Sous pression, Bercy ouvre les codes sources des modèles Mésange, Opale et Saphir

Top modèles 45
image dediée
Crédits : plej92/iStock
Justice
Xavier Berne

La direction générale du Trésor vient de mettre en ligne trois de ses modèles économétriques, particulièrement précieux pour simuler différentes réformes (notamment fiscales ou sociales). Une initiative qui fait toutefois suite à une procédure « Cada » lancée l’année dernière par l’association Ouvre-boîte.

C’est par voie de communiqué que Bercy a annoncé, mercredi 5 septembre, la mise à l'ouverture des codes sources des modèles Mésange, Opale et Saphir.

Le premier, Mésange, a été co-développé avec l’Insee « dans le but, entre autres, de réaliser des évaluations ex ante de l’impact de différentes mesures de politique économique sur les grandeurs macroéconomiques comme l’emploi, le PIB ou les prix ». Il permet également de « modéliser les conséquences de chocs externes, comme les variations du taux de change ou du prix du pétrole ».

Opale permet de son côté de « prévoir les principales variables macroéconomiques (croissance du PIB, consommation, investissement...) à horizon d’un à deux ans », notamment dans le cadre de la préparation des projets de loi de finances.

Saphir, enfin, sert à simuler des réformes de la législation socio-fiscale, en s’appuyant sur « les revenus des ménages de France métropolitaine et les transferts monétaires induits par les prestations sociales et les prélèvements obligatoires ».

Ces trois codes sources peuvent être directement téléchargés sur le site du Trésor. Ils sont également accessibles via des dépôts Framagit et Github, accompagnés d’une documentation et de détails sur leurs conditions d’utilisation (licence CeCILL V2.1).

L’association Ouvre-boîte avait déjà saisi le tribunal administratif

Lisez la suite : 68 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...