L’Assemblée nationale se dotera d’une plateforme de pétitions « au printemps 2020 »

Quand la pétition va tout va 8
image dediée
Crédits : Richard Villalonundefined undefined/iStock
Loi
Xavier Berne

L’Assemblée nationale a annoncé hier l’ouverture, au printemps prochain, d’une plateforme de pétitions (censées déboucher sur des débats en hémicycle). Les signataires devront s’authentifier par le biais de FranceConnect.

Afin de mieux associer les citoyens aux travaux parlementaires, les députés ont décidé en juin dernier de « rénover » le droit de pétition en vigueur depuis des décennies au Palais Bourbon. De l’aveu même de Richard Ferrand, le président de l’Assemblée nationale, la fameuse procédure était « tombée en désuétude ».

Et pour cause : seules 36 pétitions ont été transmises à l’institution sous cette législature. Aucune d’entre elles n’a surtout été jugée suffisamment intéressante pour que les députés ouvrent des débats...

Les parlementaires ont ainsi profité de la réforme du règlement de l’Assemblée nationale pour dépoussiérer le droit de pétition, dorénavant appelé à s’exercer uniquement « par voie électronique ».

Le Palais Bourbon opte pour une plateforme dédiée

Lisez la suite : 80 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...