Abus de position dominante : Bruxelles inflige 4,3 milliards d'euros d'amende à Google

Lord of the new Search 66
image dediée
Crédits : breeze393/iStock/Thinkstock
Justice
Marc Rees

Après une amende record de 2,42 milliards d'euros en juin 2017 à l’encontre du moteur de recherche, la Commission remet le couvert. Elle inflige 4,34 milliards d’euros au même Google pour avoir abusé de sa position dominante afin d'imposer ce service sur Android.

Dans cette enquête débutée en 2015, Google est finalement reconnu coupable d’avoir infligé des restrictions aux fabricants et opérateurs, pour consolider le trafic vers son moteur de recherche.

Selon Margrethe Vestager, commissaire à la concurrence, « ces pratiques ont privé ses concurrents de la possibilité d'innover et de lui livrer concurrence par leurs mérites. Elles ont privé les consommateurs européens des avantages d'une concurrence effective sur le marché important des appareils mobiles. Cette pratique est illégale au regard des règles de concurrence européennes. »

Trois accords de Google ont été épinglés par l’institution bruxelloise. L’accord antifragmentation, censé garantir la compatibilité de l’écosystème Android, le contrat de distribution des applications Play Services et enfin, celui relatif au partage de revenus. Que reproche exactement la Commission ?

Une vente liée au profit de Google Search

Lisez la suite : 89 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...