BlizzCon : du sang dans Diablo IV, des défunts dans World of Warcraft Shadowlands

Grosse ambiance 43
Accès libre
image dediée
Jeux video
Vincent Hermann

La conférence annuelle de Blizzard avait lieu ce week-end. Son programme s’est révélé beaucoup plus chargé que l’édition 2018, avec la présentation notamment du nouveau Diablo, d'Overwatch 2 et de la prochaine extension de World of Warcraft.

C’est peu dire que la pression s’accumulait autour de Blizzard. Entre un Diablo III à bout de souffle, une déclinaison Immortal dont l’annonce avait profondément déçu les fans et un World of Warcraft dont le manque de renouvellement devenait criant, les joueurs attachés à l’entreprise attendaient un sursaut.

Sans parler des critiques « sociétales » dont fait l'objet l'éditeur ces derniers temps, jusqu'aux portes de la BlizzCon. Il a d'ailleurs rapidement évoqué la situation à Hong Kong, pour s'en excuser comme cela avait été fait dans une lettre, notamment de sa réaction tardive, mais sans annoncer de changement sur le fond. Le strict minimum, donc.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le reste de la conférence fut dense, aussi bien dans son ouverture que dans les différents panels qui ont suivi pendant deux jours. Le public sur place avait d’ailleurs de quoi se réjouir : le compte à rebours d'ouverture s’est arrêté sur le chiffre « 4 », embrayant sur la cinématique d’introduction d'un nouvel opus de la saga Diablo.

Diablo IV : de l'ombre et du sang

C'était d'ailleurs la grande annonce de la conférence, que tout le monde attendait. Il faut dire que les rumeurs étaient copieuses. Après une édition 2018 de la BlizzCon essentiellement consacrée au jeu mobile Diablo Immortal – s’attirant au passage la déception de nombreux fans – le cru 2019 est bien différent.

Diablo IV se veut un mélange entre le troisième épisode et le côté beaucoup plus sombre des deux premiers. La cinématique d’introduction, particulièrement noire et sanglante, était là pour appuyer le propos : plus de 9 minutes consacrées au rappel de Lilith, reine des succubes.

Le lien avec Diablo lui-même n’est pas encore établi, mais titre du jeu oblige, il sera forcément révélé plus tard.

Le jeu se déroulera plusieurs années après les évènements de Diablo III.On reste dans la grande tradition des hack & slash avec un personnage parti pour massacrer du démon par bus entiers. On sera toujours dans Sanctuaire et la direction artistique met très clairement l’accent sur une ambiance sombre et violente.

On retrouve ici ce qui avait fait le succès du premier opus, avec une volonté affichée de fournir un ensemble oppressant. Précisément ce que nombre de fans de la licence voulaient retrouver, après un Diablo III un peu trop riche en couleurs au goût de certains. Ce monde sera ouvert et armé d’une progression non linéaire. Plusieurs groupes de quatre joueurs pourront arpenter un même monde et des défis semblent prévus pour réunir une dizaine de joueurs.

Le titre pourra cependant être joué seul. Blizzard a évoqué un monde immense dont la carte sera fixe, mais avec des « centaines de donjons » générés aléatoirement. Ce point semble avoir été retravaillé pour préserver l’ambiance et la cohérence des structures visitées. Le monde proposera également des évènements publics, auxquels pourront participer tous les joueurs passant par là.

Trois classes ont été révélées pour l’instant sur les cinq prévues : le barbare, le druide et la sorcière, qui gardent les orientations générales des jeux précédents (le druide faisant son grand retour depuis Diablo II). Le barbare sautera toujours dans la mêlée pour fracasser tout ce qui l’entoure, avec un nouveau système d’arsenal pour changer d’arme selon la situation (jusqu’à quatre armes portées). La sorcière garde les mêmes bases (sorts à distance), tandis que le druide fait son retour. Il pourra se changer en ours ou en loup selon les besoins, et disposera de sorts liés à la terre et la foudre.

La création des personnages embarquera une partie personnalisation. Pour l’instant limitée dans la démonstration faite ce week-end, on pourra à terme modifier le visage, la coupe et la couleur des cheveux, ou encore les cicatrices et tatouages.

Les arbres de talents feront également leur grand retour. La philosophie n’étonnera guère les adeptes de ce type de jeu : des points à répartir selon plusieurs branches de spécialisation. Plus on augmentera les points dans une branche, plus les pouvoirs débloqués seront puissants, et moins les autres branches seront accessibles. Pour la sorcière par exemple, on trouvera en bas de la branche givre la compétence « Hiver sans fin », augmentant les dégâts de 30 %.

Il y aura donc un système de choix très clair, loin du système de runes de Diablo 3 permettant de tester toutes les combinaisons possibles. Les points s’obtiendront par la montée en niveau et certains livres, décrits comme rares. Le système rappelle évidemment Path of Exile, dont l’influence semble bel et bien présente.

