Chrome 56 disponible : WebGL 2.0, FLAC et alertes pour les identifications non sécurisées

Une légère ressemblance avec Firefox 28
image dediée
OS

Chrome est disponible depuis cette nuit en version 56. Les nouveautés sont assez nombreuses, avec notamment la lecture native du FLAC, une généralisation du HTML5 pour les contenus multimédias ou encore le marquage des connexions non sécurisées sur certaines pages.

Chrome 56 vient donc de débarquer sur les ordinateurs sous Linux, macOS et Windows. Pour Android et iOS, le navigateur arrive généralement quelques jours plus tard. L’une des principales nouveautés vient faire concurrence au nouveau Firefox, sorti hier : le marquage des connexions non sécurisées pour informer l’utilisateur.

Le fonctionnement est globalement le même : tout site possédant un formulaire d’identification ou permettant des paiements par carte bancaire affichera une étiquette « Non sécurisé » à gauche de la barre d’adresse si la connexion ne passe pas par HTTPS. Il s'agira par contre simplement d'un texte, et non d'un logo barré de rouge.

Notez que Google avait déjà précisé qu’il ne s’agissait que d’une première étape, comme chez Mozilla d’ailleurs. À terme, tous les sites HTTP classiques seront en effet signalés comme non sécurisés et sans doute de manière plus visible.

20 Minutes Chrome HTTP

Du FLAC et du HTML5 pour tous

Comme vu récemment, Chrome 56 gère également le FLAC (Free Lossless Audio Codec). Particulièrement apprécié des mélomanes – il ne provoque pas de perte à la compression – il peut être lu directement par Chrome, soit depuis une page web, soit en déplaçant un fichier vers la fenêtre du navigateur. Un ajout intéressant, notamment sur macOS où le codec n’est pas nativement pris en charge (c’est le cas sur Windows 10).

La nouvelle version du navigateur permet également d’activer le HTML5 pour tous par défaut. Traduction, Chrome utilisera automatiquement le HTML5 s’il le peut, plutôt que les technologies fournies par des modules tiers, dont Flash. On rappellera cependant que ce n’est pas vrai pour tous les sites. 

Une liste blanche leur permettra de continuer à lire les contenus en Flash, pour des raisons de compatibilité. Cette liste s’amenuisera petit à petit au fur et à mesure des nouvelles versions.

De nombreux ajouts pour les développeurs, 51 failles de sécurité corrigées

Parmi les autres nouveautés, on signalera la prise en charge de l’API Web Bluetooth, qui permet aux pages web d’utiliser le Bluetooth Low Energy sur Android, Chrome OS et macOS, via quelques lignes en JavaScript.

Les développeurs pourront également profiter de la valeur sticky, qui permet de fixer un élément CSS dans une page quand un certain niveau de défilement a été atteint. Comme Firefox 51 hier, Chrome 56 gère nativement WebGL 2.0. Pour rappel, ce futur standard n’est pas finalisé, le dernier brouillon datant du 14 janvier.

Sur Android, Chrome 56 apporte en outre le support des API WebVR et GamePad (toutes deux des standards du W3C). Ces interfaces de programmation permettent respectivement d’exploiter les casques de réalité virtuelle et les manettes de jeux. L’objectif est bien sûr de pouvoir en tirer parti sur le web, et pourquoi pas dans Chrome OS.

WebVR est cependant loin d’être terminée. Lors de l’arrivée sur la version bêta du navigateur, Google avait précisé que l’API subirait encore de nombreux travaux au cours des prochains mois.

Notez enfin que 51 failles sont colmatées, dont 7 critiques.

L'API Chrome Sync réservée à Chrome sur Android

Parallèlement à cette sortie, Google porte un coup aux navigateurs tiers sur Android. Pour des raisons de sécurité, l’éditeur indique en effet que l’API Chrome Sync ne pourra plus être utilisée que par Chrome lui-même. Aucun autre navigateur basé sur Chromium ne pourra plus s’en servir.

On ne sait pas vraiment de quel problème de sécurité veut parler Google. Aucun détail n’est donné, non plus qu’aucune information sur une possible remise en place. Mais au vu du flou de la réponse, on se doute que les navigateurs tiers ne pourront plus retrouver cet accès, qui permettait de synchroniser les informations du compte Google.

Publiée le 26/01/2017 à 10:10
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €


chargement
Chargement des commentaires...