Antimatière : « nous pouvons rêver à réaliser des choses encore plus folles »

Le CERN fou fou fou
Tech 2 min
Antimatière : « nous pouvons rêver à réaliser des choses encore plus folles »
Crédits : CERN

En étudiant l’antimatière, et plus particulièrement l’antihydrogène, ALPHA veut essayer d’apporter des éléments de réponse expliquant pourquoi « l’univers est uniquement constitué de matière ». Une nouvelle étape a été franchie avec le refroidissement par laser d’atomes d’antihydrogène. On vous explique en quoi c’est important.

Au CERN, le Grand collisionneur de Hadrons (LHC) se réveille doucement de son deuxième long arrêt technique… avec du retard sur le calendrier. En effet, aux dernières nouvelles la circulation des premiers faisceaux tests est prévue pour fin septembre de cette année.

Pendant ce temps, d’autres expériences se déroulent évidemment et les publications scientifiques continuent de tomber. C’est le cas de la collaboration ALPHA (Antihydrogen Laser Physics Apparatus) qui travaille depuis plus de dix ans sur des atomes d’antihydrogène, « la forme d’antimatière atomique la plus simple ». Une visite virtuelle d’ALPHA est disponible par ici.

Matière vs antimatière : fight !

L’antimatière intrigue les scientifiques depuis très longtemps et plusieurs inconnues de taille restent à expliquer. En effet, aux premiers instants de la création de notre Univers – juste après le Big Bang (il y a 13,8 milliards d’années) – la matière et l’antimatière ont été « créées en quantités parfaitement égales », rappelle le CEA. Aujourd’hui, nous vivons dans un monde de matière car elle a pris le dessus sur l’antimatière. Une des questions que se posent les chercheurs est de savoir où est passée l’antimatière.

À chaque particule de matière correspond son « double » d’antimatière. Les deux particules partagent de nombreuses propriétés physiques, comme leur masse et durée de vie, mais elles diffèrent sur la charge électrique et certaines propriétés quantiques sont inversées. Lorsque de la matière rencontre son équivalent d’antimatière, les deux peuvent s'annihiler en libérant de l'énergie pure.

10 ans de « pièges » et mesures sur l’antihydrogène

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !