Edge : Microsoft se résigne et choisit Chromium, avec de nombreuses conséquences

Du bon, du moins bon, du pas bon 61
image dediée
Navigateurs
Vincent Hermann

En choisissant Chromium pour rebâtir Edge, Microsoft abandonne clairement la bataille et cherche à se simplifier la vie. La décision pose des questions techniques et fonctionnelles. Mais avec la disparition d'un concurrent, la position de Google se renforce encore, au regret de Mozilla.

La rumeur n’aura pas eu le temps de faire débat. À peine l’idée d’un abandon d’EdgeHTML commençait-elle à faire son chemin que Microsoft confirmait la nouvelle : oui, Edge va bien être reconstruit sur la base de Chromium.

Microsoft marche donc dans les pas d’Opera avant lui. Mais chez le père de Windows, ce choix aura des conséquences nettement plus importantes. Au-delà d’une décision technique répondant à des impératifs commerciaux, certains évoquent déjà les risques que cette bascule fait peser sur le web.

Adieu EdgeHTML, salut Blink

Prévoyant de lancer une préversion de ce nouvel Edge en début d’année prochaine, Microsoft travaille manifestement sur le projet depuis un bon moment. Sa participation récente au code de Chromium sur sa compatibilité ARM64 prend un sens nouveau. 

C’est tout le socle du navigateur qui change avec l’utilisation de Chromium, qui constitue pour rappel la base open source de Chrome chez Google. La société de Mountain View en est bien sûr le principal participant. Microsoft jette ainsi aux orties son moteur de rendu maison, EdgeHTML, et va se servir de Blink, comme déjà plusieurs autres navigateurs, dont Opera et Vivaldi. Un dépôt sur GitHub a d'ailleurs été créé pour l'occasion.

On ne sait pas encore dans quelles proportions Microsoft va garder l’interface et les fonctionnalités actuelles d’Edge. On imagine que l’éditeur souhaitera rendre la transition aussi transparente que possible, ses choix ergonomiques des trois dernières années étant teintés de prudence. Puisque EdgeHTML a le même rendu que les autres navigateurs pour une bonne partie des contenus, la bascule serait alors douce pour l’utilisateur.

Plateformes : une lutte plus équilibrée pour Microsoft

Lisez la suite : 78 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...