Assistants numériques, objets connectés : la Commission européenne lance une vaste enquête

Le mot du jour est « interopérabilité » 4
image dediée
Crédits : NatalyaBurova/iStock
Obj. Connectés
Sébastien Gavois

La Commission européenne veut que le marché de l’IoT « reste ouvert et compétitif » en évitant que des géants ne viennent « fausser la concurrence ». Elle a toutes les raisons de craindre des dérives, d’autant qu’elle a déjà vu ce type de comportement par le passé. Une enquête sectorielle est lancée.

Semaine difficile pour la commission européenne : mercredi l’annulation par le Tribunal de l’Union du redressement fiscal de 13 milliards d’euros d’Apple, hier avec l’invalidation du Privacy Shield par la Cour de Justice de l’Union européenne.

Elle ne se laisse pas abattre et vient d’annoncer l’ouverture « d’une enquête sur les pratiques anticoncurrentielles dans le secteur des biens et services de consommation liés à l'internet des objets dans l'Union européenne ». En creux, on retrouve la question de la gestion des données personnelles et de l’omniprésence des plateformes.

Margrethe Vestager (vice-présidente exécutive) souhaite notamment s’assurer que les « appareils connectés sont vraiment interopérables », un point qu’elle juge important pour que se développe une concurrence saine. Une problématique que nous avions déjà abordée ces deux dernières années, mais qui avait eu assez peu d'écho auprès des décideurs français.

Alexa, Assistant, Siri… : le marché doit rester « ouvert et compétitif »

Lisez la suite : 78 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...