Blizzcon 2018 : au diable Diablo, Warcraft III Reforged et WoW Classic à l'affiche

Blizzard, restez un instant et écoutez-nous 55
Accès libre
image dediée
Jeux video
Kevin Hottot

Pour Blizzard, la douzième édition de la Blizzcon aura eu une saveur particulière. Habituellement, l'éditeur profite de sa grand-messe pour communier avec son public, mais cette année, les huées étaient au programme. Une grande première. 

La dernière édition de la Blizzcon a laissé un goût doux-amer aux joueurs comme aux équipes de Blizzard. Habituellement, cette convention est une grande fête pour les fans de l'éditeur et ses employés. Les uns prêtent une oreille attentive aux retours des autres tandis que les fans peuvent en apprendre davantage sur les univers qu'ils affectionnent. Cette année, la donne était très différente. 

Diablo devient Immortel... sur mobile

Impossible de ne pas entamer le tour d'horizon de cette Blizzcon sans parler de l'annonce de Diablo Immortal, le premier volet de la franchise Diablo à tenter sa chance... sur terminaux mobiles (Android et iOS). Le titre, codéveloppé par Blizzard et NetEase (l'éditeur des jeux Blizzard en Chine) propose au joueur de découvrir du bout des pouces les évènements s'étant déroulés entre Diablo II et Diablo III. Une promesse alléchante sur le papier. 

Seulement, le timing de cette annonce est assez malheureux. Tout au long de l'année, Blizzard a fait monter la « hype » autour de la franchise. Des offres d'emploi ont été diffusées publiquement pour des postes concernant « un projet secret portant sur l'univers Diablo », l'éditeur a déclaré cette année avoir plusieurs projets dans sa manche pour Diablo... de quoi laisser naître chez les fans l'espoir d'un Diablo IV, ou dans le pire des cas, des versions remastérisées des deux premiers volets de la série, voire simplement l'ajout d'une nouvelle classe en DLC payant pour Diablo III

Dire que la réaction du public a été mitigée serait un euphémisme. Outre l'absence remarquée d'applaudissements lors de la présentation de Diablo Immortal, la séance de questions aux développeurs qui a suivi résume à elle seule l'opinion des joueurs présents, qui ont pour rappel déboursé 175 dollars pour assister à la convention. 

L'une des premières interventions pose tout de suite le décor. « Dites, je me demandais, est-ce que c'est un genre de poisson d'avril en retard ? » s'interroge ainsi un homme vétu d'un t-shirt Diablo, sous les applaudissements de la foule, et les sourires gênés des responsables du projet. « Non, c'est une expérience Diablo à part entière, sur mobile, à laquelle tout le monde pourra jouer » bafouille l'un d'eux sur scène. 

 

La communication de Blizzard sur le moment a également laissé à désirer. Lorsqu'un joueur demande si Diablo Immortal a vocation à être porté plus tard sur PC. Négatif. Aux sifflets du public qui ont suivi, Wyatt Cheng rétorque « Quoi ? Vous n'avez pas de téléphones les gars ? ». Ambiance.

Autre critique récurrente à l'encontre du jeu, son design aurait quelques similitudes, notamment au niveau de l'interface avec un autre titre lancé en 2017 sur mobile par NetEase, accusé ici d'avoir simplement changé quelques textures pour transformer son Endless of God en Diablo Immortal. Si des similitudes peuvent être notées en ce qui concerne l'interface (et encore, sur mobile il est assez compliqué de réinventer le genre), il est encore trop tôt pour juger du sérieux des accusations concernant le reste du jeu. 

Cachez ces critiques que je ne saurais voir

Sur les réseaux sociaux, le branle-bas de combat est lancé chez Blizzard. Sur l'application Battle.net, le lien vers la vidéo de présentation du jeu est modifié trois fois. Pourquoi donc ?  Probablement en raison du nombre très élevé de pouces vers le bas distribués sur YouTube par les joueurs : 

Sur Reddit, l'ampleur des protestations peut se mesurer en regardant la liste des publications les plus populaires sur /r/diablo. Toutes ou presque concernent l'annonce de Diablo Immortal.

Du côté de Twitter, le mode « damage control » est également lancé. Quelques heures après la présentation du jeu, plusieurs employés de l'éditeur ont publié à quelques minutes d'intervalle des messages incitant les joueurs à ne pas juger trop vite le titre. 

