James Webb Space Telescope : c’est enfin le jour « J », suivez son lancement en direct

Ouf, pas de risque de collision avec le traineau du père Noël
Tech 4 min
James Webb Space Telescope : c’est enfin le jour « J », suivez son lancement en direct
Crédits : ESA

Après des années de retard, le télescope spatial James Webb décollera d’ici peu du port spatial européen, à bord d’une fusée Ariane 5. Plusieurs retransmissions en direct sont proposées pour l’occasion, notamment par Arianespace et l’Agence spatiale européenne.

Les débuts du « remplaçant » de Hubble remontent à la fin des années 80. S’en suit de longues années de négociations et de recherches. Une première partie du télescope était bouclée dès le début des années 2010 quand l’instrument MIRI, développé par la France et l’Europe, était livré aux Américains.

La date de lancement ne cesse ensuite de glisser : d’abord en 2018, puis en mars 2021. Elle passe ensuite à octobre et enfin décembre. En dernière ligne droite, quelques jours sont ajoutés à cause d’un incident avec la « sangle » de maintien du satellite, puis des conditions météo. Le dernier bulletin météo arrivera 20 minutes avant le lancement.

Décollage à partir de 13h20, puis 29 jours de voyage…

La fenêtre de lancement est désormais programmée pour ce samedi 25 décembre à partir de 13h20 et jusqu’à 13h52 (heure française). Le satellite est d’ores et déjà installé dans la coiffe de la fusée, le tout étant « on the pad » à Kourou en Guyane. Le compte à rebour est déjà lancé et l’ensemble des voyants sont au vert pour le moment.

Ce sera le quatorzième lancement d’Arianespace en 2021 et le troisième avec une fusée Ariane 5. La durée nominale de la mission (du décollage à la séparation du satellite) est de 27 minutes et 11 secondes environ.

Le lancement est toujours un moment délicat, mais ce ne sera pas le seul dans le cas du James Webb Space Telescope (JWST). En effet, son voyage durera environ 29 jours afin de se positionner sur une orbite autour du point de Lagrange 2, à 1,5 million de km de la Terre. De là, il observera « les galaxies, planètes, nébuleuses et étoiles pour percer les secrets de l'Univers ».

JWST
Crédits : ESA

… avec des déploiements sous haute surveillance

Les quatre semaines promettent d’être chargées :

  • Au troisième jour, le bouclier thermique commencera son déploiement
  • Au onzième jour, le miroir secondaire commencera son positionnement
  • Entre le 13e et le 14e jour, le miroir primaire de 6,5 mètres de diamètre et composé de 18 hexagones de 1,315 mètre de côté sera assemblé

Le déploiement complet prendra donc presque deux semaines. Pour rappel, le miroir primaire est constitué de trois pans : un central avec douze tuiles, un second avec trois tuiles sur la droite et un troisième avec trois de plus sur la gauche. Les deux derniers sont repliés pour entrer dans la coiffe de la fusée.

Afin de limiter les risques, les scientifiques ont redondé « tout ce qui est possible de l’être ». Ainsi, le télescope peut même fonctionner – dans un mode dégradé – si un seul des deux pans du miroir se met en place. Pour mieux comprendre la complexité de la manipulation, voici une vidéo explicative :

L’ESA à l’écoute du satellite dès le largage de la coiffe

Les scientifiques des Agences spatiales européenne et américaine sont très certainement impatients, tant les attentes sont nombreuses de part et d’autre de l’Atlantique. L’ESA rappelle au passage qu’elle sera la première à capter un message du télescope… si tout se passe bien évidemment :

« Le premier "message" de Webb apparaîtra sous la forme d’un pic d’ondes radio sur un moniteur de la station au sol de Malindi. Ce seront les premiers "mots" de Webb […] Dès que le signal initial est capturé, un flux d’informations est mis à disposition des opérateurs indiquant l’état de fonctionnement de l’engin spatial ».

L’Agence spatiale européenne rappelle que, « contrairement à la plupart des missions, Webb commencera à émettre son signal dès que la coiffe de la fusée sera larguée, juste avant la séparation du vaisseau spatial. Cela signifie que l’équipe Estrack [pour European Space TRACKing, le réseau de stations de contrôle de satellites de l’ESA, ndlr] peut s’attendre à recevoir des signaux de Webb juste avant qu’il ne devienne indépendant ».

ESA, NASA, Arianespace… comment suivre le lancement en direct

Bien évidemment, des directs sont organisés par les différentes agences spatiales. Du côté de l’ESA, « la couverture du lancement en direct en anglais commencera à 12h00 sur la chaîne 1 de la WebTV de l’ESA et sur la chaîne YouTube de l’ESA. La chaîne 2 de la Web TV de l’ESA diffusera la couverture du lancement en direct en français, une traduction simultanée de l’émission en anglais de 32 minutes avant le lancement jusqu’à la fin de l’émission ».

Le CNES est Arianespace sont également sur la brèche, avec un suivi en direct qui débutera à 13h. La NASA répond elle aussi présente, là encore sur YouTube.

De notre côté, nous aurons l’occasion de revenir prochainement sur les instruments scientifiques embarqués, notamment celui développé par des Français : MIRI (Mid Infra-Red Instrument).

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !