Archos se lance dans les crypto-monnaies avec un portefeuille hardware, le Safe-T mini

Ledger closed source 52
En bref
image dediée
Obj. Connectés MWC
David Legrand

De nombreuses sociétés se lancent ces derniers temps dans le domaine de la blockchain et autres crypto-monnaies pour exploser en bourse. Archos semble suivre la tendance, mais le fait avec un portefeuille hardware qu'elle dit avoir développé en interne. Des services doivent suivre.

Archos continue de multiplier les annonces pour montrer sa volonté de diversification à l'occasion du MWC de Barcelone. Mais cette fois, on est loin de ses habitudes avec... un portefeuille physique dédié aux crypto-monnaies, le Safe-T mini. Il sera proposé en juin, pour 49,99 euros. Il est annoncé comme « conçu par l'équipe R&D d’Archos, fabriqué en France ». Il doit assurer les fonctions suivantes :

  • Il génère une clé privée hors ligne et empêche les pirates d'y accéder
  • Il exécute toutes les opérations de chiffrement sur le périphérique, hors connexion
  • Il crée un code de récupération (composé de 24 mots), pratique, en cas de casse, perte ou vol pour plus de sécurité et de confiance
  • Il incorpore un écran pour afficher les informations relatives à chaque transaction et permettre au détenteur d’en vérifier les détails avant la signature. Les cybercriminels ne disposent ainsi d’aucun moyen d’en modifier les termes.
  • Il exige la composition d'un code PIN à 9 chiffres pour s'assurer que seul le propriétaire peut accéder et utiliser son ARCHOS Safe-T mini.

Un dispositif qui n'est pas sans faire penser à la clé Nano S de Ledger. Cette dernière propose également d'autres fonctionnalités avec un système ouvert et open source, ce qui ne semble pas le cas ici. Un point pas si anodin, tout comme la capacité d'une société comme Archos à être réactive en cas de problème. 

Le constructeur compte également « s'adresser aux marchés verticaux pour répondre aux besoins des détenteurs de crypto-monnaies, avec de nouvelles fonctionnalités permettant d'augmenter la sécurité de leurs transactions, de gagner en simplicité dans leurs échanges de monnaies virtuelles et d'être capable d'échanger facilement leurs devises  ».

Pour cela, elle s'associe à DomRaider Group avec qui elle lancera une version conjointe du Safe-T mini. Ce dernier « a récemment achevé sa campagne ICO, qui a remporté un franc succès, dépassant les prévisions de vente à hauteur de 560 millions de jetons à travers le monde. DomRaider Group a lancé Auctionity, sa blockchain pour décentraliser et sécuriser les enchères à l'échelle internationale, en utilisant son DomRaider Token (DRT) comme garantie de paiement » précise le communiqué.

Le Safe-T mini est animé par un SoC ARM Cortex-M3, dispose d'un écran OLED de 128 x 64 px et mesure 58 x 7,8 mm. Il est compatible avec les logiciels suivants : Electrum, GreenAddress/Greenbits, MyCrypto et Mycelium. Il prend en charge Bitcoin, Bitcoin Cash, Ethereum, Litecoin, Zcash et autres à venir précise le fabricant. Son look n'est pas sans faire penser au Trezor.

Il faudra être attentif au niveau de sécurité de ce produit, particulièrement sensible, Archos n'étant pour le moment pas connu comme un acteur au savoir-faire spécifique en la matière. La société se veut rassurante, précisant que son équipe R&D « a mené des travaux dans le domaine du chiffrement, de la sécurité et des monnaies virtuelles ».

Résultat, le cours de la société s'envole, comme pour d'autres s'étant lancées récemment dans le secteur. Il est ainsi passé de 0,77 euro ces derniers jours à 1,44 à son plus haut. Preuve une fois de plus qu'il n'en faut pas beaucoup plus que crypto-monnaie ou Blockchain pour affoler la bourse (effet Kodak ?).


chargement
Chargement des commentaires...