Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Fibre optique : 16,7 millions de locaux éligibles, la concurrence entre FAI s'intensifie

Objectif 30 millions en 2022
Internet 6 min
Fibre optique : 16,7 millions de locaux éligibles, la concurrence entre FAI s'intensifie
Crédits : Daniel Chetroni/iStock

Au dernier décompte, 16,7 millions de locaux sont éligibles à la fibre optique en France, pour 6,3 millions de clients ayant sauté le pas. Il existe encore des disparités très importantes entre les zones très denses, les moins denses d'initiative privée et les RIP. 

L'Arcep a mis en ligne son observatoire du déploiement sur le fixe, qui s'intéresse à l'avancement de la fibre optique en France. Cette fois encore, « le rythme du déploiement des réseaux FTTH s’est accéléré par rapport au premier trimestre de
l’année dernière, et s’établit à +1,16 million de lignes sur le trimestre ». Le trimestre précédent, la progression était pour rappel de 1,13 million. 

Au 30 septembre, 16,74 millions de locaux étaient ainsi éligibles au FTTH selon le régulateur, soit une hausse de 34 % en un an. Depuis le début de l'année, 3,184 millions de logements supplémentaires sont éligibles, en phase avec l'objectif d'InfraNum d'atteindre 4,3 millions sur l'année 2019. La barrière du million par trimestre a été dépassée pour la première fois fin 2018.

L'Arcep réitère sa mise en garde sur le déploiement du FTTH

Mais l'Arcep ne baisse pas sa garde : « les acteurs doivent toutefois encore intensifier leurs efforts pour atteindre les objectifs de couverture qu’ils se sont fixés ». Pour rappel, le plan France THD prévoit d'arriver à 80 % de logements raccordables à la fibre optique en 2022, soit environ 30,7 millions de lignes sur 37,1 millions. Lors d'un colloque de l'Avicca, Étienne Dugas, président d'InfraNum, affirmait être certain d'atteindre cet objectif suite à l'accélération du déploiement fin 2018 et début 2019.

Le réseau câble (FTTLA) de SFR continue de progresser... doucement, avec 9,520 millions de logements éligibles (+2 % en un an). Une écrasante majorité (9,21 millions) peut profiter d'au moins 100 Mb/s, mais il reste 310 000 lignes limitées à 30 Mb/s. Au total, 22,42 millions de logements sont éligibles au très haut débit, toutes technologies confondues (FTTH, câble, ou VDSL2).

 Fibre fibre Arcep T3 2019Fibre fibre Arcep T3 2019

Deux FAI sur 87 % des lignes, quatre dans seulement 37 % des cas

Autre indicateur intéressant : le nombre d'opérateurs commerciaux utilisant le réseau mutualisé au PM (point de mutualisation), c'est-à-dire le nombre de FAI proposant des offres commerciales aux clients, et donc un état de la concurrence. Sur les 16,7 millions, 87 % (14,6 millions) ont le choix entre au moins deux FAI, 66 % (11,1 millions) entre au moins trois et enfin 37 % (6,2 millions) entre au moins quatre.

Les pourcentages sont en hausse de 3 à 5 points suivant les cas par rapport au second trimestre, et donc une croissance en hausse par rapport aux précédents observatoires.

Dans les zones très denses, 93 % des clients peuvent accéder aux offres d'au moins deux opérateurs et 46 % peuvent faire jouer la concurrence entre au moins quatre fournisseurs d'accès, contre respectivement 94 et 37 % dans les zones moins denses d'initiative publique.

Grosses différences entre zones publiques et privées

La répartition n'est en revanche pas la même dans les zones moins denses d'initiative publique : 1,3 million des 2,9 millions de lignes n'ont pas le choix du FAI. 56 % des logements peuvent choisir entre au moins deux FAI, et seulement 18 % (soit 0,5 million de lignes) ont le choix de quatre fournisseurs d'accès ou plus. 

Les zones moins denses d'initiative publique sont également celles où il reste le plus de travail et où Orange n'est pas la seule locomotive du déploiement de la fibre optique. SFR, Altitude, Covage et d'autres sont aussi au rendez-vous. De leur côté, les zones très denses ne sont plus loin d'arriver à 100 %, tandis que les zones moins denses d'initiatives privées sont à peu près à mi-chemin.

