Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Radicalisation : un rapport propose de surréférencer les contre-discours étatiques

La mission Pietrasanta
Droit 3 min
Radicalisation : un rapport propose de surréférencer les contre-discours étatiques
Crédits : shironosov/iStock/ThinkStock

En février dernier, le député Sébastien Pietrasanta a été missionné par Manuel Valls en vue de lutter contre les discours de radicalisation (djihadistes, etc.), notamment sur les réseaux. Dans sa copie, tout juste remise au Premier ministre, il considère que la déradicalisation doit passer par un permis Internet mais aussi un surréférencement des contre-discours étatiques.

Celui qui fut le fidèle rapporteur du projet de loi contre le terrorisme l’assure : « Internet est un véritable terreau du radicalisme. Il n’est pas la seule cause de radicalisation, mais il agit comme un catalyseur ». Pour étrangler les messages trop fleuris sur le Net, explique-t-il dans son rapport révélé par France Info, il propose donc une panoplie de mesures.

Un permis Internet pour les plus jeunes

Parmi elles, il suggère l’amélioration de la coopération entre les autorités et les acteurs du web afin de faciliter le retrait des contenus considérés comme illicites. Du côté des plus jeunes, la piste est celle de guides pour les parents, mais surtout du « permis Internet » au sein de l’Education nationale (à l’image de ce que certaines écoles font passer à leurs CM2 par des gendarmes depuis fin 2013). Ce permis, ou plutôt « Passeport Internet », deviendrait une « obligation pour tous les élèves », histoire d’expliquer la différence entre le loup et l’agneau sur les réseaux. U

Pour les autres, le député s’arrête sur le site gouvernemental Stopdjihadisme, celui destiné à « décrypter les processus d’embrigadement », « déconstruire le discours tenu par les terroristes sur Internet et les réseaux sociaux et de montrer la réalité du quotidien dans les zones contrôlées par les organisations terroristes ». Or, une telle plateforme souffrirait d’un petit défaut d’exposition.

Qu'à cela ne tienne. Pour mieux irriguer les esprits, Pietrasanta imagine une « task force » de « community managers » qui viendrait écumer les réseaux, notamment sociaux, pour contrer les messages djihadites. De tels efforts pourraient cependant s’avérer insuffisants, notamment en raison des moteurs de recherche, incapables d’écrémer la bonne parole étatique de la soupe djihadiste. Pas de problème ! Pietrasanta a deux idées dans son chapeau.

Déréférencer le mauvais, surréférencer le bon message étatique

D’une part, imposer le déréférencement de ces contenus djihadistes. On se souvient que la loi sur le terrorisme prévoit déjà un tel déréfencement administratif. Seulement, elle se focalise sur les seuls messages incitant au terrorisme ou faisant son apologie. Dans son rapport remis à Manuel Valls, l'auteur semble vouloir donc aller au-delà en tapant sur la radicalisation, qui prône certes le terrorisme, mais aussi la violence.

Surtout, le parlementaire envisage « des mesures proactives en matière de référencement ». Comment ? « En lien avec les moteurs de recherche, un référencement positif doit être mis en œuvre ». Plus clairement, il s’agit d’un surréférencement de la propagande étatique (au sens non préjoratif), menée avec la complicité volontaire - ou forcée - des moteurs de recherche.

Un tel levier garantirait évidemment une parfaite exposition des messages gouvernementaux. Seulement, un tel label n’a pas le monopole de la vérité (voir en ce sens notre vrai vrai/faux du gouvernement sur le projet de loi renseignement). Il est vrai que Sébastien Pietrasanta a pu s’en laisser convaincre, le si respectueux projet de loi contre le terrorisme, dont il a été le rapporteur, n’ayant pas été soumis au Conseil constitutionnel.

En outre, sur la première page des moteurs, les places sont chères. Ce surréférencement conduirait mécaniquement à reléguer aux pages subalternes des résultats, les autres contenus, même les plus innocents et sérieux d’entre-eux. Une forme larvée de discrédit numérique, de mise au ban du Web, par claquement de doigts administratif.

On peut craindre qu’une telle démarche, consacrée dans un très hypothétique projet de loi, se heurterait de plein fouet à la liberté d’information, la liberté de communication voire à la liberté d’entreprendre, toutes de niveau constitutionnel. D’ailleurs, si l’exécutif veut être surexposé sans délai, il peut toujours opter pour les solutions des moteurs, celles des encarts publicitaires. Mais il est vrai que le droit oblige à clairement identifier ces annonces, histoire de dire là-aussi la vérité.

