Test du DS1522+ : processeur Ryzen et 8 Go de RAM dans un NAS Synology

Allez, encore un effort !
TechTests 6 min
Test du DS1522+ : processeur Ryzen et 8 Go de RAM dans un NAS Synology

Synology nous a annoncé que ses NAS 2023 seront en partie basés sur une « nouvelle » plateforme technique AMD, inaugurée avec le DS1522+. Nous l'avons testé pour voir ce qu’il a dans le ventre.

Cela a pris du temps, mais Synology s'est mis aux processeurs Ryzen il y a quelques années maintenant. Cela s'est principalement fait à travers l'utilisation massive d'un modèle prévu pour le marché de l'embarqué : le V1500B. Un pas dans le bon sens, même si le Taïwanais a tendance à mal traiter ces modèles puisque, face à des équivalents équipés de processeurs Intel, ils n'ont en général pas de 10 Gb/s natif ou de garantie 5 ans.

Mais ils permettent d'avoir un processeur performant à « moindres frais ». Lors de nos précédents tests, on regrettait néanmoins qu'il ne s'agisse toujours que de Ryzen de première génération (Zen), à l'architecture vieillissante, dépourvus de partie graphique intégrée (et donc d'accélération matérielle des vidéos), contrairement à ce qui était la règle jusqu'à maintenant chez Synology avec des puces Realtek ou Celeron. 

Autre point négatif : bien que peu coûteux pour leur gamme, ces NAS nécessitaient un investissement proche des 1 000 euros au minimum. On se demandait donc quel serait le choix du constructeur lors du renouvelement des modèles plus accessibles. On l'a découvert avec le DS1522+, un modèle réservant quelques surprises.

Un modèle à l'équilibre différent, mal positionné

Cela commence par le processeur, un AMD Ryzen R1600. Une première déception puisque l'on y retrouve les griefs que nous faisions au V1500B concernant son architecture ou l'accélération matérielle de la (dé)compression vidéo. Autre différence, il se contente de deux cœurs à 2,6/3,1 GHz, contre quatre à 2,2 GHz. 

Avec le DS1522+, Synology a néanmoins fait un choix intéressant en intégrant 1x 8 Go de DDR4 (ECC) par défaut plutôt que les habituels 4 Go. Un niveau qui était jusque-là réservé à des modèles « xs+ », bien plus chers. Le tout est extensible à 2x 16 Go via un emplacement accessible en retirant les baies de droite du NAS. 

Ne rêvez pas pour autant, la partie réseau reste composée de ports à 1 Gb/s. Quatre sont néanmoins présents, avec la possibilité d'activer de l'agrégation. Synology met également en avant le Multi Path SMB qui arrivera dans la version 7.2 de DSM, permettant de profiter de l'ensemble des ports sans effort.

Synology DS1522+

Le choix du châssis montre lui une volonté d'économiser. En effet, il s'agit d'un modèle à 5 baies avec une coque en plastique et une alimentation externe, déjà vu sur d'autres modèles. Il a la particularité d'être peu large, ce qui empêche de disposer d'un emplacement pour un port PCIe. Synology a donc opté pour une solution inhabituelle : proposer un emplacement à l'arrière pour une carte réseau miniature, en PCIe 3.0 x2. 

Un choix inventif, mais qui n'est pas sans poser de problème, puisque le constructeur est le seul à disposer d'une carte compatible, plutôt chère pour un modèle à 10 Gb/s : l'E10G22-T1-Mini à 180 euros. On a également droit à deux ports eSATA pour les extensions DX517, puisqu'il est possible de monter à un maximum de 15 baies, et deux ports USB 3.2 (5 Gb/s). L'un est disponible en façade, l'autre à l'arrière de l'appareil.

