du 04 décembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Microsoft abandonnerait son moteur EdgeHTML au profit de Chromium

Si l’on en croit Windows Central, Microsoft travaillerait sur un nouveau navigateur. Portant le nom de code Anaheim, il aurait pour principale caractéristiques de laisser tomber le moteur EdgeHTML au profit de Chromium et de son moteur Blink.

De la même manière qu’Opera en son temps, Microsoft abandonnerait tout développement sur son moteur pour se caler sur le socle le plus utilisé par le marché, isolant d’ailleurs encore un peu plus Mozilla et son Gecko. On ne sait pas cependant quelle proportion de cette nouvelle base serait utilisée : le moteur Blink uniquement ou davantage de composants.

Bien que l’information doive évidemment être confirmée, cette décision aurait du sens. Les investissements de Microsoft ont été nombreux, mais Edge n’ayant jamais été équipé d’autant de fonctionnalités que ses concurrents, il a été boudé par une grande partie du public, sa part de marché ayant même tendance à baisser avec le temps.

En outre, le passage à Chromium résoudrait plusieurs problèmes à la fois, notamment liés au Windows Store. Toute fonction de navigation doit en effet y utiliser le moteur d’Edge. Microsoft cherchant à simplifier la vie des développeurs afin que sa boutique soit plus vivante, l’épine enlevée serait conséquente.

Évidemment, quand on cherche des signes, on en trouve. On peut par exemple faire remarquer que si Edge est disponible sur Android et iOS, c’est en exploitant à chaque fois le moteur natif de chaque plateforme. Il n’y a certes pas le choix chez Apple, mais EdgeHTML aurait très bien pu faire l’objet d’un portage Android, comme Mozilla l’a fait pour Firefox.

En outre, les commits récents de Microsoft dans le code de Chromium pour son portage ARM64 montrent une implication de l’éditeur (Google ayant accepté toutes les modifications). Le père de Windows connait donc manifestement bien le code de Chromium.

Pour Windows Central, l’information ne semble faire aucun doute. Il ne resterait plus que quelques inconnues, comme le nom du navigateur (pas sûr qu’Edge soit gardé) et la période d’arrivée.

Nos confrères estiment que l’attente ne devrait pas être longue : le « nouvel Edge » ferait son apparition pendant le cycle de développement actuel de la version 19H1, nom de code de la prochaine évolution majeure de Windows 10, attendue pour le printemps prochain.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Microsoft a introduit la Timeline (Affichage des tâches) avec l’April 2018 Update. La fonction est disponible juste à droite de la zone de recherche dans la barre des tâches.

Cette vue rappelle fortement le mode Exposé de macOS, mais avec une différence importante : on peut faire défiler l’écran vers le bas, révélant les documents, photos, sites et autres ouverts les jours précédents. La fonction peut être désactivée, l’installation de Windows 10 posant même la question. Les données sont synchronisées entre les machines par le compte Microsoft.

Problème pour Microsoft : outre tous les formats de base reconnus, les applications doivent être compatibles pour s’afficher correctement dans la Timeline. Par exemple, pour reprendre un rapport à la page où l’on s’était arrêté.

L’éditeur propose justement une extension officielle pour Chrome. Une fois installée, elle demande une connexion au compte Microsoft. L’historique du navigateur sera alors récupéré par la Timeline, qui permettra à son tour de retrouver un onglet particulier.

En fait, puisque l’extension existe, on se demande si Microsoft ne travaille pas directement au support de la Timeline dans le code source de Chromium.

La nouvelle version d’Edge supportera nécessairement les fonctions spécifiques de Windows 10. Comme pour la Mixed Reality, il y a donc de fortes chances de voir rejaillir cette prise en charge dans Chrome lui-même, et par ce biais dans Brave, Opera et Vivaldi, pour ne citer qu’eux.

Copié dans le presse-papier !

Cette initiative s'inscrit dans le cadre des 30 ans du web. Pour rappel, c'est le 12 mars 1989 que Tim Berners-Lee propose ce projet au CERN. Le navigateur WorldWideWeb fonctionnait sur un ordinateur NeXT. Le 30 avril 1993, le CERN l'a mis dans le domaine public.

Aujourd'hui, l'organisation européenne pour la recherche nucléaire propose de voyager dans le temps avec une restitution la plus fidèle possible et accessible via un navigateur moderne. Les développeurs en charge du projet ont d'ailleurs pu rencontrer Robert Cailliau, un des pères du World Wide Web avec Tim Berners-Lee.

Vous pouvez naviguer sur n'importe quel site en cliquant sur Document et ensuite sur Open from full document reference. Saisissez l'URL de votre choix et validez. Pour rappel, ce navigateur permet également de réaliser des modifications en temps réel sur la page.

Copié dans le presse-papier !

Pour la première fois en presque dix ans, Google revoit les règles d’application des sanctions pour les chaînes YouTube qui ne respecteraient pas les conditions d’utilisation.

Comme le décrit Google, le nouveau système se veut plus clair et surtout plus cohérent. À la première violation, la vidéo incriminée sera ainsi supprimée et la chaîne recevra un avertissement simple, sans autre conséquence. Le ou les auteurs seront alors invités à étudier les règles.