Finalement, et sans prendre la défense de qui que ce soit, c'est peut-être ce message qu'il faut retenir. Certes, Diablo Immortal n'est certainement pas ce que les fans de la série attendaient, mais peut-être faut-il lui laisser sa chance avant de l'enterrer ? En tout cas, pour Blizzard cette version mobile de Diablo est une occasion en or d'élargir le public d'une de ses franchises phare, et avec un peu de recul c'est probablement celle qui se prêtait le mieux à un portage vers le mobile en termes de gameplay.

Pour le moment, les fans déçus peuvent se rabattre sur les autres annonces de cette Blizzcon, en attendant l'an prochain et des nouvelles qu'on espère plus réjouissantes sur les autres projets de Blizzard pour la saga Diablo. 

Justement, Kotaku a révélé hier qu'une vidéo avait été tournée par Blizzard, où son co-fondateur, Allen Adham, dévoilait l'existence d'un futur jeu Diablo sur PC, que l'on appelera par simplicité Diablo IV. Seulement, l'équipe de développement du titre n'était pas encore assez certaine de pouvoir concrétiser cette annonce, le projet ayant fortement évolué ces dernières années et est encore susceptible de voir certaines lignes directrices bouger. 

Selon nos confrères, Blizzard aurait décidé quelques semaines avant la Blizzcon de ne rien en montrer, et de publier son fameux communiqué précisant que plusieurs jeux sont en développement dans la série. L'éditeur a tenu toutefois à préciser officiellement qu'aucune annonce n'a été retirée du programme de cette Blizzcon, tout en confirmant que cette vidéo existe bien. « Nous avons toujours plusieurs équipes travaillant sur divers projets liés à Diablo qui n'ont pas été dévoilés, et nous les annoncerons quand le moment sera venu ». 

Overwatch : deux nouveaux héros, et des céréales... 

En préambule de la cérémonie d'ouverture, Blizzard s'est lancé dans une annonce encore plus surprenante que celle de son jeu mobile : la vente dès décembre prochain, aux États-Unis uniquement, de céréales à l'effigie de l'un des personnages d'Overwatch, Lucio. Il ne s'agit pas d'une blague, mais d'un véritable partenariat conclu entre l'éditeur et Kellogg's. De quoi donner des idées à Epic Games s'ils tombent à court de produit dérivés pour Fortnite... 

Overwatch Blizzcon

Plus sérieusement, une nouvelle héroïne a été dévoilée : Ashe, une mercenaire toute droit sortie d'un western armée d'une carabine capable soit de tirs précis au coup par coup, soit de semer le chaos en mode semi-automatique. Face aux regroupements d'ennemis, elle peut se servir de bâtons de dynamite pour se frayer un passage. Elle est également accompagnée de B.O.B., un acolyte qui foncera droit devant elle pour propulser ses adversaires dans les airs. 

Pour l'heure, cette nouvelle héroïne n'est jouable que sur les serveurs de test (PTR 1.30), mais devrait arriver dans les semaines à venir pour l'ensemble des joueurs, le temps d'une première phase d'équilibrage. 

World of Warcraft : nouveaux raids et « méga donjon » pour Battle for Azeroth

Pour World of Warcraft, qui s'apprête à souffler sa quatorzième bougie, les nouvelles se divisent sur deux fronts, avec d'une part l'arrivée de contenu frais pour l'extension Battle for Azeroth, et de l'autre quelques informations au sujet de WoW Classic. 

Pour Battle of Azeroth, plusieurs patchs majeurs sont pour l'instant prévus. Le premier, numéroté 8.1, sera déployé aux alentours du 11 décembre et ajoutera deux nouvelles races aliées : les Humains de Kul Tiras, et les Trolls Zandalaris (qui ont visiblement décidé que le vaudou était un peu nul et qu'ils pouvaient devenir des paladins...).

Ce patch ouvrira également les portes de deux nouveaux raids : le Siège de Zuldazar et le Creuset des tempêtes. Ces derniers ne seront toutefois accessibles qu'à compter de début 2019, Blizzard souhaitant sans doute éviter de lancer une course à la progression en plein milieu des fêtes de fin d'année.  

Il sera suivi par un patch 8.1.5 apportant des améliorations moins critiques, telles que de nouvelles activités à la Foire de Sombrelune, le retour de la Guilde des Bastonneurs, de nouvelles « micro-vacances » ou encore l'intégration des donjons de Draenor chez les Marcheurs du Temps. À noter, les vénérables champs de bataille que sont le Goulet des Chanteguerres et le Bassin d'Arathi profiteront d'une refonte graphique à cette occasion. 