Enfin, on apprécie la présence de deux emplacements sous le NAS pour des SSD M.2 (NVMe, 2280). Ses dimensions sont de 230 x 223 x 166 mm, pour un poids de 2,7 kg. Il est refroidi par deux ventilateurs de 92 mm et annoncé pour une nuisance sonore de 22,9 dB(A). Sa consommation au repos est de 16,71 watts lorsque les disques durs sont au repos, contre 52,06 watts lors d'un accès selon Synology. Son bloc d'alimentation est de 120 watts. 

La garantie reste de trois ans, extensible à cinq ans. Est-ce que l'on profite pour autant d'une remise conséquente au regard des économies faites sur ce produit par rapport à un DS1621+ par exemple ? Pas vraiment, puisqu'il est proposé à 850 euros, contre 1 000 euros pour son grand frère. Certes, ce dernier ne dispose pas nativement de 8 Go de mémoire, mais il apparaît plus intéressant par différents aspects, surtout à 31 euros la barrette de 8 Go.

Passons à l'action

Pour nous en rendre compte, passons à la pratique. Ce NAS est livré comme tous les autres modèles du genre avec deux câbles RJ45 et ses manuels. Nous l'avons équipé d'une carte à 10 Gb/s et mis à jour (DSM 7.1).

Notre premier test a consisté à comparer les performances de son CPU avec celui du DS1522+ sous OpenSSL : 

  • OpenSSL RSA 4096 bits - 1T :
    • Ryzen R1600 :
      • 155 signatures par seconde
      • 10 056 vérifications par seconde
    • Ryzen V1500B :
      •  110 signatures par seconde
      •  7 175 vérifications par seconde
  • OpenSSL RSA 4096 bits - nT :
    • Ryzen R1600 :
      • 318 signatures par seconde
      • 20 592 vérifications par seconde
    • Ryzen V1500B :
      •  470 signatures par seconde
      •  30 234 vérifications par seconde

Comme on pouvait s'y attendre, du fait de sa fréquence supérieure, le R1600 affiche de meilleurs résultats avec un cœur actif. Mais cela est vite balayé par les performances du V1500B lorsque l'ensemble des cœurs sont utilisés. Surtout que ce sera sans doute le cas si vous utilisez fortement le NAS, notamment pour des besoins de virtualisation ou via des conteneurs, ce qui est favorisé par la présence de 8 Go de mémoire sur le DS1522+.

Nous avons ensuite configuré 5 HDD de 16 To en RAID 5 afin de constater les performances que l'on pouvait obtenir tant en lecture qu'en écriture depuis un hôte sous Windows 11 via le protocole Samba/CIFS. Pour cela, nous transférons 26 fichiers ISO pour un total de 135 Go. Le transfert a nécessité 3min 56s en lecture, soit 584 Mo/s contre 3min 04s en écriture, soit 749 Mo/s. Une situation plutôt inhabituelle, mais confirmée par plusieurs essais.

Dès que l'on active le chiffrement par contre, les performances baissent et reviennent dans l'ordre puisqu'il faut 4min 21s en lecture, soit 528 Mo/s et 5min 40s en écriture, soit 405 Mo/s.

Un NAS qui pourrait être intéressant

Comme on le pressentait, ce DS1522+ apparait comme une bonne solution pour qui veut un compromis entre les performances des modèles à base de Celeron/Realtek et des modèles plus pêchus et couteux comme le DS1621+. On aurait tout de même apprécié un CPU plus moderne avec accélération des traitements vidéo.

Mais il y a un autre problème qui risque de pénaliser ce NAS : le DS1621+ ne coûte que 150 euros de plus. Certes, le DS1522+ a plus de mémoire native, mais un module de 8 Go de SO-DIMM ne coûte qu'une quarantaine d'euros. Un écart de prix compensé par le fait qu'une carte réseau 10 Gb/s classique est moins chère que la « Mini ».

Bref, si ce modèle pouvait être intéressant pour des usages mixtes, si la performance n'est pas l'objectif premier, il est pour le moment trop cher au regard du reste de la gamme, des prestations proposées, et surtout des économies faites, notamment sur le processeur et le châssis. Espérons donc qu'il baissera de prix.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !