d'applications). Il faut dire que depuis que l’éditeur propose son Store, la mayonnaise n’a pas encore pris.

Jusqu’à présent, Microsoft a donc surtout mis en avant la facilité d’utilisation et la fusion des philosophies de Windows 7 et 8, à savoir un menu Démarrer enfin de retour, mais dans un environnement modernisé et toujours pas capable de faire fonctionner les applications WinRT, dont le modèle a évolué vers les applications universelles que l’on connait aujourd’hui. Pourtant, cela ne semble pas suffisant, et lors d’une interview, le responsable Chris Capossela s’en est pris à Windows 7.

Windows 7 aurait des soucis de compatibilité

Interrogé dans le cadre de l’émission hebdomadaire Windows Weekly, il a livré un paysage assez étrange de l’ancien système et des risques que courent les utilisateurs : « Nous nous inquiétons, quand les gens utilisent un système d’exploitation âgé de dix ans, qu’ils achètent une future imprimante qui ne fonctionnera pas bien, ou qu’ils achètent un nouveau jeu, comme Fallout 4, un jeu très populaire, et qu’il ne fonctionne pas sur un tas de vieilles machines ».

Comme si l'angle d'attaque du responsable n'était pas assez clair, il ajoute : « Et donc, nous encourageons nos partenaires logiciels et matériels à bâtir de nouvelles choses super qui profitent de Windows 10 et qui rendent évidemment les anciens produits vraiment mauvais en comparaison, sans parler des virus et des problèmes de sécurité ».

Des propos qui ont largement fait réagir (notamment chez Forbes et The Hacker News), tant plusieurs éléments posent problèmes. Sur la compatibilité d’abord, on frise la contre-vérité : Windows 7 n’a aucune raison d’être moins compatible que Windows 10. L’explication en est d’ailleurs assez simple puisqu’il est actuellement le système le plus utilisé au monde, avec une part de marché mondiale qui dépasse encore les 50 %. Aucune chance donc pour qu’un constructeur fasse l’impasse sur un pilote Windows 7 en cas d’arrivée d’un nouveau produit, cela reviendrait à se couper de près de la moitié du marché. Idem pour la compatibilité des jeux, Fallout 4 fonctionnant d’ailleurs de la même manière sur Windows 7, 8 et 10 (c’est-à-dire parfois de manière assez erratique).

Une sécurité défaillante ?

L’autre gros problème de ce discours concerne le chapitre de la sécurité. Il n’y a pas vraiment de raisons qu’une installation Windows 7 soit plus sensible aux virus et problèmes de sécurité qu’une autre sous Windows 10. La configuration de la machine compte pour beaucoup, ou bien s’agissait-il seulement pour Chris Capossela d’indiquer que Windows 10 intégrait directement l’antivirus maison. Auquel cas l’installation de ce dernier sur Windows 7 comble l’écart. Tous les grands mécanismes de sécurité de Windows ont surtout été ajoutés dans l’édition 64, notamment l’ASLR. Bien entendu, chaque nouvelle version du système améliore ces mesures, mais pourquoi enfoncer à ce point l'ancien système ?

En outre, il est bon de rappeler que Windows 7 est toujours « sous garantie » : son support étendu est prévu pour s’arrêter seulement en 2020, laissant plus de quatre années de correctifs de sécurité. Et il est évident que de nombreuses entreprises vont attendre d’arriver à date limite pour penser à la suite, exactement comme dans le cas de Windows XP. D’ailleurs, quand Windows 8 provoquait des remous avec une adoption nettement en-deçà des attentes de Microsoft, nous indiquions déjà que Windows 7 pourrait devenir le nouveau XP.

Une base utilisateur à faire bouger coûte que coûte

Pourquoi autant insister ? Parce que Microsoft, encore une fois, doit faire bouger sa base utilisateur, et le responsable le dit d’ailleurs très clairement : « Nous savons qu’il existe un grand nombre de personnes qui bottent en touche si, franchement, on ne les pousse pas un peu. Du coup, il n’y aucun doute qu’avec une base comme la nôtre, il est difficile de faire bouger tout le monde sans mettre en colère certaines personnes. Nous ne voulons mettre en colère personne, mais nous ressentons vraiment une responsabilité à déplacer les gens vers un meilleur endroit, et Windows 10 est un meilleur endroit que Windows 7. Nous vous donnerons toujours une issue, mais nous essayons de trouver le bon équilibre ». Mais que l'on soit averti : vous pouvez rester sur Windows 7, « mais à vos risques et périls ».

La perception même du marché par le responsable risque d’accentuer la manière dont certains se sentent déjà forcés par la mise à jour Windows 10, l’éditeur insistant copieusement via ses messages et l’application de promotion. À partir du moment où Microsoft propose des produits accompagnés d’un contrat de licence et d’une politique claire de support, le client a le choix. Les problématiques de Microsoft sur sa base technique ne sont pas celles des clients, qui n’ont pas nécessairement envie de modifier leurs habitudes ou de sauter sur la dernière nouveauté.

Or, venir appuyer sur les incompatibilités éventuelles ou l’insécurité de Windows 7 est un mauvais calcul : plutôt que de donner envie d’aller vers le nouveau produit, l’éditeur essaye de provoquer une défiance de l’ancien. La firme semble si pressée d'en finir avec ses anciens systèmes qu'elle en oublie d'arrondir les angles et insiste lourdement, au risque même de tomber dans la désinformation.

Nous avons contacté Microsoft sur ce point et attendons actuellement une réponse.

Publiée le 07/01/2016 à 10:30
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €


chargement
Chargement des commentaires...