Edge bloque tous les contenus Flash jugés non essentiels sur les pages web

Plugina non grata 40
En bref
image dediée
Navigateurs
Vincent Hermann

Microsoft prévoit avec la future Anniversary update de Windows 10 de donner à Edge la capacité de mieux contrôler Flash. L’utilisateur pourrait alors choisir de charger uniquement le contenu qu’il souhaite. Une mesure qui s’inscrit dans un mouvement global qui ne peut signifier que la mort de Flash.

Flash n’est plus une technologie bienvenue depuis un certain temps. Ses problèmes de sécurité à répétition (encore une mise à jour critique ce matin) et ses soucis de consommation en ont fait un ennemi pour bien des acteurs et des internautes. Le premier grand coup avait été porté par Apple, quand Steve Jobs avait annoncé qu’iOS ne supporterait pas cette technologie.

Depuis, le produit d’Adobe est la cible d’un vaste mouvement, notamment opéré par les navigateurs. Chacun y est allé de sa méthode, mais Mozilla avec Firefox a été le premier à réagir sur ce créneau, notamment avec la coupure des contenus. Les utilisateurs peuvent alors cliquer ponctuellement et volontairement sur chaque contenu qu’ils désirent voir véritablement.

Le problème des lecteurs intégrés dans les navigateurs

Chez Google et Microsoft, la philosophie a été différente. Partant du principe que la technologie était encore très utilisée, les deux entreprises l’ont intégré par défaut à leurs navigateurs, sous une forme isolée afin d’en contrôler la nocivité. Pour les éditeurs en effet, Flash – comme tous les autres plugins binaires – représente une source de danger, un code exécutable sur lequel ils n’ont pas prise.

Bien que cette approche puisse représenter divers avantages pratiques, nous avons souligné plusieurs fois qu’elle comportait un défaut inhérent à l’intégration : l’impossibilité de se débarrasser réellement de Flash. Avec le temps, les contenus utilisant le lecteur d’Adobe sont devenus beaucoup moins courant. La plupart des plateformes de vidéo en streaming s’appuient sur le MPEG-4 ou autre codec vidéo, laissant la possibilité de désinstaller Flash et donc de ne plus subir les menaces de sécurité liées. Mais si l’on utilise Internet Explorer 10/11, Edge ou Chrome, ce n’est pas possible.

Bloquer tout ce qui n'est pas essentiel

Chez Google, l’idée de se débarrasser de Flash suit son chemin, avec notamment l’interdiction de l’utiliser pour la diffusion des publicités via ses plateformes d'ici début 2017. Concernant l’inclusion dans Chrome, on ne sait en revanche pas encore comment l’éditeur procèdera. Pour Microsoft par contre, on a appris hier soir qu’Edge serait doté dans l’Anniversary Update d’une nouvelle capacité, ressemblant largement à ce que propose Firefox : la coupure des contenus Flash et leur activation au cas par cas.

En fait, la fonction est déjà présente dans la dernière build 14316 et se veut intelligente. Tout ce que le navigateur considère être un contenu non crucial sera automatiquement mis en pause. Microsoft cite directement les publicités qui vont donc être passées à la moulinette de ce blocage. Tant que l’utilisateur ne cliquera pas dessus, la vidéo ou l’animation ne se lancera pas, et le contenu ne sera pas considéré comme lu.

Performances et sécurité

La mesure est doublement importante. Microsoft aborde surtout l’aspect performances. Les contenus Flash peuvent être potentiellement gourmands, et les lire sur un appareil mobile peut donc affecter nettement l’autonomie. Sans parler du temps de chargement des pages web. Nous y ajouterons l’aspect sécuritaire : Flash est l’une des principales technologies à voir ses failles exploitées pour déclencher des exécutions de code arbitraire et le téléchargement de malwares à l’insu de l’internaute. Si une publicité vérolée (comme cela s’est vu dernièrement) transite dans un réseau mais qu’elle n’est pas lue, son sinistre code n’aura donc pas d’effet, à moins que l’internaute ne clique dessus.

Microsoft indique que la prévalence de Flash sur le web continuera à être surveillée. Une évolution est d’ores et déjà prévue pour Edge, qui appliquera le même blocage sur les contenus considérés comme centraux. Aucune date n’est cependant fournie.


chargement
Chargement des commentaires...