Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Facebook prive de publicité les pages diffusant des « fake news »

Tu ne publieras point
Internet 1 min
Facebook prive de publicité les pages diffusant des « fake news »

Facebook annonce que la publicité sera interdite pour les pages diffusant des fake news, après une interdiction des réclames sur les liens marqués comme trompeurs par des médias reconnus.

Facebook continue de sévir contre les fausses nouvelles (fake news). Le réseau social annonce que les pages diffusant à répétition des articles marqués comme trompeurs ne seront plus autorisées à proposer de la publicité. Le principal recours sera d'arrêter de lier les contenus concernés, pour retrouver la capacité à faire de la publicité.

« Cette mise à jour doit briser les incitations financières et freiner la diffusion de fake news, une étape dans la construction d'une communauté mieux informée » écrit l'entreprise. Elle reprend à son compte les lourdes critiques qui lui ont été adressées fin 2016, lors de l'élection de Donald Trump à la tête des États-Unis, marquée par la diffusion massive de nouvelles partisanes et souvent fausses.

Depuis, le groupe interdit la publicité sur les liens marqués comme trompeurs par les médias partenaires. En France, ces derniers sont censés être rémunérés par le réseau social pour leur travail. Le sujet était même arrivé rapidement sur la table, selon certains d'entre eux. Cette initiative s'inscrit dans le Journalism Project, officialisé en janvier, qui contribue au rapprochement entre l'entreprise et les éditeurs de presse, avec pour argument la lutte contre les fake news.

Les projets sont nombreux, jusqu'à une formation en ligne pour journalistes aux outils du réseau social, y compris la publicité. Les fake news sont aussi un point de positionnement politique, Facebook s'affichant en faveur d'une coopération internationale sur la diffusion de ces contenus trompeurs.

124 commentaires
Avatar de FunnyD INpactien
Avatar de FunnyDFunnyD- 29/08/17 à 08:50:49

Quis custodiet ipsos custodes?

Avatar de darkbeast Abonné
Avatar de darkbeastdarkbeast- 29/08/17 à 08:54:37

FunnyD a écrit :

Quis custodiet ipsos custodes?

c'est pas faux

Avatar de Oliewan Abonné
Avatar de OliewanOliewan- 29/08/17 à 08:57:53

Si ca peut aider dans la lutte contre ces fake qui nous polleunt, ca serait pas mal. Après, comment sont traités les sites parodiques comme le Gorafi et consorts ?
 

FunnyD a écrit :

Quis custodiet ipsos custodes?

Et pis y'a ca aussi...

Avatar de vizir67 Abonné
Avatar de vizir67vizir67- 29/08/17 à 09:05:32

Cette initiative s'inscrit dans le Journalism Project, officialisé en janvier, qui contribue au rapprochement entre l'entreprise et les éditeurs de presse, avec pour argument la lutte contre les fake news.

ah...quand même !
ça commence à bouger !
(même si c'est timide) :yes:

Avatar de Sheepux Abonné
Avatar de SheepuxSheepux- 29/08/17 à 09:05:45

Il est vraiment intéressant de voir l'évolution de la sphère web depuis quelques années (merci Nxi pour justement bien couvrir ces problématiques)

  • La défense de la "neutralité-technique (toujours non certaine). C'est le débat toujours à gagner du "ne bridez/priorisez pas tel service par rapport à un autre. Donnez moi juste un tuyaux quand je paye pour -Internet- ! "

  • La question de la sécurité/confiance dans les échanges (chiffrement et autres). Et on peut y ajouter en parallèle l'identification IRL (exemple avec twitter et ses utilisateurs confirmés)

  • La transition du "tout gratuit" à "la juste rémunération des acteurs". Problématique désormais bien connue sur NXi .

