À la rencontre de la Mamie du Cantal, engrenage inattendu de la communication de Free

Plus jeune qu'on ne le croit 65
Accès libre
image dediée
FAI
Guénaël Pépin

90 ans et une capacité d’agent secret à obtenir des informations sur les Freebox Delta et One. Sur Twitter, la « Mamie du Cantal » a égrainé des indices et révélations sur les futures box de Free pendant des semaines. Une blague d’internaute reprise à son compte par l’opérateur.

Dans les mois précédant la sortie des Freebox One et Delta, alors connues sous le petit nom de « v7 », les spéculations ont été nombreuses sur le compte Twitter @mamieducantal et ses messages cryptiques. Ils ont d'ailleurs été décortiqués et interprétés comme autant de bouteilles à la mer ne demandant qu’à être ouvertes.

Un « petit-fils » qui serait Xavier Niel, trois « boites » de gâteaux comme autant de box pour les nouvelles offres, une capture de télévision de travers, montrant la nouvelle interface de vidéo à la demande... Les indices parsemés étaient nombreux, laissant présager un faux-nez de l’opérateur, ou du moins un internaute au fait du secret des dieux.

Un « internaute averti » aux manettes

Nous avons pu échanger avec la personne derrière ce compte, qui nous a révélé quelques détails de ce pilotage, au gré des annonces. Elle se définit comme « un internaute averti », « abonné à Next INpact ». Un tweet en référence à feu Transpac, la filiale en charge du réseau X.25 (derrière le Minitel) de France Télécom, montre d’ailleurs une vraie appétence pour le secteur.

Le personnage de « Georgette » est né en janvier 2012 au lancement de Free Mobile, quelques jours après une sortie remarquée de Stéphane Richard, qui tançait le forfait unique du quatrième opérateur.

« La mamie du Cantal n'a pas besoin de la même offre qu'un geek à Paris. Free ne va pas rafler tous les clients avec une offre unique », lâchait avec dédain le PDG d’Orange, lui-même accusé par Free de prendre ses clients pour des « pigeons ». Ce dernier fut d’ailleurs condamné pour dénigrement.

L’offre à 19,99 euros par mois avec appels, SMS illimités et 4G de Free Mobile dynamitait alors le secteur, imposant la création d’offres low cost (B&You, RED by SFR et Sosh), tout en revoyant à la baisse la plupart des tarifs.

En solo, puis accompagnée

Dormant depuis 2015, « Georgette » a été réactivée en juillet dernier, mais tweete activement surtout depuis la fin du mois de septembre, avec des références évidentes à la communication de Free.

« Bonjour mon petit Pépin. Ce que je peux vous dire, c'est que la Mamie s'est bien amusée avec son petit-fils durant plusieurs années et à plus forte raison ces derniers mois... », nous a d’abord répondu l’internaute, réticent à en dire trop. Notons que beaucoup de nos questions sont restées en suspens, notre interlocuteur tenant à son anonymat.

Tenait-il ses informations de Free ? « La Mamie était bien informée... mais quelques éléments supplémentaires portés à sa connaissance ont contribué à accélérer le buzz vers la mi-novembre », nous répond le marionnettiste.

Autrement dit, l’internaute derrière le compte aurait obtenu de premières informations par ailleurs (sans forcément toutes les révéler), avant d’être alimenté par Free sur la dernière ligne droite. Notons que la « mamie » a mentionné l’offre 10 Gb/s d’un fournisseur d’accès Internet pour entreprises, Netalis, qui signait une première en France sur ce terrain (voir notre analyse). Un débit aussi utilisé par la Freebox Delta, après le ballon d’essai de l’opérateur suisse Salt de Xavier Niel.

Elle a aussi contribué à la valse des dates de sortie, le 20 puis le 27 novembre. Des spéculations dont Niel s’est moqué en introduction de sa conférence, s’excusant d’être « en avance » de 10 jours sur l’anniversaire des 16 ans de la première Freebox, et des 8 ans de la Revolution. Pourtant, nous assure le tenancier du compte, les dates du 20 et du 27 novembre (par ailleurs lancées par BFM Business) étaient bien celles prévues.

Une blague qui a étonnamment pris

Le compte revendique la blague, à l’écho étonnant chez les internautes et médias en manque d’informations sur les projets de Free. « C'est un peu la folle histoire de la Mamie. L'emballement autour de chaque tweet humoristique a généré l'envie de chercher un moyen de jouer sur cela le plus longtemps possible... avec parfois de l'impro dans le tweet que des internautes malins ont réussi malgré tout à transformer en prétendue info », résume son concepteur.

« Mais à aucun moment, il n'a été question de mettre une marque en danger ou parasiter une image de marque de qui que ce soit, c'était une ligne à ne pas franchir », assure-t-il. La Mamie du Cantal marche sur un fil étroit, pour éviter d’éventuelles accusations de parasitisme, voire d’atteinte au secret industriel.

Le responsable du compte se défend de toute autre initiative. Le site mamieducantal.fr et les éventuelles autres émanations de Georgette ne sont pas de son fait. Free a tout de même bien compris l’intérêt d’exploiter publiquement cette image, avec des mentions pendant sa conférence et un énorme fromage au buffet, en forme d’hommage.

Pour sa part, la mamie s’est officiellement rendormie après la conférence de Free, en attendant de nouvelles aventures.


chargement
Chargement des commentaires...