Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Une charte contre le piratage avec les acteurs de la publicité

Follow the money for nothing
Droit 2 min
Une charte contre le piratage avec les acteurs de la publicité
Crédits : Marc Rees (CC BY-SA 2.0)

La charte « des bonnes pratiques dans la publicité pour le respect du droit d’auteur et des droits voisins » sera signée lundi à 14h30 dans les salons du ministère de la Culture. Une des briquettes du plan anti-piratage du gouvernement.

« C’est une vraie bonne nouvelle pour la création. L’Hadopi se félicite également de constater que les travaux prospectifs qu’elle conduit sur ce sujet depuis 2011 (rapports Imbert-Quaretta) ne sont pas restés lettre morte et ont pu inspirer les décisions annoncées ». Voilà le contentement d’Eric Walter, secrétaire général de la Hadopi à l’annonce de cette signature. « Il y avait une forte attente des créateurs ; le gouvernement a su y répondre » ajoute-t-il, apaisé, dans les colonnes de nos confrères d’Edition Multimédi@.

Follow the money

Cette charte sera signée avec une dizaine d’acteurs du secteur, a-t-on appris du côté du ministère de la Culture. L’idée ? Mettre en mouvement l’approche follow the money visant à couper les vivres des sites de piratage (par direct download ou streaming). Cette charte, dont les fondations avaient été coulées par Mireille Imbert-Quaretta entre les murs de la Hadopi, s’accompagnera d’un autre document similaire, avec cette fois les acteurs du paiement en ligne. Elle sera signée en juin, avait annoncé Fleur Pellerin. Et pour cause, même s’il s’agit toujours d’engagements volontaires plus que de contraintes légales, les aiguillons juridiques du secteur du paiement sont bien plus épineux. 

Seul hic, au-delà de l’affichage, quelle est la vraie utilité d’une telle démarche ? Certes, ces mesures vont cibler sans juge une série de sites considérés comme manifestement contrefaisants, mais ceux pointés du doigt pourront toujours s’exporter ailleurs, du côté d’acteurs non signataires. Le jeu du chat et de la souris habituel... D’ailleurs, les ayants droit ont d’autres velléités, notamment la révision de la directive de 2000 afin de faciliter la responsabilité des hébergeurs ou le déploiement de mesures administratives contre l’illicite, sans passer par cette maudite « case juge ».

Un test avant des mesures plus musclées ?

Que l’industrie culturelle se rassure. MIQ nous avait confié avoir volontairement misé sur l’autorégulation sans sanction, contrairement à un certain nombre d’autres pays. « Quand les ayants droit réclament quelque chose de plus contraignant, ils sont dans leur rôle. Ces questions seront là encore ouvertes au débat parlementaire. Pour ma part, je compte sur la bonne volonté des gens. Cependant, si à un moment donné, cela ne marche pas, on pourra envisager des sanctions. Je sais déjà quelles sanctions pourront être mises. Et où. »

27 commentaires
Avatar de anonyme_f57797547c925e7a0bcd3772713c4039 INpactien

oui histoire de rentre l'argent encore plus intraçable en les faisant passé par bitcoin etc ?

merci pour cette idée encore plus stupide xD

Avatar de xen0m INpactien
Avatar de xen0mxen0m- 20/03/15 à 16:10:56

Une mesure qui sera surement plus utile que les dernières annoncées. Je ne dis pas que cela va faire des miracles ou de réels résultats mais je vois du mieux. 
 
A moins que je me fourvoie et que les revenues de ces sites (les plus connues et à la mode) fonctionne sur une autre base de revenu que la pub. Une idea ?

Avatar de Yseader INpactien
Avatar de YseaderYseader- 20/03/15 à 16:12:24

Et les régies publicitaires (françaises ?) vont ensuite venir pleurer parce que leurs annonceurs se tirent ...

Avatar de xen0m INpactien
Avatar de xen0mxen0m- 20/03/15 à 16:12:36

Je n'y avais pas pensé. Mais cela reste moins aisé comme transactions.
 

Avatar de kade Abonné
Avatar de kadekade- 20/03/15 à 16:15:48

Ils enlarge les mesures :transpi:

Avatar de uzak INpactien
Avatar de uzakuzak- 20/03/15 à 16:17:12

C'est pas vraiment son domaine le piratage à la culture..
C'est pas un labo médical qui s'était fait piraté ?

Avatar de Razorgore Abonné
Avatar de RazorgoreRazorgore- 20/03/15 à 16:17:16
Avatar de tazvld Abonné
Avatar de tazvldtazvld- 20/03/15 à 16:20:56

C'est un peu un coup d'épée dans l'eau ce truc. Sérieusement, j'ai pas vraiment l'impression que les pubs que l'on retrouve sur les sites de tipiak soient faites par des société française et encore moins par des régies publicitaires qui semble vraiment vouloir s'engager dans ce combat.
Au final, tout ce qu'il vont faire, c'est vider une niche économique que d'autres sociétés moins regardantes vont s'empresser de s'y installer.

Avatar de TheuD INpactien
Avatar de TheuDTheuD- 20/03/15 à 16:22:34

Je sais pas vous, mais moi dès que je lis "Charte", je zappe. Dans n'importe quel domaine c'est généralement un bouzin qui ne sert qu'à faire de l'affichage. "On a pas les coui** de faire une loi alors on va faire une charte" : c'est pas contraignant pi on peu communiquer et noyer le poisson avec :D
 pi tout le monde peut s'en foutre en toute impunité de la charte : pô grave ...

Avatar de tazvld Abonné
Avatar de tazvldtazvld- 20/03/15 à 16:22:47

C'est pour être plus proche de chez vous.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3