On a testé : commander une pizza avec Amazon Alexa

Même pas livrée par un drone ! 83
Accès libre
image dediée
Obj. Connectés TEST
David Legrand

Des milliards de dollars en recherche et développement, des millions d'enceintes connectées vendues, des milliers de serveurs dans le monde... tout cela pour nous proposer de commander des pizzas « plus facilement ». Curieux, nous avons relevé le défi, la suite ne va pas vous étonner.

Depuis quelques années déjà, la folie des assistants personnels s'est emparée du monde de la « tech ».  D'Alexa à Cortana, en passant par Siri ou Google Assistant, la promesse est toujours la même : une vie facilitée, une gestion simplifiée et un contrôle de nos appareils « sans les mains ». Le tout renforcé à coup de domotique 2.0. 

Cela s'est accéléré avec la montée en puissance des enceintes connectées. De petits appareils où la liaison Bluetooth a été complétée par un accès internet. De quoi permettre des requêtes en ligne et des réponses de manière quasi-instantanée, laissant les assistants se rapprocher de nous et ne plus être limités à une présence dans un smartphone ou un PC.

Un enjeu de taille, car avec cette « propagation », c'est l'avenir des plateformes numériques qui se joue. Elles rêvent en effet de se positionner en intermédiaires de l'ensemble des services que nous utilisons au quotidien, et le contrôle vocal est une bonne manière d'y parvenir.

Le tout aidé par des API simples à prendre en main et très ouvertes, mais dont l'usage sera facturé aux partenaires les plus gourmands. Ajoutez à cela une couche de publicité, et vous obtenez le tiercé gagnant.

Des enceintes connectées bradées, la promesse d'une pizza commandée facilement

Mais pour atteindre cet objectif, il faut frapper vite, fort et être celui qui prend la tête de la course. Lorsqu'il est arrivé sur le marché, Google a donc multiplié les partenariats avec les boutiques en ligne et autres services afin de proposer ses enceintes Home (Mini) à tarif réduit, quitte à parfois les « offrir ».

Amazon a suivi cette stratégie en exploitant sa propre boutique en ligne avec un rabais de 50 % la première semaine de commercialisation. Et cela devrait sans doute se répéter dans les mois à venir. Côté partenariats, le géant de l'eCommerce n'a pas lésiné sur les moyens et s'est associé à de nombreux médias, ainsi qu'à des services plus proches de l'utilisateur. Un cas nous a particulièrement intrigué : Domino's Pizza.

Pourquoi ? Parce que la commande de pizza via un assistant personnel est l'exemple typique de ce qui semble être une mauvaise idée. Les menus sont complexes, le nombre de combinaisons important, sans parler des possibilités d'ajustement pour ceux qui n'aiment pas un ingrédient.

Une commande passée avec un humain au téléphone est déjà parfois une souffrance, une commande en ligne peut rapidement prendre du temps... comment un assistant vocal, même dopé à l'IA, pourrait nous sauver la vie ?

L'intelligence artificielle redescend sur terre

Ce mot-valise peut faire penser à un réseau d'êtres supérieurs capables d'annihiler l'humanité en seulement quelques jours, grâce à une capacité de calcul et d'anticipation sans commune mesure. Mais dans la réalité, il est le plus souvent question d'un système assez bête avec une voix synthétique de plus ou moins bonne facture.

Dans le cas d'Alexa, Amazon a veillé à ce que ce dernier point soit réaliste (et c'est plutôt réussi), et a décidé de le faire savoir. Plusieurs journalistes (ici ou ) ont ainsi eu droit aux confidences du géant détaillant combien le défi d'adapter sa solution à la langue de Molière était difficile. Mais finalement, ses ingénieurs y sont parvenus (ouf !).

Tout ça pour jouer de la musique, contrôler des objets connectés, chanter la marseillaise, donner l'heure et la météo de n'importe quelle ville, faire le bruit du requin, accéder à quelques services et... commander des pizzas, donc.

Simple intelligence humaine que nous sommes, nous avons bien entendu relevé le défi : armés d'un compte Domino's Pizza à l'historique bien trop rempli et d'une enceinte Alexa, nous avons tenté le coup. Nous ne reviendrons pas sur la procédure d'installation et de configuration de l'appareil, qui fera l'objet d'un prochain article, mais uniquement l'activation du lien avec Domino's et la commande à proprement parler.

