Software Heritage, le défi d'une archive mondiale du code source

Internet n'oublie rien 21
image dediée
Crédits : baona/iStock
Développeurs
Guénaël Pépin

Lancé il y a trois ans, Software Heritage ouvre officiellement ses portes, avec le soutien de grands noms du numérique. Le projet, d'abord soutenu par Inria, n'est pourtant pas au bout de ses peines pour archiver tous les logiciels de la planète. Nous en discutons avec son fondateur, Roberto Di Cosmo.

Une bibliothèque mondiale, contenant tout le code source jamais produit. C'est l'ambition de Software Heritage, dont l'archive est ouverte au public depuis quelques jours. « Après trois ans acharnés à construire l'infrastructure, à collecter les données, à les indexer... on est très contents d'ouvrir les portes de l'archive ! » nous lance le chercheur Roberto Di Cosmo, qui dirige une équipe d'une dizaine de personnes, dont six à plein temps.

Le projet, d'abord soutenu par Inria, gagne ici une dizaine de financeurs privés, même si près de la moitié du budget vient toujours de l'institut français. Avec un financement entre 800 000 et un million d'euros par an, le projet compte devenir une fondation, garante de ce patrimoine, comme l'Internet Archive l'est pour le web.

Software Heritage se voit surtout comme une infrastructure, autant utile à des organisations culturelles qu'aux industriels, aux chercheurs ou aux enseignants. Avec plus de 83 millions de projets et 4,5 milliards de fichiers en banque, l'archive n'en est qu'à ses balbutiements. Les difficultés techniques, juridiques et financières sont nombreuses, tout comme les surprises pour Roberto Di Cosmo.

Une initiative nouvelle, mais une idée qui date

Lisez la suite : 89 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...