Toshiba veut prendre ses distances avec le marché du PC

Ce n'est qu'un au revoir 95
En bref
image dediée
Société
Kevin Hottot

En délicatesse depuis juillet dernier, Toshiba cherche à s'éloigner du marché du PC. L'une des pistes envisagées consisterait à monter une entreprise commune avec Fujitsu et Vaio, mais le conglomérat nippon ne souhaite pas vraiment y prendre part.

Suite à la révélation de fraudes comptables réalisées par l'ancienne équipe dirigeante de l'entreprise, Toshiba tente, tant bien que mal, de se redresser. Le traitement est plutôt brutal, puisqu'en plus de la vente d'une usine de fabrication de téléviseurs, il est question du licenciement de 6 800 personnes, principalement au sein de la division Lifestyle du groupe. Celle-ci concentre notamment les activités liées au monde du PC, des téléviseurs et de l'électroménager.

Une sortie du marché PC est à l'étude

Dans un entretien accordé au quotidien nippon Sankei Shimbun, relayé par BFM Business, Masashi Muromachi, le PDG de Toshiba, explique que des discussions sont en cours avec Fujitsu et Vaio (la société issue de la scission de la branche PC de Sony) afin de regrouper leurs activités sur le marché des ordinateurs individuels. Ses produits électroménagers eux, trouveraient refuge chez Sharp. 

Si une telle entente devait avoir lieu, le dirigeant affirme que « Toshiba ne souhaite pas prendre la majorité des sociétés conjointes » qui seront créés via ces accords. En d'autres termes, le conglomérat cherche surtout à se débarrasser de ses actifs non rentables. Sur son exercice fiscal 2015, la branche Lifestyle du groupe avait ainsi enregistré une perte opérationnelle de 109,7 milliards de yens (830 millions d'euros) sur un chiffre d'affaires de 1 163,7 milliards de yens (8,81 milliards d'euros).

Un abandon pas si douloureux

Sans parler des pertes accumulées par ces activités, leur abandon ne devrait pas trop faire souffrir Toshiba, tout du moins pas en termes de chiffre d'affaires. Masashi Muromachi estime ainsi que les revenus annuels de l'entreprise devraient passer sous la barre des 5 000 milliards de yens, soit environ 38 milliards d'euros, ce qui reste encore plus qu'honorable. 

Cette baisse du chiffre d'affaires tient compte de la séparation de la branche Lifestyle, mais également de certaines activités dans le domaine des équipements médicaux, ainsi que dans la production de semi-conducteurs. Toshiba est notamment connu pour ses productions de puces de mémoire NAND à destination des SSD, et s'était illustré en absorbant la division SSD d'OCZ en 2014.


chargement
Chargement des commentaires...