France Télévision valide son futur service de vidéo à la demande par abonnement

Après Pluzz, Moinzz ? 49
En bref
image dediée
Streaming
Guénaël Pépin

Le conseil d'administration de France Télévisions dit oui à sa future plateforme de vidéo à la demande, en préparation pour l'automne. Dans l'intervalle, le groupe public prépare une refonte de son offre actuelle, à la fois sur la partie gratuite et celle en paiement à l'acte.

La vidéo à la demande par abonnement (SVOD) fait son chemin chez France Télévisions. Le 23 février, le conseil d'administration a validé « à l'unanimité » le projet de plateforme présenté par la direction. Prévue pour l'automne, elle doit être gérée par une nouvelle filiale, dont les détails doivent être présentés au conseil d'administration fin mars.

Un modèle entre gratuit et payant

Elle viendra donc s'ajouter au service actuel Pluzz, qui propose une offre de replay gratuite et d'achat de séries. Pour les contenus, la plateforme s'appuiera sur ses partenariats avec « les principaux groupes producteurs-distributeurs en fiction et en animation » qui travaillent déjà avec le groupe audiovisuel public. 

Fin 2015, Delphine Ernotte annonçait que la plateforme serait ouverte à tous les diffuseurs privés, avec l'idée de devenir un « Google de la création française », acceptant le plus de productions possible. L'idée était déjà de mêler un modèle entre gratuit et payant, là où la plupart des concurrents proposent au mieux une période d'essai comme versant gratuit. En mai, le groupe affirmait attendre 800 000 abonnés en cinq ou six ans, si le service trouve son public.

La SVOD en plein chamboulement

Cette validation intervient alors que les acteurs français de la vidéo à la demande sont en plein mouvement. Le Groupe Canal multiplie ainsi les ponts vers les opérateurs, pour compenser ses pertes d'abonnés, et lance différentes offres de SVOD pour attirer de nouveaux publics. C'est par exemple le cas avec Studio+, un service dédié au mobile, avec des séries courtes originales.

De son côté, SFR Play est disponible pour tous les internautes français, avant d'éventuellement atterrir chez d'autres opérateurs. Cela avec un nombre d'abonnés revendiqué difficile à vérifier. Dans le même temps, l'offre tierce Molotov se déploie sur la plupart des appareils connectables à une télévision.

Dans ce contexte, rappelons que l'offre de France Télévisions a pris du retard. Comme le rappelaient Les Échos en janvier, elle devait initialement être lancée à la fin du premier trimestre. L'échéance la plus proche sera en fait la refonte de l'offre vidéo gratuite et à l'acte, en clair Pluzz, attendue pour mai.


chargement
Chargement des commentaires...