142 commentaires
Avatar de maestro321 INpactien
Avatar de maestro321maestro321- 10/07/15 à 14:50:35

Quand la France comprendra ça...

If we don't believe in freedom of expression for people we despise, we don't believe in it at all. Noam Chomsky

« Je ne pense pas que l’État devrait avoir le droit de déterminer la vérité historique et de punir les gens qui dévient de cette vérité. Je refuse de donner à l’État un tel droit […]. Si vous croyez en la liberté d’expression, vous croyez alors dans la liberté de parole pour les opinions qui vous déplaisent également. Goebbels était en faveur de la liberté de parole pour les opinions qu’il aimait… Et Staline était pareil. […] Si vous êtes en faveur de votre liberté de parole, cela signifie que vous êtes en faveur de la liberté de parole pour les opinions que précisément vous méprisez. Sinon, vous n’êtes pas en faveur de la liberté d’expression. » Noam Chomsky

Édité par maestro321 le 10/07/2015 à 14:53
Avatar de Aloryen Abonné
Avatar de AloryenAloryen- 10/07/15 à 14:52:38

Ces propositions sont -sommes toutes- plutôt bonnes... si le "sur référencement" ne concerne qu'un ou deux sites, de façon à ne pas monopoliser l'ensemble de la toplist de google.
 
Je reste cependant très surpris qu'on mette autant en avant l'action gouvernementale, alors même qu'on pourrait aider les instances religieuse modérées pour faire ce boulot... car après tout, ils sont à la fois les premiers concernés, et en même temps les plus à même de répondre à des arguments religieux...

Avatar de MuadJC INpactien
Avatar de MuadJCMuadJC- 10/07/15 à 14:55:04

« Internet est un véritable terreau du radicalisme. Il n’est pas la seule cause de radicalisation, mais il agit comme un catalyseur ».
ça me fait penser à mon père qui se persuade que ses problèmes de mémoire sont dues à son laisser aller de retraité (catalyseur) et non la maladie (principale cause)

Se concentrer exclusivement sur un catalyseur, c'est laisser les causes et donc le problème libres d'évoluer, à peine ralentis.

Avatar de Avisance Abonné
Avatar de AvisanceAvisance- 10/07/15 à 14:56:12

Pour moi, le plus à même de contrer les arguments religieux est le cours de science. :troll:

Avatar de Sheepux Abonné
Avatar de SheepuxSheepux- 10/07/15 à 14:56:44

1934, gestapo (point Godwin, oui je sais)
1949 "1984", police de la pensée
 2015 référencement positif 
 
 
 Rien de neuf, cela a déjà eu un nom ...
 
 :vomi2:(je reviens, j'ai plusieurs seaux à vider)

Édité par Sheepux le 10/07/2015 à 15:01
Avatar de Naneday INpactien
Avatar de NanedayNaneday- 10/07/15 à 14:59:11

"Un permis Internet pour les plus jeunes"

Ahahah comme je l'avais prédit..

Bientôt permis obligatoire pour souscrire a un abo internet ;)

Apres la propagande dans les journaux TV, la propagande sur internet, elle est belle la france :D

Édité par Naneday le 10/07/2015 à 15:00
Avatar de linkin623 INpactien
Avatar de linkin623linkin623- 10/07/15 à 15:00:06

Le message ne plaît pas ? Tirez sur le messager, torturez-le, il vous dira ce que vous voulez entendre, et ainsi, ça sera de sa faute si le premier message était mauvais...

Avatar de 127.0.0.1 INpactien
Avatar de 127.0.0.1127.0.0.1- 10/07/15 à 15:02:48

Suite à une décision du gouvernement, il a été décidé de modifier l'ordre des chiffres.

Le nouvel ordre croissant des chiffres sera dorénavant:

0, 5, 1, 3, 8 , 2, 4, 9,7

(le 6 a été interdit et n'est donc pas affiché)

Avatar de MasterDav INpactien
Avatar de MasterDavMasterDav- 10/07/15 à 15:04:49

il s’agit d’un surréférencement de la propagande étatique (au sens non préjoratif)

:reflechis:

Avatar de MarcRees Équipe
Avatar de MarcReesMarcRees- 10/07/15 à 15:08:30

L'expression "propagande" est aujourd'hui très péjorative.
 J'aime bien lui redonner son versant initial.
 
(Relire Propaganda, de Normand Baillargeon)

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 15