NVIDIA annonce sa Shield à 199 euros et dévoile son service de streaming GeForce Now

Mais il faudra attendre demain pour en profiter 57
En bref
image dediée
Consoles
Par
le mercredi 30 septembre 2015 à 15:06
David Legrand

La Shield de NVIDIA sous Android TV est enfin annoncée en France, à 199 euros. Elle arrivera ainsi demain, mais sera surtout l'occasion de découvrir un nouveau service de jeux en streaming proposé par la marque : GeForce Now.

Au début de l'année, NVIDIA dévoilait un nouvel appareil au sein de sa gamme de produits Tegra pour joueurs, uniquement proposé outre-Atlantique : la Shield. Fonctionnant sous Android TV, elle était l'aboutissement d'une gamme qui a exploré différents formats, de la simple manette à la tablette pour joueurs. 

La Shield arrive en France pour 199 euros : HDMI 2.0, 4K, USB 3.0, MicroSD, etc.

Affichant des caractéristiques techniques assez élevées, et exploitant un SoC Tegra X1 maison avec 3 Go de mémoire vive, celle-ci débarque enfin sur le territoire français. Et autant le dire tout de suite, NVIDIA a eu une très bonne idée en étant agressif sur son prix public : 199 euros, manette comprise (59,99 euros séparément).

Car le secteur est plutôt concurrentiel, surtout en cette rentrée. En effet, Apple vient d'annoncer sa nouvelle Apple TV à 149 dollars avec 32 Go de stockage, contre 16 Go pour la Shield. Pour autant, le produit de NVIDIA n'a pas à rougir, puisque son stockage peut être étendu via un lecteur de cartes MicroSD ou l'un de ses deux ports USB 3.0 :

Ces derniers peuvent aussi être exploités pour une webcam, une manette, un ensemble clavier/souris, etc. Un port MicroUSB peut être utilisé pour relier l'appareil à un PC comme périphérique de stockage (ou pour les développeurs via ADB). De plus, l'ensemble intègre une plateforme plus performante en 3D via ses 256 cœurs Maxwell, qui est aussi capable de gérer la 4K et le H.265 (HEVC).

De son côté, Apple a sans doute visé un tarif un peu plus important que le Nexus Player de Google, tout en proposant une télécommande qui peut aussi faire office de manette de jeu à la manière de la Wii. Pour autant, la marque a la pomme a pêché par un trop grand conservatisme sur les caractéristiques techniques, sans doute pour se laisser la possibilité de lancer un nouveau modèle d'ici quelques mois. De quoi laisser à NVIDIA l'occasion de lui faire mal en publiant ce genre de tableau : 

NVIDIA Shield TV

La société peut ainsi se targuer de proposer l'une des rares solutions capable d'assurer un support complet de la chaîne 4K pour les contenus protégés, avec l'HDMI 2.0 et HDCP 2.2. Ainsi, Netflix en 4K peut être utilisé si vous disposez d'une connexion suffisante (25 Mb/s minimum) et d'une TV compatible. Le service de SVOD est d'ailleurs préinstallé par NVIDIA.

Quelques mois pour apporter des améliorations

La société indique d'ailleurs avoir profité du temps qui a séparé les lancements américain et européen pour opérer quelques changements et apporter quelques améliorations à son produit au niveau logiciel, notamment sur le terrain du multimédia. Mais nous y reviendrons à l'occasion des tests.

Néanmoins, comme l'Apple TV et les autres produits sous Android TV, la Shield devra faire face à une double problématique locale : les FAI français proposent gratuitement à leur client des box, parfois sous Android TV. De plus, les chaînes françaises font de la résistance et ne proposent pas leurs applications sur ces interfaces.

Cela viendra sans doute, une fois que le modèle économique sera trouvé et que constructeurs et géants du Net auront accepté de passer à la caisse. Mais pour le moment, il faudra se contenter de la fonction Chromecast/Google Cast ou AirPlay selon les cas, et donc oublier la possibilité de voir des chaînes en direct, ou de regarder les programmes des groupes M6 et TF1.

Le groupe Canal avait un temps indiqué que le direct via Chromecast était prévu dans ses applications MyCanal, mais ce n'est pas encore le cas. Proposée sur Xbox One, ce service n'est pas prévu pour Android TV pour le moment nous fait-on savoir, pas plus que sur Apple TV (voir notre précédent article). Heureusement, des acteurs comme ARTE, Gulli ou France 24 proposent déjà des applications. Espérons que d'autres suivront rapidement. NVIDIA nous a assuré que des discussions était en cours avec Google et les acteurs locaux afin de renforcer l'offre.

C'est ainsi l'un des rares avantages de la Freebox Mini 4K sur cette Shield. Free a en effet fait le choix de communiquer sur la 4K, mais sans apporter de service qui l'exploite réellement et en proposant une box au SoC relativement peu performant. Il est aussi impossible de disposer de certaines applications comme Netflix, mais on pourra par contre regarder la TV en direct avec une interface plutôt bien faite. L'accès aux services de replay, lui, se fera uniquement via une application non native, au look issu des anciennes Freebox et à l'ergonomie qui n'est pas digne d'un tel produit.

