NSA : The Intercept débute la publication des documents de Snowden sur GitHub

Happy Birthday 53
En bref
image dediée
Crédits : EFF (licence CC-BY 3.0)
Securité
Vincent Hermann

Alors que l’on approche du troisième anniversaire des premières révélations sur le programme Prism, The Intercept commence la diffusion des documents dérobés par Edward Snowden. Le premier lot concerne une newsletter interne à la NSA, comprenant des informations sur de nombreux sujets.

Le 6 juin 2013, le monde apprenait que les opérateurs américains de téléphonie avaient l’obligation de fournir à la NSA la totalité des métadonnées des appels téléphoniques. L’ensemble de cette automatisation des transmissions avait été révélée par l’intermédiaire d’une série de documents dérobés par Edward Snowden, prestataire pour l’agence de surveillance. Il avait accès à une partie des serveurs et avait récupéré des centaines de milliers de contenus avant de les copier sur une simple clé USB.

Presque trois ans de rebondissements

Comme on l’a vu pendant les mois suivants, il ne s’agissait que du début. D’autres documents ont continué de pleuvoir à un rythme régulier, enchainant les noms de code, dont le plus connu est Prism. Ce programme particulier faisait le lien entre la NSA et les grandes entreprises informatiques américaines telles que Microsoft, Google, Apple, Facebook et ainsi de suite. Des informations qui ont provoqué une onde de choc, une crise de confiance de la clientèle et une longue série de justifications et d’explications.

Depuis, le paysage a changé, mais pas radicalement. Le Freedom Act, mis en avant par Barack Obama, a par exemple allégé quelques règles de communications et coupé court aux transmissions automatiques par les opérateurs de téléphonie. Ce sont eux qui, aux États-Unis, ont désormais pour mission de garder les métadonnées pendant cinq ans, un tribunal spécial et secret (FISC, pour Foreign Intelligence Surveillance Court) validant les accès de la NSA à cette base au cas par cas. Pour le reste, la NSA a défendu bec et ongle l’efficacité de ses programmes, y compris devant le Sénat américain.

The Intercept veut publier les documents en sa possession

Aujourd’hui, alors que le débat sur la place du chiffrement fait rage, et presque trois ans après Prism, The Intercept a décidé de publier petit à petit les fameux documents dérobés par Snowden. Ce média a notamment été cofondé par Glenn Greenwald. Le journaliste travaillait initialement pour The Guardian, avant de partir du Royaume-Uni en emportant avec lui les précieux documents. On se souvient que The Guardian faisait partie des quelques journaux ayant eu accès à ces informations. La rédaction avait d’ailleurs reçu la visite d’agents du GCHQ (équivalant anglais de la NSA), qui avaient détruit plusieurs disques durs.

Comme l’indique The Intercept, les premiers documents mis à disposition concernent SIDtoday, une sorte de newsletter interne résumant de nombreuses informations pour les employés autorisés à y avoir accès. 166 articles sont présents et datent du deuxième trimestre 2003. Y est abordée une vaste quantité de sujets, parmi lesquels la guerre en Irak, la lutte contre le terrorisme, le suivi de l’utilisation globale d’Internet, la génération des appareils mobiles, la surveillance des progrès de la Corée du nord dans la technologie nucléaire ou encore le rôle de la NSA dans les interrogatoires. Ces lettres présentent aussi les victoires de l’agence, notamment lors de la découverte du processus d’enrichissement de l’uranium par la Corée du Nord, en violation d’un traité signé avec les États-Unis.

Un important travail de présentation

La publication de ces documents a réclamé un important de travail de présentation selon Micah Lee, qui s’est chargé de l’opération. Il explique que ces informations étaient présentes dans un intranet particulier de la NSA et se présentaient donc sous la forme de code HTML. Il a donc fallu extraire les contenus intéressants et les remodeler pour en faire des PDF lisibles. Les pages HTML faisaient en effet référence à de nombreux éléments (images, tableaux, liens, etc.) qui n’étaient pas inclus dans les archives récupérées par Snowden.

Le processus menant à la publication est très différent de ce qui avait été fait jusqu'à présent. Certains documents avaient bien sûr été déjà révélés, mais toujours pour servir de trame de fond et d'illustration aux articles complets dont ils constituaient les fondations. The Intercept souhaite cette fois publier les documents eux-mêmes, en fournissant simplement un contexte. D'ici la fin de l'année, le processus devrait être achevé.

Quoi qu'il en soit, tous ces premiers documents ont été publiés sur un dépôt GitHub mis en place il y a quelques jours. Les 166 contenus sont accessibles séparément au sein d’un répertoire « Documents », ou réunis sous forme d’un fichier Zip de 4,6 Mo. Ceux que ces informations intéressent ont tout intérêt à lire cet article de The Intercept, donnant le contexte global des informations révélées.

Précisons que c'est bien la totalité des informations récupérées par Snowden qui sera à terme publiée, à une exception près. Les contenus pouvant en effet mettre en danger des vies humaines seront laissés de côté. Un choix différent de ce qui avait été fait par Wikileaks par exemple. The Intercept rappelle qu'il s'agit du même type d'accord que Snowden avait exigé pour l'ensemble des médias autorisés à piocher dans les données de la NSA.


chargement
Chargement des commentaires...