Eutelsat compare son offre 100 Mb/s à de la « fibre » par satellite, 200 Mb/s attendus en... 2025

So 2017 62
Accès libre
image dediée
Crédits : BlackJack3D/iStock
FAI
Sébastien Gavois

Eutelsat, avec ses nouveaux partenaires Thales et Orange, va envoyer deux satellites d'ici 2021. Ils permettront d'augmenter la capacité et le débit proposé aux clients, avec jusqu'à 200 Mb/s à l'horizon 2025. On regrette par contre que l'opérateur compare toujours sa solution à la fibre.

La semaine dernière, nous étions à Lille pour l'université d'été du THD, organisée par l'Avicca, IdealCo et InfraNum. En plus des déclarations de Sébastien Soriano et d'autres participants sur la QPC d'Orange (qui attaque les pouvoirs de sanction du régulateur), nous avons pu nous entretenir avec Eutelsat sur son avenir. 

La société se prépare en effet à lancer un satellite Konnect en décembre, puis un second bien plus important : Konnect VHTS en 2021, avec une capacité de 500 Gb/s dans la bande Ka. Ce dernier permettra à l'opérateur de proposer des débits jusqu'à 100 Mb/s en 2021/2022, puis jusqu'à 200 Mb/s à partir de 2025, contre 50 Mb/s aujourd'hui.

Audrey Briand, responsable des relations institutionnelles d'Eutelsat, en profite pour promettre une nouvelle fois de la « fibre » par satellite, une comparaison qui nous semble toujours aussi hasardeuse, tant les différences sont importantes. Elle revient également avec nous sur le changement de partenaire entre ViaSat et Thales/Orange.

Changement « brutal » de cap pour Eutelsat en 2018

La promesse de la « fibre » par satellite n'est pas nouvelle, la première remonte à février 2017 lors d'une interview du directeur général d'Eutelsat, Rodolphe Belmer : « Notre but est de proposer de l'Internet par satellite qui ressemble à de la fibre, en termes de capacités, au prix de la fibre ». Deux ans et demi plus tard, la promesse reste donc la même, malgré un changement radical de partenaires.

En effet, en 2017 il était question de lancer un satellite ViaSat-3 en partenariat avec ViaSat, avec qui Eutelsat avait créé une coentreprise l'année précédente. En avril 2018, sans crier gare, Eutelsat changeait complètement ses plans : la société annonçait un satellite Konnect VHTS réalisé avec Thales et Orange.

« Travailler avec les Américains, c'est très compliqué »

Audrey Briand nous explique que « les choses ne se sont pas passées comme on voulait : travailler avec les Américains c'est très compliqué et surtout on était écrasé ». De plus, Eutelsat était « sous pression » : « l'État nous disait : ça serait bien de faire un projet européen, pour ne pas dire Français », nous explique encore la responsable des relations institutionnelles.

L'annonce, faite de « manière assez brutale », a mis « fin a toutes les négociations autour de ViaSat-3 ». « Ça ne veut pas dire que ce projet ne verra pas le jour, ViaSat a toujours [ViaSat-3 en préparation]. Est-ce qu'ils iront au bout ? Sans doute, mais après nous », semble se réjouir Audrey Briand.

75 Gb/s pour Konnect, 500 Gb/s pour Konnect VHSTS

En décembre, Eutelsat renforcera sa capacité avec le lancement du satellite Konnect, avec 65 faisceaux et 75 Gb/s de bande passante. Il viendra épauler KA-SAT en poste depuis plusieurs années. Ce dernier propose pour sa part 82 faisceaux et 90 Gb/s de capacité totale. L'opérateur ne s'en cache pas : Konnect « va permettre de continuer à avoir des offres telles qu'on les propose ».

En 2021, Konnect VHTS – qui viendra donc jouer sur les platebandes de ViaSat-3 – aura une capacité de 500 Gb/s, contre 1 Tb/s aux dernières nouvelles pour ViaSat-3. Il s'agit d'un investissement important pour la société puisque le satellite coûte 550 millions d'euros, soit quasiment un tiers de son chiffre d'affaires annuel.

Konnect est principalement là pour assurer l'intérim et préparer le terrain à Konnect VHSTS. Le kit avec la parabole permettant de profiter des offres Konnect sera prévu pour dépasser la limite des 50 Mb/s des offres KA-SAT actuelles. Dans un premier temps, ce palier ne devrait pas être dépassé et il faudra attendre Konnect VHSTS pour atteindre 100 Mb/s, mais sans changer de matériel cette fois-ci. Rien n'est pas contre précisé pour les anciens clients KA-SAT souhaitant migrer vers Konnect VHSTS.

Konnect VHSTS est un satellite électrique. Côté inconvénient, le délai de mise en service est de quatre mois environ, le temps qu'il se place sur la bonne orbite. Du côté des bonnes nouvelles par contre : « on économise 2,5 tonnes » : « Le satellite Konnect VHSTS pèse 6 tonnes. Avant, on avait 3 tonnes de carburant, alors qu'aujourd'hui on est a 500 kg », de quoi laisser plus de place à la charge utile. 

