OneDrive : Microsoft met fin à l'illimité et nivelle par le bas tous les forfaits

Et une offre 50 Go plus chère que chez Apple 109
En bref
image dediée
Services
Par
le mardi 03 novembre 2015 à 11:07
Vincent Hermann

Microsoft vient d’annoncer que son service de stockage distant OneDrive allait subir un énorme nivellement par le bas pour l’espace proposé. L’offre illimitée de l’abonnement Office 365 sera bloquée à 1 To, tandis que les 15 Go proposés gratuitement seront ramenés à 5 Go. Et les mauvaises nouvelles ne s’arrêtent pas là.

Dans la compétition qui oppose les grandes entreprises du cloud, Microsoft prenait la tête dès que l’on abordait la quantité d’espace de stockage proposée. Depuis un compte de base proposant 15 Go, on pouvait facilement activer diverses options pour obtenir des dizaines de gigaoctets supplémentaires. Dès que l’on s’abonnait à Office 365, c’était tout simplement un stockage illimité que l’on obtenait. Mais cette époque est presque révolue.

La fin de l'illimité

Dans un billet publié hier soir sur le blog officiel dédié à OneDrive, Microsoft a en effet annoncé une coupure générale de ces espaces. Dès maintenant (pas de date précise pour l’instant), l’espace illimité de l’abonnement Office 365  personnel repasse à 1 To. Bien entendu, cette taille devrait convenir à une grande majorité des utilisateurs, mais le changement est manifeste. L’éditeur justifie cette coupe par l’utilisation déraisonnable faite par certains utilisateurs qui en profitaient pour stocker toute leur collection de films, dépassant parfois les 75 To. Si vous avez actuellement un tel abonnement et que vous stockez plus de 1 To, vous avez un an pour régler la situation. De plus, ceux qui estiment que le produit ne répond plus à leurs attentes peuvent en demander un remboursement au prorata.  Les forfaits dédiés aux entreprises restent inchangés.

Et ce n’est pas tout. Non contente de décapiter son offre illimitée, l’entreprise s’en prend également aux comptes gratuits. La création d’un nouveau compte Microsoft ne sera donc plus accompagnée de 15 Go comme actuellement, mais de seulement 5 Go. Plus question non plus d’octroyer 15 Go supplémentaires dès que l’on active la sauvegarde de la pellicule sur OneDrive depuis un appareil mobile.

Ce changement sur les comptes gratuits ne prendra place que début 2016, sans date précise pour l’instant. À compter de cette bascule, les utilisateurs qui stockent plus de 5 Go auront un an pour récupérer les fichiers, mais sans possibilité d’en ajouter de nouveaux. Mais ils pourront également réclamer une formule 1 To gratuite valable une année complète. Évidemment, il faudra sortir son portefeuille une fois cette offre gracieuse expirée. Et comme si cela ne suffisait pas, les offres 100 et 200 Go ne seront plus proposées (ceux qui les ont les garderont) , pour ne plus laisser qu’une formule 50 Go, vendue 1,99 dollars par mois (le prix de l'actuelle offre de 100 Go). Soit deux fois plus cher qu’Apple et Google.

Punir tous les utilisateurs pour le comportement de quelques-uns

La question est évidemment : pourquoi ? Dans son billet, Microsoft explique qu’un petit nombre d’utilisateurs abusait clairement de la formule illimitée. On pouvait ainsi voir des collections complètes de vidéos, dépassant ainsi les 75 To de stockage. Mais cette explication n’en est pas vraiment une. D’une part, Microsoft démontre que sa formule « illimitée » ne l’était en fait pas. D’autre part, plutôt que de s’en prendre à ces utilisateurs abusifs pour régler la situation, la firme préfère impacter l’ensemble des abonnés Office 365. Enfin, pourquoi retoucher les formules gratuites et diviser l’espace offert par trois ? S’agit-il encore de compenser quelques cas extrêmes ?

Microsoft assure que ces changements sont nécessaires pour s’assurer que tout le monde bénéficie de bonnes performances. On peut comprendre en effet pourquoi Dropbox jouit de performances nettement supérieures face à un OneDrive qui opère toujours plus lentement : la quantité de données à gérer n’est tout simplement pas la même. Mais Microsoft n’en donne pas moins l’image d’une société qui s’est largement emballée dans la guerre du stockage distant, lançant de grands chiffres à la cantonade pour finalement faire un grand pas en arrière. D’autant que la société avait promis de nouveaux clients de synchronisation doté d’un moteur de « nouvelle génération » et que l’on attend encore. Notons également que selon l'éditeur, la moyenne de données stockées par compte s'établit à... 5,3 Go.

Monétiser OneDrive par la manière forte

Les motivations de ces changements sont évidemment d’ordre financier. Le stockage coûte cher et l’arrivée en masse de Windows 10 ne fait qu’accroitre la pression sur le service. Par ailleurs, Windows Phone 8.1 et Windows 10 Mobile ont d’autant plus intérêt à activer la sauvegarde de la pellicule puisque l’application Photos dans Windows 10 permet de retrouver automatiquement les clichés sur le PC peu après. Un fonctionnement équivalent à ce que propose Apple avec sa bibliothèque iCloud. Moins de stockage disponible, mais davantage de besoins : Microsoft espère sans doute avoir trouvé là une bonne équation, d'autant qu'il n'existera plus aucun palier entre l'offre 50 Go et le premier abonnement à Office 365, facturé 7 euros.

Sur l’annonce officielle, les réactions sont en tout cas très négatives. La plupart accusent Microsoft (à raison d’ailleurs) de punir tous les utilisateurs pour le « mauvais » comportement de quelques-uns. Certains pointent la situation ubuesque d’un OneDrive plus cher qu’un iCloud, d’autres indiquent que la limitation à 1 To est un vrai problème pour leur travail (photographie, montage vidéo, etc.), d’autres enfin soulignent que la concurrence – particulièrement Dropbox et Google Drive – n’a plus qu’à tirer son épingle du jeu.

La situation rappelle clairement ce qui s’était passé avec Hubic et Bitcasa, qui avaient eux aussi tenté l’illimité avant de faire machine arrière, au grand dam des utilisateurs. Ces évènements mettent d’autant plus en lumière les sociétés qui proposent toujours ce type d’offre, notamment Amazon (avec des formules séparées pour les photos et les fichiers généraux), Carbonite, Box ou encore Nero. Attention cependant, car ces services n’ont pas nécessairement le degré d’intégration d’un OneDrive, et Microsoft compte d’ailleurs probablement sur cet argument pour donner envie d’investir.


chargement
Chargement des commentaires...