GitHub victime de « la plus grande attaque DDoS de son histoire »

GitHub Defense 41
En bref
image dediée
Crédits : alphaspirit/iStock/ThinkStock
Securité
Sébastien Gavois

GitHub connait des difficultés à cause d'une attaque DDoS dont il fait l'objet depuis plusieurs jours. Si le service en ligne ne pointe personne du doigt pour le moment, les premiers éléments laissent penser qu'il s'agirait d'une attaque venant de Chine et qui viserait deux dépôts en particulier.

GitHub subit depuis plusieurs jours « la plus grande attaque DDoS de son histoire ». C'est par ces quelques mots que la plateforme spécialisée dans l'hébergement et la gestion de projets open source annonce la couleur sur son blog. L'attaque a commencé le 26 mars avec « une combinaison de plusieurs vecteurs », mais sans provoquer d'importants dégâts à ce moment-là. Des problèmes auxquels le site est d'ailleurs plus ou moins habitué ces dernières années.

Première attaque le 26 mars, puis un jeu du chat et de la souris entre pirates et GitHub

Mais ce n'était que le début de l'histoire et les assaillants ont rapidement passé la seconde avec une amplification de l'attaque dès le lendemain. Durant les heures qui ont suivi, GitHub et les pirates ont joué au chat et à la souris, le premier en déployant de nouvelles défenses face aux changements de tactiques des seconds. Résultats, le site GitHub était parfois inaccessible pour certains utilisateurs durant le week-end. Encore aujourd'hui, tout n'est pas réglé et, ce matin peu avant 9h, le dernier point du compte Twitter GitHub Status annonçait une énième évolution de l'attaque, à laquelleGitHub tentait de répondre.

Sur son blog, l'équipe technique ne donne aucune précision sur les tenants et les aboutissants de cette attaque DDoS, indiquant simplement, au vue des rapports obtenus, qu'ils estiment que « le but de cette attaque est de les pousser à supprimer certaines parties de leurs contenus », sans préciser lesquelles. Mais, selon le blog Insight-labs, il s'agirait des dépôts GreatFire (qui lutte contre la censure en Chine) et cn-nytimes, ce dernier proposant des traductions en chinois des articles du New York Times.

La Chine pointée du doigt

Insight-labs détaille sa vision de l'attaque et se base sur ses propres relevés : « Un certain dispositif à la frontière du réseau interne de la Chine et de l'Internet a détourné les connexions HTTP qui entrent en Chine, remplaçant un JavaScript de Baidu [NDLR : utilisé pour statistiques, comme Google Analytics par exemple] par une version piégée ». Cette dernière envoie une requête de manière aléatoire vers l'un des deux dépôts, et ce, toutes les deux secondes. Résultat : certaines machines hors de Chine et surfant sur des sites chinois seraient donc utilisées comme bots afin de créer une attaque DDoS.

De son côté, Baidu précise à plusieurs de nos confrères, dont The Verge, qu'il nie toute implication, ajoutant que sa sécurité n'a pas été compromise. Il faudra probablement attendre une éventuelle mise à jour de la part de GitHub afin d'avoir de plus amples informations sur cette attaque DDoS.

GitHub


chargement
Chargement des commentaires...