du 04 décembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Microsoft abandonnerait son moteur EdgeHTML au profit de Chromium

Si l’on en croit Windows Central, Microsoft travaillerait sur un nouveau navigateur. Portant le nom de code Anaheim, il aurait pour principale caractéristiques de laisser tomber le moteur EdgeHTML au profit de Chromium et de son moteur Blink.

De la même manière qu’Opera en son temps, Microsoft abandonnerait tout développement sur son moteur pour se caler sur le socle le plus utilisé par le marché, isolant d’ailleurs encore un peu plus Mozilla et son Gecko. On ne sait pas cependant quelle proportion de cette nouvelle base serait utilisée : le moteur Blink uniquement ou davantage de composants.

Bien que l’information doive évidemment être confirmée, cette décision aurait du sens. Les investissements de Microsoft ont été nombreux, mais Edge n’ayant jamais été équipé d’autant de fonctionnalités que ses concurrents, il a été boudé par une grande partie du public, sa part de marché ayant même tendance à baisser avec le temps.

En outre, le passage à Chromium résoudrait plusieurs problèmes à la fois, notamment liés au Windows Store. Toute fonction de navigation doit en effet y utiliser le moteur d’Edge. Microsoft cherchant à simplifier la vie des développeurs afin que sa boutique soit plus vivante, l’épine enlevée serait conséquente.

Évidemment, quand on cherche des signes, on en trouve. On peut par exemple faire remarquer que si Edge est disponible sur Android et iOS, c’est en exploitant à chaque fois le moteur natif de chaque plateforme. Il n’y a certes pas le choix chez Apple, mais EdgeHTML aurait très bien pu faire l’objet d’un portage Android, comme Mozilla l’a fait pour Firefox.

En outre, les commits récents de Microsoft dans le code de Chromium pour son portage ARM64 montrent une implication de l’éditeur (Google ayant accepté toutes les modifications). Le père de Windows connait donc manifestement bien le code de Chromium.

Pour Windows Central, l’information ne semble faire aucun doute. Il ne resterait plus que quelques inconnues, comme le nom du navigateur (pas sûr qu’Edge soit gardé) et la période d’arrivée.

Nos confrères estiment que l’attente ne devrait pas être longue : le « nouvel Edge » ferait son apparition pendant le cycle de développement actuel de la version 19H1, nom de code de la prochaine évolution majeure de Windows 10, attendue pour le printemps prochain.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Votre rendez-vous matinal avec l'actualité du numérique reprendra le lundi 29 avril, une partie de l'équipe profitant de cette période de vacances pour prendre quelques jours de repos.

Bien entendu, les rédactions d'INpact Hardware et Next INpact continueront de publier des articles. Nous aurons l'occasion de revenir sur les évènements de ces quelques jours dans une édition spéciale.

Copié dans le presse-papier !

En mars, le réseau social reconnaissait avoir stocké en clair des mots de passe de « centaines de millions d'utilisateurs ». Dans le lot, se trouvaient aussi des « dizaines de milliers d'utilisateurs Instagram ». Il y en avait finalement bien plus.

Dans une mise à jour discrète du billet de blog du 21 mars repérée par TechCrunch, le réseau social explique avoir trouvé d'autres mots de passe Instagram stockés en clair. De dizaines de milliers, on passe désormais à « des millions d'utilisateurs » touchés.

Facebook affirme de nouveau que ces mots de passe n'ont pas été utilisés à des fins malveillantes. Les utilisateurs concernés seront informés.

Copié dans le presse-papier !

Comme prévu, Amazon propose une version gratuite avec publicité de son service Music, mais uniquement sur Alexa aux États-Unis pour le moment.

Il permet d'écouter des listes de lecture et des milliers de « stations » basées sur un artiste ou un style par exemple. Rien n'est précisé sur une ouverture au reste du monde pour le moment.

Google fait de même avec YouTube Music sur Google Home. « “Ok Google, mets de la musique” vous permettra d’écouter gratuitement, sur l’ensemble de la gamme d’enceintes Google Home, des contenus musicaux via YouTube Music », mais « l’écoute sera quelquefois interrompue par des coupures publicitaires de 30 secondes ».

Cette fonctionnalité est disponible dans de nombreux pays, notamment en France.

Copié dans le presse-papier !

C'est en effet le 21 avril 1989 que Nintendo commercialisait sa console portable pour la première fois au Japon. À l'époque, les Game & Watch occupaient le terrain, mais avec un inconvénient de taille : il n'était pas possible de changer de jeu. Le Game Boy est venu apporter sa petite révolution en terme de mobilité.

« Depuis lors, cette console de poche a été vendue à plus de 100 millions d'exemplaires », affirme Nintendo sur son site, qui précise au passage que son catalogue de jeux comprend plus de 450 titres.

En interne, certains ne croyaient pas en ce projet. Son nom de code DMG a rapidement été détourné en « dame game » ou « jeu nul » en japonais. L'histoire est racontée par Florent Gorges, auteur du livre L’Histoire de Nintendo vol. 4. L’Incroyable Histoire de la Game Boy (25 euros chez Amazon), dans les colonnes du Monde.

Son boîtier blanc et gris a pris de la couleur au début des années 90. « En 1997, Nintendo fit un pas de plus en diminuant les dimensions du Game Boy pour créer la série Game Boy Pocket ».

Par la suite, le Game Boy Color (avec un écran de 44 x 39 mm de 32 768 couleurs) et le Game Boy Advance sont arrivés, mais c'est une autre histoire.

Copié dans le presse-papier !

La société a récemment déposé son dossier d'introduction en bourse, mais sans dévoiler la date de la première cotation ni le montant de la valorisation visé. D'après certains, il pourrait être aux alentours de 100 milliards de dollars.

En attendant, le VTC annonce une bonne nouvelle : Toyota et sa filiale DENSO vont investir 667 millions de dollars, tandis que SoftBank va injecter 333 millions. Toyota s'est également engagé à débourser 300 millions de dollars de plus sur les trois prochaines années.

Dans tous les cas, les fonds sont pour Uber ATG (Advanced Technologies Group), une branche d'Uber désormais valorisée 7,25 milliards de dollars. Le but de l'opération est « d'accélérer le développement et la commercialisation de services de covoiturage automatisés ».

C'est donc un signe fort pour les véhicules autonomes alors qu'une des voitures d'Uber était impliquée dans un accident mortel en mars dernier.