La course à la reconquête de la Lune, future « station-service » de l'espace ?

Vous connaissez le lièvre et la tortue ? 38
image dediée
Crédits : Steve Cole/iStock
Espace
Sébastien Gavois

50 ans après que l'Homme a foulé pour la première fois la Lune, plusieurs pays se sont (re)lancés dans l'aventure, avec désormais 2024 comme échéance pour les Américains. À travers deux de ses spécialistes, le CNES fait le point sur les ambitions et les moyens mis en œuvre par chacun.

Il y a quelques jours, Michel Viso (responsable astrobiologie au CNES) et Jacques Arnould (expert éthique au CNES) étaient à un des mardis de l'espace pour parler du retour (vers le futur) de la Lune. Notre satellite naturel intéresse en effet beaucoup de nations, dont l'Europe, les États-Unis, la Russie et les Chinois, mais aussi les Indiens, les Israéliens, etc. 

Michel Viso confirme l'ambiance qui règne actuellement dans le petit monde de l'exploration spatiale : « il y a des gens très excités partout. Le monde des ingénieurs, pour eux la Lune c'est un vrai nouveau défi. On l'a fait il y a très longtemps, mais on ne sait plus le faire maintenant ».

Dans tous les cas, se trame en arrière-plan l'idée d'un voyage vers (et sur) Mars. 

États-Unis, Chine, Europe, Russie... les prétendants sont nombreux

Lisez la suite : 88 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...