En cas de manquements répétés, la riposte graduée sera activée. Au cours d’une même période de 90 jours :

  • Une première violation gèlera la chaîne pendant une semaine (plus aucun upload ni stream)
  • Une deuxième violation gèlera la chaîne pendant deux semaines
  • Une troisième violation entraînera la fermeture de la chaîne

Ces périodes de 90 jours sont des boucles. Si une chaîne viole une seule fois les règles pendant ces trois mois, et qu’elle le refait six mois plus tard, elle ne sera gelée à nouveau qu’une semaine. L’avertissement « gratuit » n’intervient en revanche qu’une seule fois.

Google insiste : toutes les chaînes seront traitées de la même manière, quelles qu’en soient les raisons. Peu importe donc qu’elles aient 200 abonnés ou 2 millions, et que l’infraction soit causée par un plagiat manifeste ou des menaces, les sanctions seront les mêmes.

D’autre part, l’entreprise promet un maximum de transparence sur ces punitions. Une chaîne coupable recevra donc un message décrivant les raisons du gel, via différentes notifications possibles. La chaîne pourra faire appel si elle estime qu’il y a erreur.

Selon l’éditeur, cette approche en trois étapes a fait ses preuves. En fait, 98 % des chaînes ne recevraient jamais le moindre avertissement. Sur celles qui enfreindraient les règles, 94 % ne recommenceraient pas.

Notez que ce système est différent et séparé de tout ce qui touche au copyright. Un détenteur de droits peut demander le retrait d’une vidéo sans que cela déclenche la riposte graduée de Google pour l’auteur de la chaîne.

Par ailleurs, ce travail de clarté sur les règles intervient alors que YouTube fait face une nouvelle fois à une polémique sur la facilité à trouver des commentaires à caractère pédophile sur des vidéos.

Les contenus eux-mêmes ne sont pas directement pédopornographiques, mais peuvent sexualiser les enfants, le tout accompagné de commentaires pour le moins dérangeants. Parfois, il s’agit uniquement des commentaires sur des vidéos moins évidentes.

La vidéo de Matt Watson sur le sujet fait actuellement beaucoup parler d’elle. Consécutivement, The Verge s’est lancé dans des tests montrant qu’il ne fallait jamais plus de six clics pour trouver les fameux commentaires. Nos confrères ont constaté que la politique de YouTube dans ce genre de cas – fermer les commentaires – était loin d’être active partout.

On attend donc désormais de voir si la nouvelle ligne tracée dans le sable aura une efficacité quelconque dans ce domaine très sensible.

Copié dans le presse-papier !

Suite au déploiement de son réseau en Pologne, Sigfox annonce être « le seul opérateur couvrant entièrement l’Europe ». Il revendique une couverture dans 60 pays du monde avec 6,2 millions d'objets connectés sur son réseau et 13 millions de messages échangés chaque jour.

Sigfox en profite pour dévoiler son plan pour 2023. Baptisé 1B23, il ambitionne de connecter un milliard d'objets d'ici 2023. Deux pistes de développement sont en cours. D'une part, finaliser la couverture mondiale en s’implantant dans trois pays « stratégiques » : l’Inde, la Russie et la Chine. De l'autre, lancer son premier satellite, en partenariat avec Eutelsat

« L’objectif est de couvrir l’ensemble de la planète avec une solution unique, simple et ultra performante, combinant des réseaux terrestres et satellites. L’écosystème et les clients Sigfox pourront utiliser le satellite sans modifier leurs appareils existants », affirme le fabricant.

Copié dans le presse-papier !

Alors que le MWC de Barcelone n'ouvrira ses portes que la semaine prochaine, les annonces se multiplient chez les fabricants.

Archos dévoile son nouveau Diamond haut de gamme, sans encoche ni bordure. La caméra de 8 Mpxiels en façade type « pop-up » est déportée dans un tiroir amovible. Un lecteur d'empreintes est également intégré sous l'écran de AMOLED 6,39" (2 340 x 1 080 pixels).

Le smartphone est animé par un SoC MediaTek Helio P70 avec 4 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage, extensibles via une carte microSD. Deux capteurs de 16 et 5 Mpixels, un connecteur USB Type-C et une batterie de 3 400 mAh complètent l'ensemble.

Le Diamond sera disponible en Europe pour 299 euros à partir de mai, avec Android 9.0 Pie aux commandes.

Le fabricant présente aussi ses Oxygen 57, 63 et 68XL, de respectivement 5,7", 6,3" et 6,8" au format 19:9 avec une définition de 1 520 x 720 pixels. Les deux premiers exploitent un SoC Speadtrum  SC9863 (huit cœurs) contre un MediaTek Helio P22 (huit cœurs également) pour le 68XL.

Les caractéristiques techniques détaillées sont disponibles par ici. Android 9.0 Pie est présent dans tous les cas. L'Oxygen 57 est annoncé à 99 euros, 129 euros pour l'Oyxgen 63 et enfin 149 euros pour l'Oxygen 68XL.