L'Arcep propose ensuite un suivi des engagements des opérateurs dans le cadre du déploiement FTTH dans les zones AMII (Appel à Manifestation d’Intention d’Investissement). Au troisième trimestre 2019, Orange est à 60 % de son engagement environ, tandis que SFR est à 56 %. L'Arcep précise que le décompte tient des « locaux effectivement raccordables et font abstraction des locaux raccordables sur demande ».

FTTH : 16,7 millions de locaux éligibles, 6,3 millions d'abonnés

Quoi qu'il en soit, le taux de transformation entre les lignes éligibles et celles en fonctionnement reste assez faible avec 6,3 millions d'abonnés sur les 16,7 millions. Rappelons tout de même que les abonnements fibre sont généralement plus chers que leurs homologues en xDSL. Mais le passage « en force » des opérateurs devrait inexorablement augmenter le nombre d'abonnés FTTH. En effet, lorsque la fibre est disponible, les offres xDSL trépassent.

 Fibre fibre Arcep T3 2019

Pour finir, « le nombre d'abonnements internet à haut et très haut débit sur réseaux fixes atteint 29,5 millions, soit une croissance nette de 170 000 accès au cours du trimestre. Sur un an, l’accroissement net s’élève à 630 000 (+2,2%) ». La croissance est comme toujours portée par les abonnements très haut débit avec 550 000 de plus en trois mois, elle-même provenant en très grande partie de la fibre optique (+540 000 en un trimestre et +2 millions en un an).

Conséquence logique, le nombre d'abonnements xDSL est en baisse et passe pour la première fois en dessous de la barrière des 19 millions, alors qu'il était question de plus de 20,5 millions il y a encore un an. 

Cartefibre à jour en attendant Ma connexion Internet

La publication du nouvel observatoire est évidemment l'occasion pour l'Arcep de mettre à jour son site Cartefibre, avec des données au 30 septembre 2019. Les données sont également disponibles en open data. La prochaine mise à jour est prévue pour le 27 février 2020, lors de la publication de l'observatoire de fin 2018. 

On attend toujours l'arrivée d'un nouveau site baptisée Ma connexion Internet qui proposera une vue de l'ensemble des « technologies d’accès fixe filaires (cuivre, câble et fibre) et hertziennes (4G fixe, THD radio, satellite, HD radio) » disponible au niveau de l'adresse.

Ce n'est pas tout. Comme nous l'a confirmé l'Arcep, ce service permettra également aux clients d'obtenir la liste des fournisseurs d'accès disponibles ; une très bonne nouvelle. Il est en effet parfois (très) difficile pour un futur client de savoir qu'elles sont les offres disponibles dans son logement, notamment dans les RIP avec la multiplication des acteurs locaux, et donc de faire jouer la concurrence. 

Prévus pour cette année, le lancement de Ma connexion Internet à visiblement été repoussé puisqu'il n'arrivera désormais que dans les « prochains mois » selon l'Arcep.

Arcep T.Dat'Hack
Crédits : Sébastien Gavois (licence: CC by SA 4.0)
28 commentaires
Avatar de polric Abonné
Avatar de polricpolric- 29/11/19 à 15:59:50

Bonjour,
La carte fibre et bien belle, mais j'ai l'impression que les opérateurs jouent sur la définition de foyer raccordable.
Par exemple tout a fais anodin prenons la ville de Saint sébastien sur loire (dans le 44) qui  a un taux raccordable entre 50% a 80% .
Nous voyons que la fibre progresse et qu'un pourcentage de foyer non négligeable et dans l'état raccordable sur demande or dans la réalité lorsque l'on fait la demande à Orange la réponse est non vous n’êtes pas éligible à la fibre.
 La raison est simple car les maisons doivent être connectées en aérien et l'opérateur ne semble  pas motiver pour le traiter le problème.
L'opérateur ment-il à l'arcep en disant que ces maisons peuvent-être raccordées  ? 
 
ps: je ne pense pas que cet exemple soit un cas isolé.

 

Avatar de TexMex Abonné
Avatar de TexMexTexMex- 29/11/19 à 16:21:56

Ils jouent sur tout. C'est bien logique. Avec une coopération plus ou moins douteuse de l'Arcep. Celles-ci aurait du taper sur les doigt de pas mal de monde sur pas mal de dossiers.