Envie de jouer ? 3 solutions s'offrent à vous

Mais NVIDIA compte bien miser surtout sur un argument choc pour convaincre, qui fait partie de son ADN : les jeux. Car ce ne sont pas moins de trois applications qui sont proposées dans la Shield : GeForce Now, Game Stream et Shield Games. Dans tous les cas, vous pourrez utiliser la fonctionnalité de streaming sur Twich ou d'enregistrement proposé sur les modèles précédents, à la manière de ShadowPlay sur PC.

Pour rappel, Shield Games permet d'accéder à une boutique de jeux Android optimisés pour les puces Tegra de NVIDIA. On y retrouvera aussi bien des petits titres « casual » qui plairont à toute la famille que des jeux comme Half-Life 2, Portal ou Doom 3 : BFG. Game Stream permet pour sa part de gérer le streaming local depuis GeForce Experience si vous disposez d'un PC compatible et d'un réseau local suffisant (Wi-Fi 802.11ac ou Gigabit recommandé).


Une console, deux ambiances

Mais la grande nouveauté est GeForce Now. C'est en effet la version commerciale de GRID, qui permet de jouer en streaming à de nombreux jeux, sans avoir à disposer d'un PC sous Windows avec toutes les contraintes que cela implique (drivers et logiciels à jour, machine allumée, etc.). NVIDIA dévoile donc aujourd'hui son modèle économique.

GeForce Now : la vraie force de la Shield (pour ceux qui ont accès au très haut débit)

Cela passera bien entendu par un abonnement, à 9,99 euros par mois (7,99 dollars outre-Atlantique), avec trois mois offerts. La marque précise que cela permettra aux utilisateurs d'avoir le temps de voir si leur connexion internet est suffisante et si le service leur plaît assez pour rester abonné à l'issue de cette période. Pour ce tarif, vous aurez accès à une cinquantaine de titres (qui évolueront avec le temps, à la manière d'un Netflix/CanalPlay), notamment ceux qui ont été mis en place pendant toute la période de test avec la Shield Tablet

Mais vous pourrez aussi acheter des jeux afin de les rajouter au catalogue de base. Celui-ci comptera des titres assez récents comme The Witcher III et NVIDIA va sans doute profiter de sa position de partenaire des éditeurs pour proposer des partenariats intéressants à l'occasion des divers lancements à venir. Une fois le jeu acheté, vous pourrez y jouer immédiatement en streaming, mais vous recevrez aussi un code permettant de récupérer une clef pour Steam, GOG, Origin, etc. 

Côté tarif, NVIDIA promet de coller à ceux des autres plateformes, mais il faudra vérifier cela dans la pratique, lors des tests mais aussi dans les prochains mois. L'attitude de la société concernant des périodes de promotions comme le Black Friday ou Noël sera aussi intéressante à analyser.

Sur le marché français, ce service a un avantage de poids : il a peu de concurrence. PlayStation NOW n'est en effet pas disponible chez nous, et les rares services de streaming proposés par les FAI sont assez peu convaincants. Reste à disposer d'une connexion internet suffisante (au moins 12 Mb/s, mais 20 Mb/s pour du 720p60 ou 50 Mb/s pour du 1080p60) avec un bon ping et à voir ce que cela vaut dans la pratique. Pour cela il faudra attendre demain, puisque les tests seront publiés à l'occasion de l'arrivée du produit chez les revendeurs français.

Une version « Pro » inutile, mais pas de version purement multimédia

C'est d'ailleurs le seul vrai gros regret que l'on peut avoir concernant l'annonce de ce produit : sa mise sur le marché. Si son arrivée tardive est finalement plus un bonne nouvelle qu'autre chose, NVIDIA ayant eu l'occasion d'améliorer son OS et ses services, les packs proposés nous laissent un peu sur notre faim.

En effet, on aura le choix entre un modèle à 199 euros avec une manette, et un second à 299 euros avec un disque dur hybride de 500 Go. Ce dernier est presque inutile puisque bien trop cher, d'autant plus qu'il suffit de rajouter un disque USB 3.0 ou d'avoir un NAS pour disposer plus ou moins de la même chose.

NVIDIA Shield TV

Par contre, on aurait préféré pouvoir disposer d'une version plus orientée multimédia et plus accessible avec seulement la télécommande. Celle-ci est uniquement proposée en option à 54,99 euros (!), ce qui fait 253,99 euros pour l'ensemble. Dommage. NVIDIA indique que son choix de proposer au minimum la manette s'explique par le fait qu'il peut aussi faire office de télécommande et permet de profiter pleinement de son produit (notamment dans les jeux), mais on imagine qu'une partie des clients potentiels sera sans doute rebuté par ce choix. Notez que vous aurez aussi la possibilité d'exploiter le HDMI CEC.

Mais la Shield va sans doute réussir à trouver son public. Il sera certes restreint par le poids que prennent encore les consoles de jeu de salon et les box des FAI chez nous, mais il ne peut que progresser avec le temps. Avec la mise en place de services comme GeForce Now, NVIDIA prouve qu'il arrive à disposer d'une vision et que sa gamme Shield porte un engagement sur la durée. Certains regretteront par contre qu'il ne soit pas accessible sur PC pour le moment.

Mais peut être est-ce la prochaine étape, NVIDIA visant clairement des objectifs à long terme avec ce nouvel ensemble qui va sans doute avoir de forts impacts sur le modèle économique de la société ces prochaines années. Reste à voir si ce pari sera un pari gagnant.


chargement
Chargement des commentaires...