Konnect VHSTS vise « toute l'Europe et un peu le Maghreb », alors que Konnnect est plus centré sur l'Europe de l'Ouest et un peu l'Afrique. Il devait servir davantage l'Afrique, mais il a été légèrement réorienté (il s'appelait initialement Konnect Africa). 

Mot d'ordre pour les deux nouveaux satellites : flexibilité

Les deux satellites Konnect misent sur la « flexibilité dans les faisceaux » pour éviter de tomber dans les travers des coupures de certaines régions d'il y a quelques années : « le Limousin et l'Auvergne pompaient trop alors qu'on avait plein de place sur d'autres faisceaux ».

Avec Konnect, si « un faisceau est sous-exploité, on peut basculer 25 % vers un autre qui est congestionné, pour Konnect VHSTS ce sera de même à 40 à 50 % ». Des ajustements qui peuvent se faire à la volée en seulement 1h selon la responsable des relations institutionnelles d'Eutelsat

Interrogé sur le tarif des offres jusqu'à 100 Mb/s, Eutelsat botte en touche : « on ne se donne pas de gamme de tarifs aujourd'hui, on se dit qu'on ne sera pas plus cher que la fibre ». « C'est un drôle de business plan, reconnaît Audrey Briand, car tout dépend du tarif qui sera a ce moment ». Reste à savoir si c'est le tarif avec ou sans les promotions de première année... ce qui laisse parfois un rapport de 1 à 3. 

Jusqu'à 200 Mb/s par satellite en 2025

Sur le salon, l'opérateur nous explique qu'il ne compte pas en rester là et qu'il « vise les 200 Mb/s à l'horizon 2025, même si on ne l'annonce pas aujourd'hui ». Notre interlocutrice ajoute que la société « vise vraiment à coller à la fibre en termes de débits »... sans pour autant atteindre 1 Gb/s qui est pourtant la base en fibre.

Il faut dire que l'opérateur a une vision particulière du sujet : « 50 Mb/s on considère que c'est suffisant, mais dans quelques années ça ne le sera plus ». Plus que la fibre, le satellite se pose donc en concurrent du xDSL pour l'instant... n'en déplaise aux équipes marketing.

Si la comparaison avec la fibre est largement mise en avant sur « l'usage », les importantes différences sont largement moins exposées, même si elles ne sont pas forcément passées sous silence. La plus grande concerne la latence : pour commencer à recevoir une page web, il faut que le signal parte de votre parabole, arrive sur le satellite, transite par une station de base qui récupère les données, retourne sur le satellite et enfin revienne chez vous. 

Comme la fibre avec... une latence 100x plus élevée et des débits 10x plus faibles

Avec un satellite géostationnaire (à environ 35 000 km), comptez donc 140 000 km au minimum, soit 500 ms à « cause » de la limite de la vitesse de la lumière. Dans la pratique, les opérateurs parlent généralement de 700 ms quand la fibre est à... quelques ms. Si cela ne pose généralement pas trop de problèmes pour surfer, il n'en est pas de même pour les jeux en ligne, le trading, les bureaux à distance, etc. Il ne faut pas non plus oublier que la liaison avec le satellite peut être perturbée par la météo.

Avec un rapport de 1 à 100 sur la latence et de 1 à 10 sur les débits, il est assez difficile de parler d'une équivalence avec la fibre. C'est pourtant l'argument marketing employé à tour de bras par Eutelsat, y compris dans un atelier sur « le mix technologique pour atteindre le THD » pour tous lors de l'université d'été du THD. Audrey Briand portait alors la casquette de vice-présidente d'InfraNum... et changeait parfois pour celle d'Eutelsat afin de vanter la « fibre » par satellite. 

Dans tous les cas, le satellite est une solution permettant effectivement de combler les vides qui seront laissés par le plan France THD : très haut débit pour tous en 2022, avec 80 % de fibre optique. Cette comparaison permet donc de rester dans l'air du temps et d'être une solution se voulant crédible pour les oubliés du THD, pas pour une proportion importante de la population : « On ne parle pas de 10 % de la population, on serait incapables de tenir des millions de connections ».

Dans tous les cas, Konnect VHSTS n'est pas « une solution transitoire » pour Eutelsat, il s'agit bien d'une solution que l'opérateur souhaite garder pendant des années. La France n'est évidemment pas son seul marché, en témoigne les couvertures élargies des satellites. L'avenir nous dira si l'opérateur trouvera suffisamment de clients pour rentabiliser son investissement. 


À noter :

Dans le cadre de la réalisation de cet article, nous sommes allés à l'université d'été du THD à Lille. InfraNum a pris en charge une partie de notre transport, hébergement et restauration sur place. Conformément à nos engagements déontologiques, cela s'est fait sans aucune obligation éditoriale de notre part, sans ingérence de la part d'InfraNum.


chargement
Chargement des commentaires...