Avec DROP, l’association Ouvre-boîte invite les fonctionnaires à « exfiltrer » des données publiques

Jean-Claude Snowdaine 28
image dediée
Crédits : Wavebreakmedia Ltd/Wavebreak Media/ThinkStock
Loi
Xavier Berne

L’association Ouvre-boîte propose depuis la semaine dernière un « outil sécurisé » qui permet aux fonctionnaires de faire fuiter « anonymement » des documents publics, « sans l'aval de leur hiérarchie ». Cette initiative pose toutefois beaucoup de questions, notamment sur le plan juridique. Nous avons pu nous entretenir avec ses responsables.

Bien que restée jusqu’ici assez discrète, l’association Ouvre-boîte commence à faire parler d’elle. Le mois dernier, ses membres ont ainsi obtenu la publication, par la Direction générale du Trésor, des modèles économétriques Mésange, Opale et Saphir – particulièrement précieux pour simuler des réformes, notamment fiscales.

Son arme de guerre ? Le droit « CADA » d’accès aux documents administratifs. Ouvre-boîte a en effet été créée début 2017 afin de faciliter « la publication effective des documents administratifs, et plus particulièrement des données, bases de données et codes sources ». Elle n’hésite pas à saisir très régulièrement la Commission d’accès aux documents administratifs, voire la justice.

La semaine dernière, l’association a toutefois ajouté une nouvelle corde à son arc : l’ouverture d’une plateforme visant à « exfiltrer les documents administratifs dont la publication est empêchée sans raison légitime », DROP.

Une plateforme censée garantir l'anonymat de ses utilisateurs

Lisez la suite : 83 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...