 Il y a aussi la RE-classification des villes en zone dense, ou pas.

 On a vu des communes de la petite couronne Parisienne passer de Zone Très Dense à Moyennement Dense avec pourtant une évolution démographique positive. Cela permettait simplement de pouvoir remettre le compteur à zéro sur l'obligation de couverture (généralement 5 ans).

 Dans ma ville cela a donc fini avec 10 ans d'attente. C'est Fleur Pelerin qui s'illustrait à cette époque avec des déclarations qui démontrait que la consommation de molécules chimiques récréative, n'était pas en reste dans les ministères. On a eu aussi le firewall Open Office: Poses tout de suite la pipe à Crack Chrisitne!!! Haaaaa... La belle époque quoi.
 

Avatar de wanou2 Abonné
Avatar de wanou2wanou2- 29/11/19 à 16:46:11

C'est beau ces grands chiffres :D

Avatar de Egamihrza Abonné
Avatar de EgamihrzaEgamihrza- 29/11/19 à 17:09:20

Le tracé de la fibre, dans mon village, à été bien accueilli par le maire de l'époque, je crois que c'était en 2014 ou 2015 et contrairement à une autre commune limitrophe qui n'en voyait pas l'utilité ( je pense peut être à des problèmes économiques mais je ne suis pas sûr). J'habite dans l'ain mais je ne sais pas si la couverture de la fibre est importante comparé à d'autres départements ?

Avatar de -Vlad- Abonné
Avatar de -Vlad--Vlad-- 29/11/19 à 17:32:43

Par rapport à la Soane et Loire (71) ou l'Isère (38), l'Ain a une belle longueur d'avance

Avatar de wanou2 Abonné
Avatar de wanou2wanou2- 29/11/19 à 20:05:42

Egamihrza a écrit :

Le tracé de la fibre, dans mon village, à été bien accueilli par le maire de l'époque, je crois que c'était en 2014 ou 2015 et contrairement à une autre commune limitrophe qui n'en voyait pas l'utilité ( je pense peut être à des problèmes économiques mais je ne suis pas sûr). J'habite dans l'ain mais je ne sais pas si la couverture de la fibre est importante comparé à d'autres départements ?

Par rapport au Finistère il doit bien y avoir 10 ans d'avance ;)

Avatar de Commentaire_supprime Abonné
Avatar de Commentaire_supprimeCommentaire_supprime- 29/11/19 à 20:16:55

Olivet (45160) : supérieur à 80%, sauf la rue où habite ma mère...

Avatar de Clénio Abonné
Avatar de ClénioClénio- 29/11/19 à 20:49:51

Faut aussi faire un point entre " foyer" et "entreprise". La ville ou j'habite est en cours de raccordement en fibre.
Cool.

Sauf que la souscription et raccordement n'est QUE pour les entreprises.
On est donc raccordable sur le papier mais impossible en réel.

Avatar de OB Abonné
Avatar de OBOB- 29/11/19 à 22:18:27

Egamihrza a écrit :

Le tracé de la fibre, dans mon village, à été bien accueilli par le maire de l'époque, je crois que c'était en 2014 ou 2015 et contrairement à une autre commune limitrophe qui n'en voyait pas l'utilité ( je pense peut être à des problèmes économiques mais je ne suis pas sûr). J'habite dans l'ain mais je ne sais pas si la couverture de la fibre est importante comparé à d'autres départements ? 

L'ain c'est une situation très spéciale : Ils ont été quasiment les 1ers à déployer de la fibre sur leur territoire , financé en propre via des fonds excédentaires (à l'époque) du syndicat d'électrification locale et du fait du CERN  et du niveau de vie des habitants proche de la suisse.

Tellement en avance que déjà Orange l'a très mal pris et ils ont dû faire face à l'hostilité de cet opérateur , tant en terme judiciaire que opérationnel (fourreaux, ...)

En bref, de longues années durant, ils ont payé au prix fort leur avance et leur indépendance. L'un des problèmes est que, technologiquement, le choix qu'ils ont retenu (active ethernet) n'est _pas_ celui retenu dans le reste de la France, et les FAI nationaux se sont fait un plaisir d'exiger de l'ARCEP une "remise aux normes" (normes qui sont venues après, donc...) du réseaux à leur frais.