  • Le modèle économique (actuellement majoritaire?) lié à la donnée utilisateur et ses implication sur la vie privée (bataille que je ne craint perdue sauf pour une partie limitée du web)

  • La transition vers un engagement de la "responsabilité éditorial d'hébergeur" (neutre à la base). Les GAFAM à la base ne voulaient servir que de plateforme d'échange et ne voulaient pas mettre le nez dans le contenu, mais sont désormais bien obligé de faire du ménage et donc d'avoir un début de choix éditoriaux. la frontière entre hébergeur et éditeur est désormais bien trouble.
    Sur ce dernier point je prend comme angle de vue YouTube: Argent= Capacité à facturer de la pub = Retenir l'utilisateur en lui proposant du contenu qui le fera rester (algorithme possiblement neutre techniquement) -> Problème d'un effet de masse avec nuisance aux marque = Risque de moins facturer la pub (on a vu le boycot récent) -> Obligation de contrôler le contenu qui est rémunéré: on outrepasse la simple modération c'est un engagement éditorial mais uniquement sur le contenu rémunéré.
    Donc si je résume ma réflexion, l'hébergeur propose un modèle payant sans contrôle à priori mais comme il -engage- désormais sa responsabilité éditoriale sur ce contenu il se réserve la liberté de forcer le retour au gratuit (sans pour autant censurer le contenu pas forcément illégal) et donc de se désengager éditorialement.

    Quel est la prochaine étape ?

Avatar de Furanku Abonné
Avatar de FurankuFuranku- 29/08/17 à 09:17:18

Pour une entreprise qui dit défendre la neutralité du net...
A un moment donné c'est aussi aux gens de ne pas croire tout et n'importe quoi, de faire preuve d'esprit critique et prendre le temps de se renseigner (plutôt que de partager du contenu putalike).

Là c'est quand même inquiétant : une entreprise va décider, seule ou au travers de partenariats, de ce qui pourra être considéré comme une information fiable.
Sur quel critères ? Le fait que l'information soit d'un journal renommé ? D'une source gouvernementale ? Et donc le site associatif, par exemple, qui diffusera des news vu d'un angle différent pourra dès lors être considéré comme une source de fake news ?
Quand on voit que la majorité des médias sont entre les mains de quelques milliardaires et que ce sont, souvent, les premiers à manquer d'objectivité et faire circuler de fausses informations (avant parfois de revenir dessus... ou pas)...

On fonce tout droit vers un lissage de la pensée, vers la mise en place d'une pensée dominante.

Plutôt que de combattre les fake news (dont des sites parodiques comme le Gorafi, cité plus haut, vont être impactés) et diriger la réflexion, il vaudrait mieux éduquer l'individu à faire preuve d'esprit critique.
Mais ça ce n'est dans l'intérêt de personne.

Avatar de psn00ps Abonné
Avatar de psn00pspsn00ps- 29/08/17 à 09:21:38

Tu seras toujours aussi content si NXI est flaggé 'fake news' un jour ?
Avant d'être reconnues, certaines vérités dérangent et c'est un moyen de les faire taire.

Avatar de Sheepux Abonné
Avatar de SheepuxSheepux- 29/08/17 à 09:25:20

Je vois le problème différemment, ce n'est pas l'élitisme de "l'information fiable/approuvée/certifiée" mais la lutte contre "information clairement fausse" (fake news) que des partenaires arrivent à démontrer (principe scientifique: ne croyez pas en l'orateur, créez votre confiance dans les sources qu'il cite).
Je suis d'accord que du coup on délègue notre esprit critique à ces dits "partenaires" et il reste donc la confiance qu'on leur donne. Mais bon, on a pu constater le niveau d'esprit critique de la "masse" et ce que cela a engendré (et continuera).
Cependant (cf mon dernier commentaire) ce n'est pas jusqu'à la censure, c'est la démonétisation par "éditeur" qui a approuvé la remarque de son partenaire.

Avatar de DjabberZ INpactien
Avatar de DjabberZDjabberZ- 29/08/17 à 09:27:09

Je penses qui seront capables de faire la nuance entre fake new et satirique.

Je les vois mal censuré charlie hebdo par exemple x)

Avatar de psn00ps Abonné
Avatar de psn00pspsn00ps- 29/08/17 à 09:27:10

Fake news: il n'y a pas d'armes de destruction massive en Irak.
Fake news: la terre est ronde.
Fake news: le nuage de Tchernobyl a traversé la France.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 13