E-sport : le modèle économique des équipes à la loupe

L'e-sport a pourri l'argent... ou pas 36
image dediée
Crédits : Edelman/OMEN by HP
Jeux video
Par
le jeudi 13 juillet 2017 à 14:00
Kevin Hottot

Si les clubs e-sportifs commencent à occuper une place de plus en plus importante du paysage vidéoludique, leur modèle économique reste un mystère pour beaucoup. Accompagnés par trois équipes françaises qui ont accepté de nous montrer l'envers du décor, nous nous sommes plongés dans « l'e-sport money ».

En France, le sport électronique tend à se professionnaliser, notamment sous l'impulsion du législateur qui impose désormais aux équipes agréées d'embaucher leurs joueurs en CDD. Ce statut apporte davantage de sécurité aux employés qu'un contrat d'auto-entreprenariat, mais fait tout de même grincer quelques dents chez certaines équipes.

Qui dit équipes professionnelles, sous-entend modèle économique stable. On imagine en effet difficilement un club sportif de haut niveau mettre la clé sous la porte du jour au lendemain, même si cela peut parfois se produire (les supporters du Le Mans FC en savent quelque chose). Les équipes d'e-sport, contrairement à la croyance populaire, reposent elles aussi sur des bases qui se veulent solides, afin de pouvoir s'inscrire dans la durée.

Nous nous sommes donc penchés sur la manière dont fonctionnent les clubs e-sportifs afin de comprendre comment ils parviennent à vivre d'une discipline dont le modèle économique n'est finalement pas si simple à appréhender. Pour y parvenir, nous nous sommes longuement entretenus avec trois équipes françaises : Gamers Origin, Team LDLC et Vitality.

Quand l'e-sport emprunte au sport

Lisez la suite : 91 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...