À ceci près que l’arbre de talents de ce dernier est commun à toutes les classes et permet de naviguer librement, à la manière du sphérier de Final Fantasy X.

Outre un mode Extrême et un aspect JCJ confirmés, l’équipement reprend en partie le système de Diablo III et le modifie. Les nouveaux rangs de puissance : normal, magique, rare, légendaire ou ensemble, légendaire ancien ou ensemble ancien, et mythique. Les légendaires seront beaucoup plus rares qu’à présent et apporteront des compléments à des capacités (ou en apporteront de nouvelles). Par exemple, déclencher une nova de givre après la téléportation pour la sorcière.

Les objets mythiques seront les plus anciens et pourront cumuler les pouvoirs de plusieurs légendaires. En outre, les légendaires et mythiques ne seront pas obligatoires pour obtenir des builds viables, à la grande différence d’aujourd’hui. Dernier point sur les objets, Diablo IV aura un système de montures permettant de couvrir les vastes zones. De l’équipement permettra de les améliorer, pour les rendre plus rapides, plus résistantes, etc.

Certains mécanismes sont entièrement nouveaux. Feinte par exemple permettra d’esquiver certains coups spéciaux des monstres rencontrés. Le Vertige sera un nouveau mécanisme de contrôle sur les boss et autorisera des actions particulières. Sur Ashava par exemple, premier world boss révélé, les joueurs pourront briser ses lames et ainsi réduire la difficulté restante du combat. Notez, au sujet de ces world boss, qu’ils seront plusieurs répartis dans le monde et qu’ils seront conçus pour les groupes plus importants de joueurs.

Les runes feront elles aussi leur retour, mais leur fonctionnement sera différent. On trouvera ainsi des runes de condition et des runes d’effets. Vous comprenez la mécanique : apposer une condition et un effet sur un objet et déclencher des actions selon le contexte. Blizzard affirme que les runes seront nombreuses et qu’il a « hâte » de voir les combinaisons que les joueurs créeront.

L’influence de World of Warcraft n’est pas non plus très loin. Les joueurs trouveront ainsi de temps en temps des clés leur ouvrant des donjons. Ces clés pourront être améliorées pour que les donjons soient plus difficiles, et les récompenses plus grandes. Les améliorations passeront par des affixes rappelant nettement les instances Mythiques de WoW : plus le niveau de la clé est élevé, plus les monstres reçoivent de capacités ou les joueurs de malus.

Les différentes présentations ont globalement fait forte impression, Blizzard jouant en partie sa crédibilité sur cette présentation. Mais l’éditeur a averti : « nous n’en sommes qu’à un stade peu avancé du développement et avons encore beaucoup de pain sur la planche. Ce que vous avez vu ce week-end est un aperçu très poussé. Mais d’ici à la sortie du jeu, bien des choses auront le temps de changer ». Et d’ajouter que des informations seront fournies « chaque trimestre ». Les joueurs sont prévenus. Pour le moment, aucune date de sortie n'a été annoncée.

World of Warcraft : l’Ombreterre se révèle

L’autre cinématique ayant fait son impression est l’introduction de Shadowlands, nouvelle extension de World of Warcraft en préparation. Les évènements autour de Sylvanas ont mené à un point culminant, et l’équilibre entre la vie et la mort s’en retrouve menacé. Direction l’Ombreterre, où vont les âmes des défunts, et où ont notamment été forgées l’armure du Roi-Liche et son épée Deuillegivre.

On y trouvera cinq zones (Ravendreth, Ardeneald, Bastion, Maldraaxxus et l’Antre) ainsi qu’une grande ville qui servira de capitale à l’extension, Oribos. En dehors de l’Antre, les zones ont toutes une congrégation ayant chacune son arc historique. Le joueur sera bien sûr invité à toutes les visiter, mais une fois arrivé au niveau maximum, il devra en choisir une pour s’y spécialiser. Il recevra alors des récompenses spécifiques, notamment de nouvelles capacités, des montures, des apparences d’armure, etc.

L’Antre, elle, reste mystérieuse. Depuis les actions de Sylvanas, toutes les âmes y sont envoyées, renforçant une entité y résidant, le Geôlier. La zone sera réservée aux joueurs de niveau maximum. Au centre, ils y trouveront la Tour des Damnés, un donjon spécial puisque la progression y sera infinie. Les joueurs (d’un à cinq) pourront y enchainer les niveaux, chacun plus complexe que le précédent.

Il y aura huit donjons classiques dans Shadowlands à son lancement : quatre pour la phase de montée en niveaux (The Necrotic Wake, Plaguefall, Mists of Tima Scithe, Halls of Atonement) et quatre une fois au niveau maximum (Spires of Ascension, Theater of Pain, The Other Side, Sangine Depths). Castle Nathria sera un raid contenant dix boss.