Le patch 8.2, Rise of Azshara dont la date de lancement est encore floue, amènera avec lui un nouveau raid, le Trône Éternel d'Azshara, ainsi qu'un « méga donjon » : le Mechagon, qui comptera huit boss et ne sera disponible qu'en difficulté Mythique. 

WoW Classic reviendra à l'été 2019

Autre annonce importante du côté de World of Warcraft : celle d'une date approximative de lancement pour WoW Classic. Les nostalgiques de l'époque où les raids se parcourraient en groupe de 40 et où acheter sa première monture nécessitait des heures intenses de farming, se donneront rendez-vous à l'été 2019 pour redécouvrir Azeroth sous sa forme originale. 

Bonne nouvelle : Blizzard a choisi un modèle économique raisonnable en intégrant l'accès à WoW Classic dans l'abonnement de base à World of Warcraft, ce alors que les premières rumeurs évoquaient deux abonnements distincts pour les deux modes de jeu. 

De ce qui est apparu dans la démo jouable réservée aux spectateurs de la Blizzcon, aucune des améliorations de confort ajoutées au titre ces dernières années n'a été transposée dans cette version du jeu. Oubliez donc la collection de mascottes et de montures, vous devrez faire de la place dans votre inventaire (et vos couteux sacs à 16 emplacements) pour les stocker. 

Ne comptez pas non plus sur l'interface pour vous dire où se trouvent vos objectifs de quête, il va falloir lire, comprendre et explorer le monde pour savoir quoi faire. Ce sera également à vous de deviner comment placer vos 51 points de talents dans votre arbre, en sachant que toute modification ultérieure sera payante. Et chère. Quant à trouver lequel des 10 rangs du sort Éclair lumineux vous devrez utiliser pour soigner efficacement votre tank, peut-être qu'un de vos camarades de guilde pourra vous aiguiller. 

Warcraft III a enfin droit à son remaster

Certains l'attendent depuis très longtemps : Warcraft III reviendra en 2019 dans une nouvelle mouture avec des graphismes améliorés et une intégration complète avec la version moderne de Battle.net. Sobrement baptisée Warcraft III : Reforged, elle proposera de redécouvrir la campagne de base ainsi que le contenu de l'extension Frozen Throne en haute définition (jusqu'en 4K).

Cerise sur le gâteau, ceux disposant de la version de 2003 du jeu pourront affronter via Battle.net les joueurs ayant la version remasterisée. Une bonne nouvelle pour ceux qui craignaient de voir les serveurs de Warcraft III se vider de leur population, et un geste suffisamment rare dans l'industrie pour être souligné. 

Côté tarif, comptez 29,99 euros pour la version de base du jeu, et 39,99 euros si vous souhaitez avoir des bonus cosmétiques tels qu'une monture catapulte sur World of Warcraft, un dos de carte exclusif pour Hearthstone ou l'accès à 4 héros pour Heroes of the Storm. Les précommandes sont ouvertes directement via l'application Battle.net. Ou vous pouvez aussi tenter de vous procurer une copie de Warcraft III dès maintenant en fouillant dans les invendus d'un supermarché.

HotS, Hearthstone et Starcraft se partagent les miettes

Si vous êtes plutôt adepte de Heroes of the Storm, de Hearthstone ou de Starcraft, Blizzard n'avait malheureusement pas grand-chose à vous offrir lors de cette Blizzcon.

Pour Starcraft II, les annonces se limitent à l'ajout prochain de Zeratul comme commandant pour le mode coopératif. Pour Hearthstone, on retiendra l'annonce du lancement le 4 décembre de l'extension Rastakhan's Rumble, qui ajoutera 135 nouvelles cartes où il est souvent question de trolls, et d'un nouveau mot clé : Brutalité. Les cartes en disposant déclenchent leur effet lorsqu'elles battent un serviteur en lui retirant davantage de points de vie qu'il n'en possède.

Sur Heroes of the Storm enfin, on notera l'appariton prochaine d'une nouvelle héroïne : Orphea. Elle a pour particularité d'être « née dans le Nexus ». Blizzard entend par là que contrairement aux autres personnages du jeu, elle ne provient d'aucune autre de ses franchises. Il s'agit donc d'une héroïne créée de toutes pièces pour ce jeu. À moins que l'on aprenne dans quelques années qu'elle fait en réalité partie d'un projet plus... global.


chargement
Chargement des commentaires...