Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Trump veut interdire TikTok, Microsoft joue au chevalier blanc

L’horloge fait tic tac
Internet 5 min
Trump veut interdire TikTok, Microsoft joue au chevalier blanc
Crédits : Anatoliy Sizov/iStock

TikTok est dans le collimateur de Donald Trump, qui veut le bannir des États-Unis. S’en est suivi un imbroglio autour d’un possible rachat (partiel) par Microsoft. L'éditeur est finalement sorti du bois pour indiquer que des discussions étaient bien en cours, mais qu’il ne s’agissait que de préliminaires. 

TikTok est une plateforme chinoise de partage de vidéo lancée en 2016 par ByteDance. Fin 2017, la société rachetait Musical.ly et fusionnait les deux services. Début 2019, l’application était épinglée par la FTC pour défaut de consentement à la collecte des données, avec une amende de 5,7 millions de dollars à la clé.

Ce n’était que le début des problèmes…

L’UE enquête, Donald Trump veut une interdiction

En juin de cette année, le Comité européen de la protection des données (EDPB) annonçait la mise en place d’un groupe de travail pour enquêter sur « les pratiques de TikTok dans toute l’Union européenne ». Fin juillet, c’était au tour de Donald Trump d’entrer dans la danse, sans faire dans la demi-mesure : « En ce qui concerne TikTok, nous l'interdisons aux États-Unis », indiquait-il lors d’une conférence avec des journalistes à bord d’Air Force One ce vendredi.

Ce n’était pas une surprise. Mike Pompeo, secrétaire d'État américain, avait laissé entendre début juillet que les États-Unis pourraient bannir les applications de réseaux sociaux chinoises (notamment TikTok). Ce 29 juillet, Steven Mnuchin (secrétaire américain au Trésor) annonçait qu‘il formulerait une « recommandation » sur TikTok à la Maison Blanche.  Des actions entreprises après que des utilisateurs de la plateforme avaient « saboté » l'un des meetings de Trump à Tulsa.

Est-ce lié ? Impossible à dire. Toujours est-il que le Comité pour l'investissement étranger aux États-Unis (CFIUS) avait ouvert une enquête sur l’application dès novembre 2019.  Comme pour l’utilisation de Huawei dans les réseaux 5G, Washington soupçonne TikTok (et donc ByteDance) d’être utilisée par les services de renseignements chinois. Des inquiétudes partagées par l’Inde, qui a décidé de bannir 59 applications chinoises (TikTok, WeChat, etc.) en les accusant de « voler et transmettre subrepticement et sans autorisation les données des utilisateurs à des serveurs en dehors de l'Inde ».

Microsoft le sauveur et protecteur des données personnelles ?

Dans la foulée de l'annonce de Trump, le Wall Street Journal annonçait que Microsoft serait en pourparlers pour racheter la division américaine de TikTok. La société de Redmond jouerait ainsi le rôle d’un « tiers de confiance » pour les données des Américains. Rien n’avait alors été confirmé par l’une ou l’autre des parties, mais la situation a rapidement évolué.

Vanessa Pappas, directrice de TikTok aux États-Unis, a déclaré dès le lendemain : « nous ne prévoyons d’aller nulle part […] nous sommes ici pour du long terme  ». Elle en profitait pour envoyer un message à Donald Trump, qui a fait de l'emploi l'un de ses sujets phares : sa société dispose de « 1 500 salariés américains qui travaillent sur l’application chaque jour » et elle prévoit d’en ajouter « 10 000 supplémentaires » dans les trois prochaines années.

De quoi laisser penser que si discussions il y a eu, elles étaient en pause. Quelques jours auparavant, le compte TikTok Creators visait le porte-monnaie et indiquait que son fonds pour les créateurs atteindrait un milliard de dollars sur trois ans. Le 29 juillet, le patron de TikTok publiait un communiqué vantant la transparence de sa plateforme :

« Nous ne sommes pas politiques, nous n’acceptons pas de publicité politique et nous n’avons pas d’ordre du jour. Notre seul objectif est de rester une plateforme animée et dynamique appréciée de tous […] Nous sommes prêts à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la disponibilité et le succès à long terme de TikTok. La seule chose qui ne changera pas est notre engagement à faire en sorte que TikTok reste une plateforme sûre et sécurisée pour les dizaines de millions de familles américaines. »

Aucun rachat à l’horizon donc ? Pas si vite… Hier, Microsoft publiait un communiqué de presse pour annoncer que « suite à une discussion entre le directeur général de Microsoft Satya Nadella et le président Donald J. Trump, Microsoft est prête à poursuivre les discussions pour explorer un achat de TikTok aux États-Unis ». Confirmant ainsi qu'elles étaient en cours.

Vers un rachat de TikTok sur quatre marchés ?

Microsoft se dit prête « à acquérir TikTok, sous réserve d'un examen de sécurité complet ». La société veut agir rapidement – dans les prochaines semaines idéalement – afin de « poursuivre les discussions avec ByteDance ». En tout état de cause, la décision finale sera prise « au plus tard le 15 septembre 2020 ». Dans le même temps, Microsoft « espère » que les discussions avec le gouvernement américain, et en particulier Donald Trump, continueront durant ce processus.

Actuellement, il ne s’agit que d’une « proposition préliminaire » qui « impliquerait le rachat du service TikTok aux États-Unis, au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande [quatre des cinq membres des Five Eyes, ndlr] et conduirait Microsoft à exploiter TikTok sur ces marchés ». D’autres investisseurs américains pourraient participer avec une part minoritaire.

