Orange et Bouygues confirment la reprise de leurs discussions

Ce sera bientôt pire que Santa Barbara 156
image dediée
Crédits : pixdeluxe/iStock
Société MàJ

Mise à jour : Via un communiqué de presse, Orange « confirme la reprise de discussions avec le Groupe Bouygues ». La société ne donne aucun détail supplémentaire et explique qu'elles « ne sont pas contraintes par un calendrier particulier et ne s’engagent pas sur un schéma prédéfini ». Elle ajoute que « le Groupe explore les opportunités du paysage français des télécoms, tout en rappelant que ses investissements et ses positions lui permettent une totale indépendance. Orange n’agira que dans le seul intérêt de ses actionnaires, de ses salariés et de ses clients et sera particulièrement attentif à la création de valeur d’un tel projet ». De son côté, Bouygues indique qu'un accord de confidentialité a été signé et qu'il « attachera une importance déterminante à l’intérêt des collaborateurs de Bouygues Telecom, ainsi qu’à la dynamique d’investissement du secteur qui doit rester soutenue dans l’intérêt du consommateur », précisant qu'à ce jour « aucune décision n’a été prise et rien ne garantit l’issue de ces discussions préliminaires ».

De nouvelles rumeurs viennent renforcer l'hypothèse d'un prochain mariage entre Bouygues Telecom et Orange, avec Free qui récupérerait une partie de la dot. Cette nouvelle salve d'informations, à prendre avec des pincettes évidemment, remet TF1 au centre des débats.

Le feuilleton entre Orange et Bouygues (Telecom) est loin d'être fini. Malgré des démentis plus ou moins appuyés, les rumeurs continuent d'aller bon train. C'est désormais au tour du Canard Enchainé du mercredi 30 décembre 2015 d'entrer dans la danse.

Mariage entre BT et Orange : Xavier Niel ne doit pas jouer « les radins »

Selon le journal, qui cite l'une des parties prenantes des négociations, « on n'a jamais été aussi proches d'un accord entre Orange et Bouygues Telecom ». Le groupe Bouygues pourrait alors détenir entre 10 et 12 % du capital d'Orange (dont l'état est actionnaire à hauteur de 23 %), alors qu'il était question de 15 % auparavant. Cette même source ajoute par contre que cela n'aboutira probablement pas avant plusieurs semaines, le temps de régler certains points techniques.

On peut supposer qu'il est notamment question de la répartition des abonnés, des boutiques, des fréquences et des antennes de Bouygues Telecom. L'autorité de la concurrence, l'ARCEP et Emmanuel Macron (entre autres) ne laisseraient évidemment pas Orange (leader sur ce marché) croquer Bouygues Telecom sans aucune contrepartie. 

Free serait ainsi sur la brèche, en prenant plus ou moins la même position que lorsqu'Altice (Numericable-SFR) avait déposé une offre pour racheter Bouygues Telecom. Le trublion avait alors mis sur la table près de 2 milliards d'euros afin de récupérer une partie des infrastructures de Bouygues Telecom (antennes et fréquences 2G, 3G et 4G dans différentes bandes selon Xavier Niel qui était interviewé par Les Echos). « Notre réseau sera quasiment équivalent à celui de nos concurrents » indiquait alors le patron d'Iliad.

Toujours selon le Canard Enchainé qui cite l'un des négociateurs, Xavier Niel n'a pas intérêt à jouer « les radins », au risque de « faire capoter le deal. Or tous les opérateurs ont intérêt à une consolidation du secteur ». Dans tous les cas, aucune annonce officielle n'a par contre été faite pour l'instant.

Bouygues Telecom « a toutes les raisons d'exister »

Du côté des syndicats, la CFDT était montée au créneau il y a deux semaines afin de demander au groupe Bouygues des explications pour les salariés, sans succès. Lors d'un comité d'entreprise qui s'est déroulé le 21 octobre dernier et dont le compte rendu n'a visiblement été dévoilé que récemment, Ludovic Durant (membre de la CFDT), posait la question de l'orientation de Bouygues Telecom : déstabiliser la concurrence avec des prix agressifs ou bien « vendre au prix fort vu l'amélioration des résultats » ?

Le syndicat annonce avoir obtenu la réponse suivante du président du groupe Bouygues : « Il faut s'adapter au marché et tout n'est pas à vendre. L'avenir de Bouygues Telecom est réel et très fort [...] Bouygues Telecom a de vrais atouts et cette entreprise a toutes les raisons d'exister ». Bref, le même discours que précédemment, qui laisse la porte ouverte à un rapprochement avec Orange.

TF1 de retour dans les rumeurs entre Orange et Bouygues

Mais pour l'hebdomadaire satirique, ce rapprochement entre Bouygues Telecom et Orange cache en fait un autre accord : « Orange lorgne sur 10 % du capital de TF1. Une façon de faire entrer l'État dans la chaine privée ». Une annonce qui sonne comme un écho aux premières révélations de Bloomberg qui évoquaient cette possibilité il y a plusieurs semaines déjà.

Elle avait par contre été rapidement rejetée par Nonce Paolini qui, lors d'une audition au CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel) reprise par nos confrères du Monde, expliquait que « l’hypothèse d’un rachat de TF1 par Orange sort de nulle part, c’est une curiosité ». Le PDG de TF1 ajoutait qu'il s'était entretenu avec Martin Bouygues et que ce dernier lui avait « assuré que ceci est sans aucun objet [...] On ne voit pas très bien ce que TF1 viendrait faire dans un éventuel rapprochement avec Orange ».

Le Canard enchainé a pour sa part une approche bien différente de la situation. Selon un des acteurs du dossier cité par nos confrères, « les politiques se contrefichent de l'accord sur les télécoms. Tout ce qui les intéresse, c'est TF1 ». Et s'il y a eu des démentis, il ne serait question que d'un leurre afin que cela « n'entrave pas la décision du Conseil supérieur de l'audiovisuel de laisser LCI, la chaine d'info de TF1, passer en gratuit sur la TNT ». Autorisation accordée il y a un peu moins de deux semaines. Toujours selon le Canard, « il ne reste plus qu'à trouver un habillage adéquat pour céder TF1 à Orange, sans que cela gêne trop le CSA ».

Dans tous les cas, ces hypothèses ne sont que des rumeurs pour le moment puisqu'aucune des parties prenantes n'a confirmé cela. Mais le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elles sont tenaces depuis plusieurs semaines.

Publiée le 30/12/2015 à 15:18 Mise à jour le 05/01/2016 à 09:00
Sébastien Gavois

Journaliste, jamais bien loin d'une connexion internet. Spécialiste du stockage sous toutes ses formes et du décryptage de PDF des opérateurs de téléphonie mobile.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €


chargement
Chargement des commentaires...