5G : l'Arcep transmet sa proposition au gouvernement, mais tient à « souligner les risques »

C'est pas ma faute à moi 7
image dediée
Crédits : sompong_tom/iStock
Espace
Sébastien Gavois

C'est fait : l'Arcep a transmis au gouvernement sa proposition d'attribution des fréquences de la 5G. Elle comprend des blocs à prix fixe de 50 MHz, alors que le régulateur voulait pousser jusqu'à 60 MHz. Sébastien Soriano et Iliad mettent en garde des risques que cela pourrait engendrer. Le régulateur détaille au passage les obligations associées.

Enfin serait-on presque tenté de dire : « L’Arcep a adopté ce jour sa décision relative aux modalités et aux conditions d’attribution d’autorisations d’utilisation de fréquences dans la bande 3,4 - 3,8 GHz en France métropolitaine et l’a transmise au gouvernement ».

Cette décision fait suite au projet d'attribution présenté officiellement mi-juillet et ouvert à consultation publique jusque début septembre. Le régulateur se félicite d'ailleurs d'avoir obtenu de nombreuses contributions, qui ont été mises en ligne comme le veut la coutume.

Le cahier des charges prévoit une attribution des fréquences de la bande des 3,4 à 3,8 GHz en deux phases. La première permet à quatre candidats maximum (c'est-à-dire les quatre opérateurs nationaux que sont Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange et SFR) d’obtenir un bloc de fréquences à prix fixe, contre des engagements optionnels. La taille des blocs était un sujet de discorde. 

L'Arcep valide 4x 50 MHz à prix fixe, mais souligne « les risques »

Lisez la suite : 85 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...