Condamné à deux ans de prison ferme pour consultation habituelle de sites terroristes

La revanche des sites
Droit 2 min
Condamné à deux ans de prison ferme pour consultation habituelle de sites terroristes
Crédits : abadonian

Le délit de consultation habituelle de sites terroristes, introduit en juin dernier par le législateur, continue de donner lieu à des condamnations. Le tribunal de grande instance de Privas a infligé hier, dans le cadre d'une comparution immédiate, une peine de deux ans de prison ferme à l'encontre d'un prévenu. Soit le maximum encouru.

« Ce trentenaire n'avait pas été repéré comme montrant des signes de radicalisation. Sur son casier, d'anciennes affaires, petite escroquerie et recel de vol, mais rien en lien avec le terrorisme » rapporte France-Bleu Drôme-Ardèche.

C’est « un peu par hasard » que les services du renseignement l’ont débusqué, ajoute 20 Minutes : « Le renseignement intérieur français a mis la main sur lui en surveillant une autre personne localisée dans la Drôme. L’habitant de Tournon était d’ailleurs, jusque-là, plutôt discret et inconnu des services. (...) Néanmoins, les investigations ont permis d’obtenir assez de matière pour que le préfet autorise une perquisition administrative au domicile du trentenaire. »

Sont ainsi découverts, mercredi 23 novembre, de « nombreux contenus » de propagande djihadiste – des vidéos d’exécutions, un drapeau de l’État islamique en fond d’écran, un mot de passe "13novembrehaha", etc. Les enquêteurs ont également fini par constater que cet habitant de Tournon-sur-Rhône, dans l’Ardèche, « fréquentait régulièrement des sites pro-Daesh depuis environ deux ans ». Aucun chiffre n’est cependant évoqué.

Découvert « un peu par hasard » par les services de renseignement

« C’était de la curiosité, je regardais ce qui se passait dans le monde », a tenté de se défendre le prévenu devant le tribunal. « Je voulais faire la différence entre le vrai islam et le faux islam, maintenant j'ai compris. » Des arguments qui n’ont pas convaincu les magistrats en charge du dossier, puisqu'ils ont décidé de lui infliger la peine de prison maximale prévue pour consultation habituelle de sites terroristes : deux ans ferme.

Le nouvel article 421-2-5-2 du Code pénal, en vigueur depuis le 4 juin dernier, n’est pas applicable « lorsque la consultation est effectuée de bonne foi, résulte de l'exercice normal d'une profession ayant pour objet d'informer le public [journaliste, ndlr], intervient dans le cadre de recherches scientifiques ou est réalisée afin de servir de preuve en justice ». Aucune de ces « excuses » n’était cependant invocable dans le cas présent, aux yeux des juges.

Cette condamnation s’ajoute notamment à celle rendue dès le mois d’août par le tribunal correctionnel de Chartres (deux ans de prison ferme), ou à d’autres datant de ce mois-ci (six mois de prison ferme, tribunal de Senlis ; idem il y a peu dans le Rhône). Au 17 octobre, treize procédures pour consultation habituelle de sites terroristes avaient été recensées en France, indiquait il y a peu Le Parisien

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !