Sur Android, Detaxor bloque les numéros surtaxés pour proposer leur équivalent gratuit

Le meilleur ami de Squelettor 20
Accès libre
image dediée
Crédits : Kerkez/iStock
Applications
Guénaël Pépin

Depuis début 2016, Detaxor propose de bloquer automatiquement les appels vers des numéros surtaxés, en proposant les numéros gratuits alternatifs dénichés par les internautes. Cet outil simple, qui ne rémunère pas encore son développeur, veut étendre ses fonctions aux SMS. Une version iOS est envisagée, malgré les limites du système.

Alors que les forfaits mobiles voient leurs tarifs baisser, à coups de promotions, les numéros surtaxés restent un risque pour la facture en fin de mois. Il y a près de deux ans, le développeur Gabriel Ter-Minassian a conçu Detaxor, une application Android bloquant automatiquement les appels vers ces « services à valeur ajoutée » (SVA), en proposant le numéro gratuit alternatif lorsqu'il existe.

La situation a beaucoup évolué ces dernières années. Mars 2008 avait été marqué par la fermeture de Geonumbers, une base de numéros gratuits alternatifs, à cause notamment de la pression d'entreprises. « Ce n'est plus possible maintenant. La loi rend obligatoire de fournir un numéro gratuit » pour les services après-vente, rappelle le concepteur de Detaxor.

En octobre 2008, la loi pour la modernisation de l'économie (LME) entérinait cette obligation, déplacée par une ordonnance l'an dernier. En 2014, la loi Hamon demandait la mise en place d'un annuaire inversé, concrétisé par InfoSVA. Depuis octobre 2016, les opérateurs sont tenus de vérifier les signalements de numéros surtaxés frauduleux, notamment via le 33700.

Ces numéros spéciaux sont en déclin. Ils ont rapporté 264 millions d'euros au deuxième trimestre 2017, soit 9,4 % de moins qu'un an plus tôt. Les annuaires de numéros alternatifs sont nombreux sur le web, mais peu ont fait la transition sur les smartphones eux-mêmes. De son côté, l'application Stop Numéros Surtaxés ne permet que de bloquer les appels surfacturés.

C'est l'intérêt de Detaxor : tourner en tâche de fond sur l'appareil, pour bloquer les appels et suggérer un numéro gratuit, pioché dans une base locale explorable à tout moment.

Un projet indépendant alimenté par les utilisateurs

Detaxor est la première application Android de Gabriel Ter-Minassian. Le développement initial lui a pris « moins de deux mois ». Comme souvent, l'outil est né d'un besoin personnel et d'une envie de se lancer dans ce type de développement. La base de données initiale, d'environ une centaine de services, a été d'abord alimentée en fouillant InfoSVA, puis en cherchant les numéros gratuits correspondants.

Notons que son nom rappelle furieusement Detax.fr, un site spécialisé dans la traque aux numéros surtaxés... existant depuis près de dix ans. Aucun problème pour Ter-Minassian, qui ajoute ne pas avoir eu de contact avec cet annuaire.

Aujourd'hui, la base compte un peu moins de 500 services, que l'application permet d'explorer par entreprise ou numéro payant. Elle autorise aussi les utilisateurs à suggérer des numéros supplémentaires, qui sont vérifiés et validés par le développeur. Les ajouts sont ensuite poussés vers la base locale sur chaque appareil.

Gabriel Ter-Minassian affirme ne recueillir aucune donnée sur ses utilisateurs, l'ensemble des opérations (dont la recherche de numéros) étant effectué localement. Parmi les retours d'utilisateurs, certains noms reviendraient plus que d'autres, comme Air France, Cdiscount, la SNCF ou les services de livraison.

Pour bloquer un appel, l'application détecte un des préfixes incriminés et coupe la communication, puis présente une notification avec un éventuel numéro alternatif. À noter que les services payants comme Allopass ou Youpass sont bien autorisés par l'outil.

Il doit aussi disposer de la permission d'intercepter les appels pour les bloquer. Sans cela, il devient un simple annuaire téléphonique.

Pour la suite, blocage de SMS et notes d'internautes

L'alimentation de la base de données est aujourd'hui artisanale, tant que l'outil ne décolle pas. En près de deux ans, il n'a pas atteint 5 000 téléchargements sur le Play Store. Son concepteur réfléchit pourtant à la suite, comme le blocage de SMS surtaxés, un travail censé débuter dans les prochains mois.

Le retour des internautes sur la base existante est aussi à travailler. Aujourd'hui, une simple icône « Corbeille » à côté d'un numéro permet d'envoyer un signal de désapprobation. Il pourrait évoluer via un bouton de validation ou une notification en fin d'appel, pour que l'utilisateur donne son avis sur le numéro suggéré. Une base de données en temps réel avec les statistiques sur chaque numéro pourrait arriver, même si la question de la collecte des informations se pose.

Pour se financer, ce « projet semi-pro » a intégré un bandeau publicitaire il y a quelques jours. Son développeur ne compte pas s'y lancer plus sérieusement si les téléchargements ne décollent pas. Il n'anticipe pas d'ailleurs d'intérêt des utilisateurs à payer pour l'application, même si un système de dons pourrait apparaître.

Le blocage de spams téléphoniques a aussi été envisagé, même si la communauté de Detaxor est aujourd'hui bien trop petite pour le mettre en place. Une version iOS est aussi en réflexion, même si le système ne permettrait pas (encore) de bloquer les appels via l'application par défaut.


chargement
Chargement des commentaires...