Axelle Lemaire démissionne, remplacée par Christophe Sirugue

Le sourire de Bernard 68
En bref
image dediée
Crédits : Guénaël Pépin (licence: CC by SA 3.0)
Loi
Marc Rees

Au Journal officiel ce matin, a été actée la démission d’Axelle Lemaire. Celle qui occupait jusqu’à présent le poste de secrétaire d’État au numérique est remplacée par Christophe Sirugue. Celui-ci reprend les manettes, en plus de celles de l'Industrie.

La nouvelle, officialisée ce matin au J.O., est tombée hier en fin de journée. Axelle Lemaire a décidé de plier bagage du gouvernement pour rejoindre Benoît Hamon dans la course à la présidentielle de 2017. « Pour moi, Benoît Hamon, parce qu’il a de l’humilité dans son approche, une ambition dans son projet et une authenticité, est le candidat capable de proposer ce projet alternatif de construction de l’avenir. Je m’y retrouve » a-t-elle expliqué dans les colonnes de Libération.

L’ex-secrétaire d’État au numérique assure ne pas pouvoir à la fois se maintenir en poste, tout en se consacrant à sa vie personnelle et à son engagement auprès du candidat socialiste.

L'heure du bilan

À l’heure du bilan, celle qui fut nommée le 2 avril 2014 par le premier gouvernement Valls, retient plusieurs grands chantiers. Bien sûr, la loi sur la République numérique, dite loi Lemaire, qui a inséré dans notre droit plusieurs mesures emblématiques, pour certaines encore en attente de décret d’application : mouvement vers l’open data, accentuation des amendes infligées par la CNIL, « encouragement » en faveur du logiciel libre lors de l’achat de nouveaux systèmes informatiques, droit à l’oubli des mineurs, reconnaissance de l’e-sport, la transposition de la neutralité du Net ou encore toute la législation sur l’encadrement des plateformes (voir notre actualité).

Cette loi avait d’ailleurs pour la première fois été précédée d’une consultation publique. Le bilan des dispositions finalement retenues reste contrasté, mais l’initiative aura eu le mérite d’ouvrir la brèche d’une démocratie un peu plus participative, d’une prise de conscience de la mécanique parlementaire chez les citoyens, avec son lot d’espoir et ses nombreuses déceptions.

Christophe Sirugue étend son secrétariat

Retenons encore le label French Tech, ou la grande école du numérique, un réseau de formations reconnues partout en France annoncé en septembre 2015, enrichi en novembre dernier. Dernièrement, au FIC de Lille, elle avait aussi présenté avec l’ANSSI et Thierry Delville, le délégué ministériel à la lutte contre les cybermenaces, le dispositif ACYMA. Une plateforme destiné à aider les personnes qui s’estiment victimes de cyber-malveillances, pour diagnostiquer leurs problèmes et à trouver des prestataires informatiques de proximité. 

Axelle Lemaire s’était opposée au fichier TES, cette base centralisant cartes nationales d’identité et passeports, avec leur lot de données biométriques. Bernard Cazeneuve avait certes fait quelques concessions molles depuis, mais le faible poids de ce secrétariat d'État, face à un ministère régalien, a finalement joué : les principales concessions sont toujours dans les cartons et le système TES sera généralisé d’ici le 28 mars. Son entière liberté de parole retrouvée, Axelle Lemaire  reviendra-t-elle à la charge ? 

Le portefeuille d’Axelle Lemaire tombe maintenant dans les poches de Christophe Sirugue jusqu’à l’échéance présidentielle. Il était jusqu'alors secrétaire d’État chargé de l’Industrie à Bercy.  

axelle lemaire


chargement
Chargement des commentaires...