Dans le cadre de cet accord, « Microsoft veillerait à ce que toutes les données privées des utilisateurs américains de TikTok soient transférées et restent aux États-Unis. Dans la mesure où de telles données sont actuellement stockées ou sauvegardées en dehors des États-Unis, Microsoft veillera à ce qu'elles soient supprimées des serveurs en dehors du pays après leur transfert ».

Tout reste à faire

L'entreprise prévient que « rien ne garantit qu'une transaction impliquant Microsoft se déroulera ». La société n’a pas l'intention de donner d’autres détails tant qu’aucune décision définitive n’aura été adoptée.

57 commentaires
Avatar de loser Abonné
Avatar de loserloser- 03/08/20 à 10:19:27

  Des actions entreprises après que des utilisateurs de la plateforme avaient « saboté » l'un des meetings de Trump à Tulsa.
Est-ce lié ? Impossible à dire.

Si c'est bien le cas, j'attends avec impatience que des utilisateurs de FB sabotent un autre meeting :fumer:

Edit: et de Twitter aussi évidemment...

Édité par loser le 03/08/2020 à 10:20
Avatar de Dj Abonné
Avatar de DjDj- 03/08/20 à 10:54:49

on peut avoir plus de 11 500 employés qui bossent une sur appli aussi basique :mad2:

Avatar de ForceRouge INpactien
Avatar de ForceRougeForceRouge- 03/08/20 à 11:04:38

D’un côté, amende de 5 milliards, puis rachat par une boîte US... ça me rappel Alstom. => Les US sont encore une fois des enflures

D’un autre côté, y a eu quelques travaux sur TikTok et c’est une usine à aspiration de donnée (Tout ce que l’appli arrive à pomper du téléphone) avec obfuscation avancé du code. => Les US ont raison de bannir l’appli

Si quelqu’un a plus d’info...

Avatar de JD Abonné
Avatar de JDJD- 03/08/20 à 11:14:09

Microsoft le sauveur et protecteur des données personnelles ?
Ça m'a bien fait rire :yes:
Microsoft et les services secrets américains se présenteraient donc comme les plus grands défenseurs des données personnelles des américains... :non:

Avatar de SebGF Abonné
Avatar de SebGFSebGF- 03/08/20 à 11:46:43

Je connais pas l'appli, mais peut être pour la partie modération ?

J'ai cru comprendre qu'elle brasse une quantité d'utilisateurs plutôt énorme. (FranceInfo évoque 1.6 milliards de téléchargements)

Avatar de dylem29 Abonné
Avatar de dylem29dylem29- 03/08/20 à 11:55:14

Je ne comprends pas.
Tiktok est chinois, Microsoft souhaiterait racheter la partie américaine.

Mais concrètement? Une autre application va apparaitre? L'appli Tiktok va changer de nom sur le Playstore?
Les utilisateurs US devront se connecter à la même appli que les européens et chinois avec une redirection vers des serveurs de Microsoft, du coup  est-ce-qu'ils pourront discuter avec les européens?

Je ne comprends pas très bien.

Avatar de aureus Abonné
Avatar de aureusaureus- 03/08/20 à 11:58:10

tiktok ne fait rien que ne fait pas instagram, tweeter, facebook, whatsapp et bien d'autres....

Et pourtant beaucoup de boites de sécurité américaines testent régulièrement l'application histoire d'y trouver quelque choses à dire. D'ailleurs que ce soit CFIUS ou l'UE, aujourd'hui ce sont juste des enquêtes, pour l'instant aucun des deux n'ont annoncé avoir trouvé une fuite de donnée.

D'ailleurs pour l'inde, c'est arrivé quelques jours après que des militaires des deux pays se soient tapés dessus et qu'il y ai eu des morts.
 
Non c'est comme d'hab, dès qu'une produit techno hors US marche, on va tout faire soit pour la couler, soit pour la racheter. Pour une fois ils pouvaient pas la racheter, trump à donner un petit coup de pouce.

Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 03/08/20 à 12:07:58

Pas besoin, d'ailleurs c'est à l'inverse assez courant (puisque presque obligatoire) qu'une entreprise US (ou même EU) s'associe à un local pour une implantation en Chine par exemple.

Avatar de AltreX Abonné
Avatar de AltreXAltreX- 03/08/20 à 12:08:29

c'est qu'il en faut du monde pour faire le traitement de toutes ces données personnelles :troll:

plus sérieusement je pense que c'est juste des chiffres balancés à l'arrache pour vite fait faire préssion, y'a aucun engagement derrière à priori pour le moment.

Avatar de 127.0.0.1 INpactien
Avatar de 127.0.0.1127.0.0.1- 03/08/20 à 12:10:19

Les travaux viennent d'un utilisateur reddit (u/bangorlol) qui a lancé un subreddit "tiktok_reversing".

Lui et d'autres on découvert que l'appli aspirait les même données que les autres applis de ce type qui utilisent un modèle de ciblage publicitaire.

Mais ils ont vu aussi aussi que l'appli aspirait des données inhabituelles pour la monétisation (ssid wifi, adresses des proxy ...). Ils ont également vu que l'appli utilisait des techniques inhabituelles de crypto/obfuscation et aussi des techniques d'anti reverse-engineering.

Le rasoir d'Ockham tendrait à dire que l'appli embarque des moyens techniques pour contrôler/censurer l'information à la manière Chinoise habituelle, ce qui est à la fois une mauvaise nouvelle et une bonne nouvelle en terme de vie privée pour les utilisateurs "hors-chine".

Mais Trump étant en campagne électorale et ayant décidé que la Chine était l'ennemi désigné des USA, les techniques mises en place sont présentées comme destinées à nuire au peuple américain.

Édité par 127.0.0.1 le 03/08/2020 à 12:11
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 6