du 10 octobre 2019
Date

Choisir une autre édition

Blizzard fustigé après avoir banni un joueur des tournois Hearthstone pour son appel pro-Hong Kong

Le célèbre éditeur, père des franchises Warcraft et Diablo notamment, est dans la tourmente médiatique depuis deux jours. 

Des réactions vives font suite à la décision par l’entreprise de bannir Ng Wai Chung, dit « Blitzchung », de tous les tournois officiels du jeu Hearthstone pendant un an, tout en annulant ses récompenses du tournoi Grandmasters de la semaine dernière.

Pourquoi ? Parce que le joueur, d’origine hongkongaise, a profité d’une interview après ce tournoi pour appeler à la libération de son pays, en proie à une vive agitation depuis quelques mois contre la main de fer chinoise.

Avant d’être banni, il expliquait à InvenGlobal : « Comme vous le savez, il y a de sérieuses manifestations en ce moment dans mon pays. J’ai mis tellement d’énergie dans ce mouvement social ces derniers mois que je ne pouvais parfois pas me concentrer sur ma préparation aux Grandmasters. Je savais ce que mon action en direct signifie. Elle pourrait me valoir beaucoup d’ennuis, jusqu’à ma propre sécurité dans la vie réelle ».

Blizzard, soucieux de préserver ses intérêts en Chine et son gigantesque marché, a réagi en conséquence. Selon l’éditeur, Chung a tout simplement enfreint le règlement du tournoi, qui interdit tout discrédit public, offense à un groupe de personnes ou dégâts à l’image de Blizzard.

Problème, la décision provoque de vives protestations dans de nombreux milieux, jusqu’au Congrès américain. Le sénateur Ron Wyden estime par exemple que « Blizzard est prêt à s’humilier lui-même pour faire plaisir au parti communiste chinois ». Il insiste : « Aucune entreprise américaine ne devrait censurer les appels à la liberté pour se faire un peu d’argent rapide ».

Selon The Daily Beast, des employés de Blizzard protestent également contre la décision. L’un d’entre eux serait notamment à l’origine d’une photo prise autour d’une statue d’orc et publiée sur Reddit.

Et pendant que les appels au boycott des jeux Blizzard se multiplient sur Twitter, Epic Games profite de l’ambiance surchauffée pour affirmer qu’aucun joueur ne serait banni des tournois de Fortnite pour avoir « exprimé son opinion sur la politique ou les droits de l’homme ».

chargement Chargement des commentaires...