MaruOS rassemble Android et Debian pour changer le smartphone en station de travail

Et pas besoin de nouveau matériel 62
En bref
image dediée
OS
Vincent Hermann

Même si Microsoft et Canonical se concentrent sur la convergence entre le PC et le mobile, d’autres se lancent dans l’aventure. C’est le cas de MaruOS, qui se veut une ROM personnalisée pour les téléphones Android, contenant à la fois le système mobile et une distribution Debian. Explications.

Parmi les grandes réflexions sur les stratégies en cours, la convergence fait débat. Chez Microsoft, la vision passe par Windows 10, qui se veut avant tout un système unique pour l’ensemble des appareils : ordinateurs, tablettes, smartphone, Xbox One, et dans une moindre mesure HoloLens et les objets connectés. L’idée est qu’un même socle puisse s’utiliser partout, permettant aux applications de s’exécuter sans code spécifique (ou presque) selon le matériel.

Même chose chez Canonical, comme on a pu le voir récemment avec l’annonce de la tablette de BQ. Le futur d’Ubuntu passe là encore par un système unifié capable de s’installer sur un ordinateur, une tablette ou un smartphone, avec les mêmes applications. Plus particulièrement, Microsoft et Canonical avancent toutes deux vers des appareils mobiles capables d’être branchés sur des écrans plus grands pour permettre une utilisation bureautique, presque comme sur un PC classique.

Un mariage pour Android et Debian

Hors de ces deux entreprises, un autre acteur veut tenter la même aventure, mais sous un angle quelque peu différent : MaruOS. Ici, il n’est plus question de proposer un système unique, la problématique étant prise à l’envers. À la question « comment exploiter un écran depuis un smartphone ? », les développeurs de MaruOS apportent ainsi une réponse hybride : une ROM contenant à la fois Android 5.1 et Debian.

Cette ROM rassemble donc deux systèmes côte à côte. Les développeurs ont visiblement bien travaillé leur copie, car l’idée est de proposer d'un côté un Android familier aux utilisateurs, et de l'autre d'afficher un système Linux en quelques secondes dès que l’appareil est relié à un écran plus grand. Traduction, il n’est pas nécessaire de redémarrer le smartphone, la ROM reconnaissant le branchement de l’écran de manière automatique. Cerise sur le gâteau, elle prend en charge la déconnexion « sauvage » du périphérique, sauvegardant alors l’état de la dernière utilisation de Debian pour la restaurer au lancement suivant.

MaruOS

Une distribution pratiquement vierge

Le fonctionnement concurrentiel des deux systèmes d’exploitation présentera pour certains des avantages indéniables. D’abord, la possibilité de continuer d’exploiter un Android et donc l’ensemble de son parc applicatif, Maru proposant tout de même une surcouche spécifique (ce qui pose la question du suivi des correctifs de sécurité). Ensuite, le fait de disposer d’une distribution Debian, même si modifiée pour répondre aux choix ergonomiques de l’équipe. Précisons quand même que cette dernière a choisi de n’inclure aucune application. Une décision intéressante car Android et Debian partageront un même espace de stockage. À l’utilisateur de choisir ce qu’il veut installer ensuite.

Enfin, le smartphone garde un fonctionnement indépendant quand il est relié à un écran. Un utilisateur peut donc être en train d’utiliser LibreOffice et continuer de recevoir ses appels, ses SMS et l’ensemble des notifications issues des applications mobiles. L’écran affiche quand même un message prouvant que la connexion est faite. Dans les deux cas, on garde le multitâche habituel.

Une bêta limitée au Nexus 5 pour l'instant

Évidemment, l’expérience utilisateur dépendra fortement de la puissance proposée par le smartphone. L’équipe de développement indique que Debian démarre en cinq secondes, mais il s’agit d’une information qu’il faudra vérifier. Actuellement, la ROM n’est proposée que sous forme d’une première bêta, à destination du seul Nexus 5. L’accès à cette préversion se fait depuis le site officiel, avec une liste d’attente. Attention tout de même, car on parle bien de remplacement de ROM, ce qui supprimera tout le contenu déjà présent dans le smartphone.

Il se pourrait bien que MaruOS soit une solution intéressant de près certains utilisateurs. L’idée d’un smartphone pouvant être utilisé comme unité centrale pour tout écran doté d’un port HDMI rejoint celle de Microsoft avec sa solution Continuum, à la différence qu’on ne parle pas ici de nouveau matériel. Le développement de ces systèmes « joints » devrait permettre à l’avenir de prendre en compte d’autres modèles de smartphones, avec peut-être d’autres bénéfices à la clé. On peut par exemple imaginer une gestion depuis Debian des notifications émises par Android, la possibilité de répondre aux appels, de répondre aux SMS et ainsi de suite.

Du côté de Maru, l’enthousiasme semble bien présent. Cette solution est présentée comme idéale pour ceux qui ont besoin d’un environnement de travail mobile, qu’il s’agisse de bureautique ou de développement logiciel. Évidemment, la puissance limitée des smartphones fait que MaruOS ne se destinera pas vraiment aux tâches intensives, mais la liberté laissée dans l’exploitation de l’ensemble pourrait clairement séduire.


chargement
Chargement des commentaires...