Comme quoi, dans ce domaine, être précurseur et bravache ne paie pas :-(

Globalement dans l'ain oui, bon gré mal gré la couverture fibre est comparativement plus importante que dans d'autres départements ruraux, mais ça avance moins vite et avec , localement, plus de problèmes d'éligibilité aux BOFS notamment (Bougues / Orange / Free / SFR).

 

 
 

Avatar de OB Abonné
Avatar de OBOB- 29/11/19 à 22:42:22

polric a écrit :

Bonjour,
La carte fibre et bien belle, mais j'ai l'impression que les opérateurs jouent sur la définition de foyer raccordable.

Et tu as tout à fait raison.
Énormément de logements sont raccordables sans pouvoir être raccordé effectivement.

Dans les immeubles récents, en général pas de problèmes : Il y a des colonnes techniques, des gaines,....
Dans les immeubles anciens par contre ça se complique : Le passage des câbles est complexe, et si le syndic ne souhaite pas d’apparent ou de goulottes au mur , c'est parfois carrément impossible de rendre raccordable les logements.

Mais le vrai gros souci ce sont les pavillons (banlieues, ou même moins dense):

* Lorsque la voirie a été refaite et qu'il y a des fourreaux dans les rues , encore faut-il que la maison soit relié au fourreau. Parfois ce travail est fait par la collectivité , mais souvent non . Or, là, mon parle de terrassement, donc quelques milliers d'euros pour un proprio....souvent pas motivé pour faire ça, surtout quand il loue ! Mais le logement est quand même marqué raccordable, simplement en cas  de souscription ce sera un "échec raccordement", les presta d'installation n'étant pas équipé de pelleteuses...
 

* Lorsque c'est aérien, tout un tas d'emmerdes administrative arrivent : Poteaux en mauvais état, ou conflit de "juridiction" (régie d'élec locale / enedis / Orange/ ...) => Ces problèmes peuvent durer des mois entiers sans que ça ne gêne personne.

* Les tech peuvent pas travailler à l'échelle, c'est censé être interdit.
Du coup si le véhicule-nacelle ne peux pas accéder à la façade, c'est échec racco aussi.

* Il y a les habituels fourreaux bouchés ou inexistants, proprio qui refuse l'installation proposé , le passage par le toit impossible, et tout ce que vous pouvez imaginer comme problèmes de tirer un câble de la rue à chez vous.

Donc , oui, raccordable c'est bien, raccordé c'est mieux.

Les "raccordables sur demande" c'est encore pire : ce sont les situations où le FAI considère qu'il faut une première demande pour construire le réseau en amont (PBO , vers le PMZ).
Mais comme le PBO est pas construit, bien souvent on peux pas passer commander de ligne. Donc il n'y a pas cette "première demande".... Joker pratique !

Enfin, dernier effet kisscool , le mode de déploiement des opérateurs fait qu'ils ne déploient pas assez de capacité de cablâge, ils évalue une certaine demande.
Si il y en a plus, les derniers arrivés ne peuvent se raccorder faute de "signal" de la part du FAI.
Mais comme les techniciens de raccordement ne sont payé QUE en cas de succès , ben leur truc c'est de débrancher un autre client pour installer leur nouveau à la place.
Le mec débranché , le soir venu, constate la perte de signal, appelle le support, et le technicien est re-envoyé sur place pour "corriger" , cad débrancher une autre personne encore pour rétablir le 2nd. Et etc....
Ca s'appelle "une tournante" et ça arrive parce que les opérateurs ne veulent pas installer "trop" de capacité au départ...
 
Il n'y a que très peu de retour de l'ARCEP sur ce problème qui semble pourtant se généraliser en zone dense.

 En france on a monté un système très administratif,  très complexe et "industriel" pour le déploiement de la fibre, comme on sais si bien le faire, avec un résultat qui certes avance, mais avec plein de problèmes et d'inégalités.
 
Ca m'étonnerais qu'on nous envie ce système (contrairement à ce que j'ai pu entendre) là où l’Espagne, partie après nous, a terminé son territoire avec quasi 1 an d'avance sur le planning, via des installations plus pragmatique et moins coûteuses (bien que parfois moins esthétiques j'en convient).
 

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3