Alexa Domino's Echo SkillAlexa Domino's Echo SkillAlexa Domino's Echo SkillAlexa Domino's Echo Skill

Domino's, no skill

Afin de permettre aux développeurs tiers de proposer leurs services via Alexa, Amazon propose le concept des Skills (voir la liste) : de petites applications que l'on peut activer puis invoquer via une phrase-clé définie et qui prendront ensuite le relai. Chez Google on parle plutôt d'Actions (voir la liste).

Les Skills sont accessibles depuis l'application Alexa sur votre appareil mobile. Un moteur de recherche est affiché, ainsi que les différentes catégories et autres éléments les plus populaires. Une fois celle de Domino's activée, vous serez invité à vous connecter à votre compte. Si vous n'en avez pas, il est possible d'en créer un. Cette liaison est le seul élément à régler pour cette Skill, un seul compte pouvant être utilisé.

Alexa Domino's EchoAlexa Domino's Echo

Pour effectuer une commande, il faut prononcer « Lance Domino's » après le mot-clé d'écoute (Alexa par défaut). On se retrouve alors face à la première déception, prévisible : il n'est pas question de se voir présenter la carte et de choisir un menu ou une pizza, mais seulement de recevoir votre « commande express préférée ».

Si vous n'en avez pas, l'application s'arrête. Basique, simple. Vous serez tout de même invité à suivre la procédure pour en ajouter une sur le site de Domino's, afin de préciser sa composition :

Le choix, quel choix ?

Et là, les choses se gâtent. Il est impossible de créer une commande préférée, seulement de définir comme telle un élément de votre historique. Bref, si vous avez un compte tout neuf... ce sera pour la prochaine fois.

Si vous avez déjà passé commande, vous pourrez définir celle que vous préférez. Cela peut être utile pour une soirée entre amis que vous organisez de manière régulière et où tout le monde demande toujours la même chose. Car aucun changement ne sera possible ou même proposé.

Alexa Domino's EchoAlexa Domino's Echo

Vous ne pourrez ainsi pas avoir plusieurs commandes préférées et choisir entre deux ou trois possibilités. D'autant plus regrettable que ce pourrait être facilement implémenté. Et la déception ne s'arrêtera pas là, car si vous avez un code de promotion, il ne pourra pas être utilisé. Côté mode de paiement, aucun choix ne vous sera laissé.

Heureusement, il est possible de vérifier la composition de la commande avant de la passer, et une confirmation vous sera demandée pour éviter toute erreur involontaire (mais un ami pourra facilement vous faire une sale blague si vous le laissez seul avec Alexa pendant quelques minutes).

Une fois la commande en préparation, vous pourrez demander à connaître son statut, qui correspondra à l'information donnée sur le service Pizza Tracker de Domino's :

Alexa Domino's Echo

Un problème qui dépasse largement le cas testé

Vous l'aurez compris : cela ne sert presque à rien et la déception sera le plus souvent au rendez-vous. Un cas d'ailleurs emblématique du traitement de certaines nouveautés dans le domaine du numérique, qui permettent aux différents acteurs d'afficher leur modernité à coups de communiqués repris dans la presse.

Puis vient le moment où l'utilisateur fait face à la réalité. Les assistants personnels sont de bons fournisseurs de services prometteurs mais en réalité peu intéressants, dès que l'on sort des usages de base que sont la radio connectée et la « domotique ». Essayez par exemple de réserver un billet de train via Oui.sncf, vous deviendrez rapidement fou.

Dans le cas d'Alexa, la Skill Domino's n'est pas la seule source de déception, loin de là. Un autre partenaire de lancement a fait fort en la matière : Boulanger. Proposant les enceintes Echo dans ses boutiques (au même prix qu'Amazon), le revendeur propose non pas un service d'achat vocal ou de gestion des commandes mais... un podcast « Tech ».

Une idée intéressante, jusqu'à l'écoute. On y entend deux présentateurs s'extasier sur les nouveautés des derniers téléviseurs QLED de Samsung, sans recul ou même sans évoquer la concurrence, tels deux influenceurs qui viendraient de toucher un gros chèque. On s'attendait à mieux. 


chargement
Chargement des commentaires...