VLC 4.0 dévoile son interface et sa médiathèque

Entre les mains avides d'ici quelques jours 153
Accès libre
image dediée
Applications
Vincent Hermann

VideoLAN prépare actuellement VLC 4.0, avec une version finale attendue pour l’été. Pour la première fois depuis longtemps, son interface va évoluer significativement, notamment grâce à une médiathèque prévue de longue date. Jean-Baptiste Kempf, président de l’association, nous en dresse les grandes lignes.

Visuellement, VLC n’a pas changé depuis des années. Jean-Baptiste Kempf nous le confirme en riant : « On reçoit le plus souvent deux types de plaintes : les petits bugs que nous corrigeons rapidement, et l’interface, pour nous dire qu’elle est vieille et moche ».

Le lecteur multimédia fait souvent l’unanimité sur un plan technique. Ce dernier ouvre pratiquement tous les formats audio et vidéo existants, se contente de peu de puissance et est disponible sur un très grand nombre de plateformes, tout en étant open source (LGPL 2.1 pour le cœur, et GPL 2/3 pour les interfaces selon les moutures).

On en trouve des touches dans les navigateurs, qui implémentent par exemple en ce moment dav1d, décodeur AV1 développé par l’équipe de VLC (c’est même déjà fait pour Firefox). Seulement voilà, l'interface est « moche ». Alors les développeurs en préparent une nouvelle pour VLC 4.0.

Cette nouvelle version devrait sortir dans environ 6 mois avec une très longue liste de nouveautés, pour la plupart déjà abordées dans nos colonnes et présentées plus officiellement à l'occasion du CES le mois dernier.

Une interface en travaux, testable dans quelques jours

Les premiers contours de cette interface ont été révélés au FOSDEM qui se tenait à Bruxelles les 2 et 3 février. Comme nous le signale d’emblée Kempf, il s’agit de versions de développement : « Nous en sommes là, mais le travail est loin d’être terminé, ça se voit facilement ».

VLC 4.0VLC 4.0

Bien que les captures soient toutes sombres, un thème clair est bien prévu. « Nous ne savons pas encore lequel sera proposé par défaut. On pourrait demander l’avis des utilisateurs via un sondage, ou suivre le paramètre actif dans le système d’exploitation pour s’aligner ». Une référence aux thèmes clairs et foncés de certaines distributions Linux, et des versions récentes de macOS/Windows 10.

L’ambiance sera nettement plus « flat design » que la version actuelle, qui semble par certains aspects tout droit sortie de la fin des années 90. Les placements d’éléments, icônes, labels, polices : rien n’est définitif. La communauté aura d’ailleurs très bientôt son mot à dire, la branche Nightly devant prochainement recevoir cette interface en test.

Le travail en cours est l’occasion de répondre également à de vieilles demandes, comme un mode mini-lecteur pour l’écoute de la musique et la prise en charge des épisodes de séries. Dans les captures, on peut voir une liste de lecture somme toute très classique, ou encore une barre de contrôle translucide et une disparition des menus en haut.

VLC 4.0

La médiathèque, fonction phare de VLC 4.0

Cette interface concernera aussi la médiathèque, en développement depuis un moment et qui devrait être la nouveauté majeure du prochain VLC.

Elle aura pour mission – on s’en doute – de référencer l’ensemble des médias de l’utilisateur et de les afficher sous forme de grille ou autre. Une impression de déjà-vu ? C’est assumé : « La fonction ressemble clairement plus à un iTunes qu’à un Plex ». Le comportement d’ouverture d’un album pour en afficher la liste des titres montre bien la ressemblance. Mais puisque c’est ergonomiquement efficace, autant ne pas réinventer la roue.

Le référencement des médias se fera via un scanner qui analysera les fichiers à la recherche de leurs métadonnées. Classique. Les données manquantes pourront être piochées dans la base MusicBrainz comme actuellement, avec AccoustID en renfort. Les fichiers sans métadonnées seront alors complétés, permettant leur catalogage dans la médiathèque.

VLC 4.0VLC 4.0

Plus intéressant, cette recherche de signature sera également possible pour les vidéos. Là encore, VLC 4.0 sera capable de compléter les métadonnées, sur la base d’informations qui seront disponibles directement sur les serveurs de VideoLAN. « Nous avons un problème de vie privée avec les services existants » explique simplement Jean-Baptiste Kempf, qui ne souhaite pas donner de détails supplémentaires sur cette fonction pour l’instant.

La médiathèque pourra en outre référencer le contenu distant. Dans le cas d’un NAS, il suffira donc de lui indiquer la destination réseau pour que VLC aille chercher les données et les intègre à sa collection. Dans le cas d’un ordinateur portable et de longs déplacements, ces informations sont prévues pour rester trois mois, avant d’être effacées.

