Exposition aux ondes : l’ANFR multiplie les mesures sur Linky, toujours sans rien trouver à redire

Si ce n’est que tout va bien 92
image dediée
Crédits : ERDF
Nouvelle Techno
Sébastien Gavois

En 2019, 287 lieux équipés d’un compteur communicant Linky ont fait l’objet d’un contrôle des émissions des ondes par l’ANFR. Les relevés sont 20 fois inférieurs à la limite réglementaire, les valeurs baissant rapidement avec la distance.

Depuis janvier 2014, le dispositif national de surveillance de l’exposition aux ondes électromagnétiques – géré par l’Agence nationale des fréquences (ANFR) – permet à toute personne de demander gratuitement la mesure du niveau d’exposition dans les locaux d’habitation et les lieux publics (la procédure est détaillée dans cette brochure).

En juin 2018, le dispositif a évolué afin de « prendre en compte de nouvelles sources potentielles d’exposition liées aux objets communicants fixes comme les compteurs Linky par exemple ». Dans tous les cas, l’ANFR est destinataire des rapports et les publie sur le site cartoradio. Plusieurs fois par an, elle propose également un bilan des relevés des niveaux d’exposition aux ondes, en s’attardant sur les points atypiques et le cas  des compteurs communicants Linky. 

Malgré la publication de plusieurs analyses techniques très poussées sur le fonctionnement des compteurs électrique (cette vidéo de la chaîne YouTube Deus Ex Silicium et cet article Canard PC Hardware), des inquiétudes sont toujours présentes. En 2019, ce sont ainsi 287 lieux qui ont «  fait l’objet de mesures dans la bande 9 kHz à 100 kHz ».

Des maximums plus de 20 fois inférieurs aux limites réglementaires

Lisez la suite : 75 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...