Qwant et Inria nous parlent de leur laboratoire commun, qui doit profiter à tous

Pas encore de recherche qwantique 17
image dediée
Services
Par
le mardi 14 novembre 2017 à 16:12
Guénaël Pépin

Le moteur de recherche français s'associe à Inria pour lever des « verrous scientifiques » sur un large panel de services. De la recherche aux objets connectés, en passant par la cartographie, les deux entités chercheront des méthodes respectueuses de la vie privée, dont les premiers fruits bénéficieront à Qwant.

Il y a quelques jours, le moteur de recherche Qwant et l'Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) ont signé un partenariat de quatre ans, avec pour cadre le « smart search and privacy ».

Côté Inria, le projet est mené par Fabien Gandon, le directeur de recherche de l'équipe WIMMICS (web sémantique). Côté Qwant, son directeur scientifique Sylvain Peyronnet gère les travaux. Le moteur fournit un financement de cinq millions d'euros sur quatre ans, à raison de 1,25 million d'euros par an. Un « investissement significatif » pour la jeune pousse, qui doit à la fois profiter à son produit et contribuer à la recherche sur plusieurs domaines liés à la recherche web.

Une partie des résultats est destinée à être publiée en open source, une autre restera (au moins un temps) réservée à l'entreprise. Chaque projet disposera de son contrat propre, au sein de ce cadre.

« Nous nous sommes rapprochés en premier lieu avec le centre de Sophia-Antipolis et l'équipe WIMMICS, avec laquelle nous échangeons depuis 2015 et avons par exemple déposé une proposition conjointe pour les Grands Défis du numérique » se souvient, dans un e-mail, Sylvain Peyronnet de Qwant. Ce n'est pas leur première collaboration : les deux entités ont déjà coopéré sur la conception automatique de quizz pour enfants, fausses réponses comprises.

Fabien Gandon d'Inria veut lever des « verrous scientifiques  et techniques » en travaillant avec Qwant, habitué aux projets censés profiter à l'écosystème français, comme son soutien à B0unty Factory (dirigé par son RSSI) ou la messagerie CaliOpen. Avec Inria, plusieurs équipes sont prévues, pour de premiers résultats publiables sous trois mois.

Améliorer le parcours des sites par les robots

Lisez la suite : 74 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...