Si l’utilisateur revient sur le réseau avant, le compte à rebours sera relancé. Cela permet à VLC 4.0 de se reconnecter facilement, sans pour autant s’encrasser avec des informations périmées. Le délai pourra être changé dans les options.

Cet aspect malléable de VLC sera conservé pour la médiathèque. Le lecteur démarrera par défaut sur la nouvelle fonction s’il est lancé depuis son raccourci, mais une option permettra de désactiver complètement la médiathèque. Si l’utilisateur ouvre directement un fichier audio ou vidéo (depuis l’Explorateur, le Finder ou autre), c’est bien la vue lecture qui s’affichera, avec une icône pour revenir sur la médiathèque ensuite.

Un comportement par défaut qui devrait satisfaire le plus grand nombre, « mais qui pourra évoluer en fonction des retours », ajoute le président de VideoLAN.

VLC 4.0

Une évolution technique majeure

Parmi les autres nouveautés importantes, la prise en charge d’AirPlay et UPnP a déjà été abordée. Ce sont des demandes récurrentes des utilisateurs. Kempf nous affirme que tout est en bonne voie, l’équipe s’étant renforcée. Ce qui permet d’ailleurs à VideoLAN une communication plus régulière et précise : « On tient nos promesses » se réjouit son président.

L’une des évolutions les plus importantes n’est cependant pas visible. Il s’agit de la fameuse horloge (clock) qui permet de synchroniser l’audio, la vidéo et les sous-titres. Actuellement, dans VLC 3.0.x, elle se trouve en entrée. Le lecteur avale puis digère les données, et synchronise les pistes selon ce qui lui paraît le plus approprié. « En pratique, on a un décalage entre le timing et la vidéo qui peut aller jusqu’à trois images. C’est honorable mais pas parfait ».

Les difficultés tiennent à l’horloge même de la machine, plus spécifiquement celle de la carte mère : « Elle n’est pas très précise, celles des cartes son et vidéo font beaucoup mieux » explique Jean-Baptiste Kempf. Par défaut, l’horloge de synchronisation passera donc sur la sortie, permettant un contrôle « à l’image près » du résultat. Il n’y aurait plus le moindre décalage d’image, de son ou de sous-titre dans VLC 4.0, une capacité rare dans un logiciel gratuit et grand public.

Dans la pratique, l’horloge « master » sera en entrée ou en sortie selon les cas. VLC prendra la décision en fonction de ce qui se présente. « Dans le cas d’un multicast UDP/HTTP par exemple, elle sera en entrée » ajoute Kempf.

Cette évolution permettra notamment une bien meilleure synchronisation quand VLC diffusera vers un point distant, comme avec Chromecast, AirPlay ou UPnP. Vous avez un PC et une Apple TV ? Vous pourrez diffuser une vidéo depuis Windows vers votre télé en un clic. C’est du moins l’objectif.

Time to say goodbye

Autre changement significatif prévu pour VLC 4.0, l’abandon de vieilles plateformes, pour la première fois depuis des années.

Côté Windows, les versions XP et Vista ne seront ainsi plus prises en charge. Après tout, le support de Windows XP est terminé depuis avril 2014 et celui de Vista depuis avril 2017. Il reste d’ailleurs moins d’un an « à vivre » à son successeur, Windows 7.

Chez Apple, quatre versions de macOS sautent d’un coup, le nouveau minimum devenant El Capitan (10.11), contre Lion (10.7) jusqu’ici. Les moutures 7, 8 et 9 d’iOS ne seront également plus supportées, mais pas 10 comme il avait été envisagé un temps. La faible fragmentation de l’écosystème Apple aide évidemment à faire du tri.

Dans la sphère Android, les très vieux appareils devront aussi dire au revoir. Les moutures 2.2 à 4.1 incluse ne seront plus prises en charge. Des versions qu’on ne trouve plus guère, mais VideoLAN a toujours tenu à rester compatible avec le maximum de plateformes.

Enfin, OpenGL sera requis sous Linux pour que VLC 4.0 puisse fonctionner en lecture vidéo.

Il est évident que l’abandon des anciennes plateformes permet d’autant plus facilement de moderniser le code du logiciel, puisque d’anciennes technologies ne bloquent plus le chemin. Ce qui devrait quand même laisser quelques utilisateurs sur le carreau.

Les travaux restent nombreux, surtout pour une publication cet été. Dans quelques jours, les utilisateurs aventureux pourront plonger dans le canal Nightly pour tester la nouvelle interface, qui a encore plusieurs mois devant elle pour s’affiner.

Curieusement, la fenêtre de tir pour la bêta n’est pas connue : « Quand ce sera prêt » philosophe Jean-Baptiste Kempf.


chargement
Chargement des commentaires...