Côté objets, beaucoup de changements. L’éditeur semble avoir compris que les joueurs étaient agacés par l’aspect trop aléatoire du butin. Le système disparaît donc en majeure partie de l’extension. Le coffre hebdomadaire par exemple laissera le choix entre cinq objets. Il sera également possible de fabriquer ses propres objets légendaires dans une forge spéciale (celle d’où vient Deuillegivre). Les métiers permettront de fabriquer de l’équipement avec des statistiques souhaitées, au prix de composants plus nombreux.

Plusieurs gros changements seront également apportés par Shadowlands (ou plus précisément le patch 9.0). Tout d’abord, une réduction drastique du nombre de niveaux : le maximum, actuellement de 120, dégringolera à 50. Le nouveau niveau maximum de l’extension sera 60. Objectif, que chaque niveau soit significatif et apporte quelque chose.

Ce qui provoque évidemment une révision complète du leveling. Les nouveaux personnages commenceront dans une zone dédiée, pour les niveaux 1 à 10 et se finissant par un mini donjon, afin de maîtriser les bases du jeu. Le joueur embraiera directement sur le contenu de Battle for Azeroth. Cependant, en parlant à Chromie, ils pourront refaire à la place le contenu de n’importe quelle extension, ou du jeu de base. Au niveau 50, tout le monde se rendra en Ombreterre.

Il y aura enfin plus de personnalisation à la création des personnages. Les humains ne seront plus cantonnés aux traits caucasiens et pourront adopter un visage plus asiatique ou africain. Les Réprouvés auront le choix de masquer leurs os. Après tout, leur reine n’a jamais eu les os à l’air et a étrangement gardé son physique pulpeux. Autre exemple, des choix plus importants pour les tatouages, la couleur des yeux, etc. On reste loin des possibilités d’un Final Fantasy XIV, mais il y a tout de même une progression.

Shadowlands est attendue pour 2020, sans plus de précisions pour l’instant. Les précommandes sont cependant déjà ouvertes, en trois éditions :

  • Basique : contenu de l’extension, 39,99 euros
  • Héroïque : édition précédente avec sésame niveau 120, une monture et un ensemble de transmogrification
  • Épique : édition précédente avec 30 jours de jeu, une mascotte, une apparence illusion pour les armes et un effet visuel spécifique pour la pierre de foyer

Les bonus seront débloqués à l’arrivée de la mise à jour 8.3 du jeu, actuellement sur le serveur de test.

Overwatch 2 : place au JCE coopératif

Le FPS (jeu de tir à la première personne) va un peu mettre de côté son orientation résolument JcJ pour inclure une nouvelle dimension JcE. Autrement dit, les joueurs vont pouvoir constituer des groupes et jouer en mode coopératif, aussi bien dans un mode histoire que pour des missions séparées. La différence qui peut exister entre les modes Campagne et Aventure de Diablo III.

On sent clairement que Destiny est passé par là. Les personnages vont en effet gagner des niveaux et des points seront à répartir dans les compétences pour les renforcer et, bien sûr, se spécialiser avec le temps.

Il s’agit en fait plus d’une extension que d’un nouveau jeu. Pour preuve, non seulement les apparences collectées dans le premier se retrouveront dans le second, mais les parties multijoueurs seront communes aux deux titres.

Le JcJ reste donc au cœur du jeu, avec un nouveau mode (Push, de nouvelles cartes, de nouveaux héros (évidemment) et de nouvelles apparences pour ceux existants. On ne sait pas encore quand sortira Overwatch 2, ni à quel prix. Le jeu actuel est d’ailleurs en promotion en ce moment pour 14,99 euros.

Hearthstone : les dragons attaquent

Le jeu de cartes façon Magic de Blizzard recevra le 10 décembre sa nouvelle extension : Envol des Dragons. La thématique, vous l’aurez compris, sera centrée sur les gros lézards cracheurs de feu.

On y trouvera 140 cartes et une nouvelle mécanique : Conjurer. Ce pouvoir se renforcera avec certaines cartes, pour finir par invoquer Galakrond, dont le Cri de guerre dépendra alors des actions effectuées avant. L’action dépendra de la classe jouée.

Un nouveau type de carte fait également son apparition : les quêtes annexes. Le principe est le même que les quêtes déjà existantes, mais elles sont plus faciles à lancer et octroient des bonus moins conséquents. En cas de développement rapide cependant, elles peuvent vite fournir un avantage décisif. « Étude du draconique » par exemple récompense par un dragon 6/6 l’utilisation de 8 cristaux (cumulés) pour des sorts.

Envol des dragons est disponible en précommande pour ceux qui veulent acheter des cartes à un tarif préférentiel : 49,99 euros pour 60 paquets, 79,99 euros pour 100 paquets. Le deuxième pack contient le héros alternatif Aile de Mort.

Notez enfin, pour ceux qui l’attendent, que Warcraft III : Reforged, n’a toujours pas de date de lancement. Cependant, les possesseurs du billet virtuel BlizzCon auront accès à sa bêta dès demain.


chargement
Chargement des commentaires...